Google Analytics Alternative

  • Disparition inquiétante à Bassenge: avez-vous vu Sabine Marechal?

    sabine maréchal bassenge.jpgLa police de la Basse-Meuse vient de diffuser un avis de recherche. Ce lundi, Sabine Marechal (59 ans) a disparu de son domicile. Cette disparition est jugée inquiétante.

    Ce lundi, Sabine Marechal (59 ans) a disparu de son domicile de Bassenge. Elle était à bord de son véhicule, une Citroën C5 Aircross bleue foncée, immatriculée 1-KRZ-189.

    Madame Marechal est de corpulence normale, mesure environ 1m75 et a les cheveux citroën aircross.jpgcourts, gris naturel. Elle était vêtue d’un jeans bleu classique, d’un polo avec des lignes de plusieurs couleurs et d’une veste style anorak de ski de couleur bleue.

    Si vous avez des renseignements concernant la personne ou le véhicule, prière de contacter la centrale de la police de la Basse Meuse au 04/374.88.00 et ce, 24/24H !

    Cette disparition est jugée inquiétante, note encore la police sur sa page Facebook.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/495909/article/2019-12-30/disparition-inquietante-bassenge-avez-vous-vu-sabine-marechal

  • Bassenge – Environnement. Une chaîne humaine évacue des déchets

    article volon'terres décembre 2019.jpgCe lundi 30 décembre 2019, le journal La Meuse consacre un article au travail des Volon’terres de Bassenge.

    « Les Volon-Terres ont fini l'année en beauté en parvenant à nettoyer des coins reculés de Bassenge. Depuis plus de deux ans, des bénévoles se réunissent chaque dimanche matin pour nettoyer Bassenge. Dimanche 22 décembre, avec l'aide d'autres personnes, ils ont organisé une chaîne humaine pour enfin évacuer de vieux dépôts clandestins difficilement accessibles. »

    La suite de l'article à lire dans La Meuse.

  • Dépôts sauvages – Roclenge. Après les canettes de boissons le long des routes, voici les…

    carcasses homards.2 jpg.jpgA Roclenge, après les canettes de boissons, les emballages, les papiers gras et autres déchets le long des routes, voici, sur plusieurs mètres, les restes d’un repas gastronomique constitué de produits de la mer. On y trouve des carcasses de homards, d’écrevisses et autres crustacés… (Photos prises le samedi 28 décembre 2019à Roclenge)

    carcasses homards.jpg

    carcasses homards.3 jpg.jpg

  • A proximité - Liers. La chienne Madouce retrouve sa maîtresse six ans plus tard. Un véritable conte de Noël

    chienne retrouvée.jpgC’est un véritable miracle de Noël que vient de vivre Martine Nys. Six ans après avoir perdu son chien à Magnée (Fléron, près de Liège), un berger allemand répondant au nom de Madouce, elle a reçu un coup de téléphone lui annonçant qu’il venait d’être retrouvé du côté de Liers (Herstal).

    « J’ai perdu mon chien le 3 octobre 2013, se souvient avec précision Martine Nys. Je l’avais adopté quelques mois plus tôt. Elle avait une dizaine d’années et s’appelait alors Hilda. Elle avait servi jusque-là à la reproduction, deux fois par an. »

    Hilda avait alors été recueillie par « Animal sans toit », avant de séduire Mme Nys, qui, vu le caractère de l’animal, l’avait alors rebaptisée Madouce. « Je l’avais offerte à mon mari en juin, continue cette habitante de Magnée. Mais en octobre, alors que je n’étais pas là, elle s’est enfuie quand il a ouvert la porte. »

    Martine Nys et sa famille ont alors tout tenté pour la retrouver, mais en vain.

    Et ce jeudi, six ans plus tard, le lendemain de Noël, le miracle tant espéré s’est produit. Dans la soirée, Martine Nys a été contactée par la SRPA de Cointe pour lui annoncer la bonne nouvelle : Madouce venait d’être retrouvée. L'article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce samedi 28 décembre 2019

  • Action de solidarité des pompiers le 31 décembre. Communiqué du Collège de la Ville de Liège

    Conformément à ce qui a été annoncé par le Bourgmestre, le Collège confirme sa position de ne pas autoriser la distribution de nourriture sur l’espace public et propose aux pompiers la mise à disposition de l’Ecole d’hôtellerie ce 31 décembre pour leur action de solidarité.

    Le Collège tient à saluer la générosité de l'initiative et précise que l’Ecole d’hôtellerie dispose de toutes les commodités sanitaires pour réaliser cette action dans des conditions respectueuses de la dignité des personnes.

    La Ville de Liège n’interdit pas la distribution de nourriture aux plus démunis mais souhaite que cela se fasse dans de bonnes conditions pour les personnes fragilisées.

    Le Collège espère que cette proposition trouvera écho auprès du Peloton de pompiers concernés et des nombreux citoyens pour qui Liège est une ville solidaire et généreuse.

    Devant la polémique suscitée, le Collège rappelle également que la réponse a été communiquée aux organisateurs il y a près de 2 mois en leur proposant de les mettre en contact avec le tissu associatif. Offre restée sans réponse à ce jour.

    Le Collège souhaite également réexpliquer que la philosophie des autorités communales en matière de cohésion sociale s’inscrit dans une série de principes à respecter, tels que :

    le respect et la dignité de la personne ;

    l’absence de stigmatisation des personnes en situation de détresse ;

    l’accueil respectueux dans un lieu présentant toutes les commodités ;

    la convivialité et l’échange entre personnes.

    De plus, au-delà de l’aide de 1ère ligne, l’objectif final de cette politique, est de permettre aux personnes de bénéficier d’un parcours d’intégration qui permette la prise en charge, la récupération des droits sociaux, le règlement de certaines difficultés administratives et ce, afin de favoriser la responsabilité du bénéficiaire.

    Cette initiative émanant du Peloton de garde le 31 décembre, le Collège tient à rappeler qu’elle ne doit en rien entraver les missions de sécurité.

    Note de votre blogueur de Bassenge. " Devant la polémique que ce sujet a suscité sur Facebook, même dans notre région, il me paraissait légitime de publier ce communiqué."

  • Dans votre journal La Meuse de ce vendredi 27 décembre 2019

    Dans votre journal La Meuse de ce vendredi 27 décembre 2019

  • Dans La Meuse de ce jeudi : une page entière consacrée à la glontoise Martine Detrez

    Ne manquez pas aujourd’hui de vous procurer La Meuse de ce jeudi 26 décembre 2019 pour lire la page entière consacrée à l'athlète Martine Detrez de Glons.

  • Glons. Athlète-institutrice, Martine Detrez a mis Venise et l’Europe à ses pieds

    martine detrez glons.jpgChampionne d’Europe chez les dames de + 45 ans sur 10 km et deux fois championne de Belgique en 2019, Martine Detrez (49 ans, Glons) pratique l’athlétisme en continuant à mordre dans la vie avec passion et envie.

    En 2019, vous avez récolté 6 belles médailles, deux européennes et quatre nationales, dans votre catégorie des + 45 ans. Votre meilleure année ?

    Oui, sans doute. Une des plus difficiles aussi, parce que je m’étais fixé trois ou quatre gros objectifs sur l’année. Cela a été un casse-tête pour mon martine Detrez 2.jpgentraîneur Edgar Salvé, mais il est arrivé à ce que je me présente chaque fois en grande forme sur mes échéances.

    Comment expliquez-vous votre longévité, vous qui couriez encore le 10 km en 37’04 voici deux ans ?

    Le fait d’avoir commencé l’athlétisme tard, à 38 ans, y est pour beaucoup. Mon corps a été épargné, alors qu’il aurait beaucoup souffert si j’avais eu une carrière de piste plus traditionnelle, commençant à 9 ou 10 ans. En plus, j’aime cela et je privilégie la qualité à la quantité avec « seulement » 5 entraînements hebdomadaires. Depuis que je suis petite, je suis comme une pile électrique. Très hyperactive. Je rêvais depuis toute petite de faire de l’athlétisme, mais comme je faisais déjà du football (mon père était entraîneur à Glons) et de la gymnastique, je n’avais plus le temps pour en faire toute l’année. À l’époque, je me contentais de stages pendant les congés. Puis il y a eu les études, le lancement dans la vie professionnelle, le mariage, les enfants…

    Quelles ont été les réactions autour de vous pendant vos exploits sur les championnats d’Europe Masters à Venise, en septembre dernier ?

    Je suis institutrice, ici à Glons, pour les 3e et 4e années primaires. Une intérimaire m’a remplacée durant mon séjour en Italie. Elle tenait informés les enfants, qui étaient très enthousiastes, paraît-il. Certains parents m’ont envoyé des sms de félicitations et lorsque je suis revenue, les enfants m’ont donné des dessins qu’ils avaient fait de moi, en course. Enfin, j’ai été reçue par ma commune de Bassenge, qui m’a décerné le Mérite sportif 2019. Toutes ces petites attentions font beaucoup de bien…

    La suite de l’interview dans votre journal La Meuse

    https://www.lameuse.be/494232/article/2019-12-24/athlete-institutricedetrez-mis-venise-et-leurope-ses-pieds

  • Je vous souhaite un Joyeux Noël à toutes et tous !

    Roger Wauters du Blog Bassenge Sudinfo vous souhaite un joyeux Noël à toutes et tous !

    père noël 2.jpg

  • Communiqué de la zone Police Basse-Meuse

    logo police basse meuse 2.pngChers concitoyens,

    Nous vous rappelons que l’utilisation des « pétards » et autres artifices est interdit dans la zone de police (pour rappel constituée des communes de Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle, Oupeye et Visé)

    Il existe une tolérance les nuits de réveillons de Noël et de Nouvel an.

    Nous vous recommandons si vous désirez utiliser pétards et artifices de le faire un peu avant ou après minuit.

    Nous attirons votre attention sur les dangers que représente l’utilisation de ces pétards et artifices qui chaque année occasionnent brûlures et autres blessures. Eviter de confier cela à des mineurs.

    Par ailleurs, nous espérons que vous penserez aux personnes et aux animaux que le bruit indispose.

    Les animaux particulièrement peuvent avoir des réactions imprévues dictées par la peur et le stress causés par les déflagrations.

    Soyez sympa, pensez à autrui.

    Le Chef de Corps,

    CDP. A. LAMBERT

    (Source Page Facebook Zone Polie Basse-Meuse)

  • Dépôts sauvages – Environnement Bassenge. A Emael, les Volon’terres ont nettoyé tout un flanc de coteau : un défi relevé avec brio ! (+ Reportage vidéo)

    volon'terres emael 22 décembre 20196.jpgC’est véritablement un défi que se sont lancés les Volon’terres de la Vallée du Geer ce dimanche 22 décembre 2019. Ils se sont attaqués au nettoyage de tout un flanc de coteau de la rue du Garage à Emael. L’endroit qui avait fait l’objet d’un repérage préalable et qui regorgeait d’objet aussi hétéroclites que divers a été passé au peigne fin – On y retrouvera d’ailleurs tout un matériel de culture du cannabis - . Le coteau abrupte qui présentait une végétation dense rendait la zone difficile d’accès et à vrai dire, l’effort demandé aux Volon’terres pour extraire les déchets et les amener à son sommet relevait plutôt d’une épreuve sportive.

    Mais qu’à cela ne tienne le dicton de la journée «  Aux grands maux les grands remèdes » était de mise.

    Sur le coup de midi, le défi était relevé avec brio.

    Notons au passage que l’équipe des Volon’terres s’était considérablement étoffée et que la jeunesse était fortement représentée.

    volon'terres emael 22 décembre 20197.jpgNous ne résistons pas à publier le communiqué publié par les Volon’terres sur leur page Facebook

     « Mille fois merci !

    Nous vous avons lancé un défi et vous avez été très nombreux à nous entendre et à nous rejoindre!

    Cela prouve, s'il le fallait, que notre action est appréciée et soutenue; la majorité des gens dans la Vallée sont derrière nous; beaucoup restent dans l'ombre mais nous voulons les mettre à l'honneur car ils nous ont rejoints en cette veille de Noël : Luc, Carole-Anne, Paco, Maxime, Lisiane, Kevin et son fils, Jean-Paul, Angeline, Nora, et tous les habitués de notre groupe d'amis.

    Nous avons ainsi pu nettoyer de très anciens dépôts dans la Montagne Saint Pierre.

    Il faut maintenant une suite des autorités communales pour garder ce magnifique volon'terres emael 22 décembre 20195.jpgsite en l'état.

    Nous continuerons notre action en 2020 et comptons sur vous pour nous soutenir, chacun à votre manière, chacun selon vos possibilités, mais tous ensemble, nous arriverons à garder notre Vallée propre et à ainsi donner l'exemple aux communes avoisinantes.

    Joyeuses fêtes de fin d'année et Bonne année 2020 du groupe les Volon'terre de la Vallée du Geer!

    Nous vous donnons rendez-vous le 05 janvier à Glons. »

    volon'terres emael 22 décembre 20194.jpg

    volon'terres emael 22 décembre 2019.jpg

    volon'terres emael 22 décembre 20192.jpg

    volon'terres emael 22 décembre 20193.jpg

  • Glons. Marché de Noël des vignes ce dimanche

    Depuis tôt ce dimanche, ils sont nombreux à se presser pour visiter le petit marché de Noël du Café les vignes à Glons. Par ce temps maussade, une petite visite s’impose. Il est ouvert jusqu’à 21h00 !

    Qu’on se le dise !

  • Ligne de Bus - Bassenge. L'accessibilité au plus grand zoning de Wallonie va être grandement facilitée: la ligne 7 devrait être prolongée d’ici fin 2022

    tec.jpgAlors que l'extension des Hauts-Sarts devrait démarrer d'ici une bonne année, l'accessibilité au plus grand zoning de Wallonie va être grandement facilité. La ligne de bus 7 Liège-Hermée devrait en effet être prolongée jusqu'à la gare de Milmort et traverser le parc d'activité économique.

    Jusqu'ici, pour rejoindre les Hauts-Sarts, le moyen le plus facile est la voiture. En transport en commun, c'est beaucoup plus compliqué. Certes il y a bien une ligne de bus, le 76 (Liège-Herstal-Bassenge) qui passe par les Hauts-Sarts en moyenne toutes les 20 minutes mais cela reste compliqué.

    L’article complet à lire sur Sudinfo :

    https://www.sudinfo.be/id157782/article/2019-12-20/laccessibilite-au-plus-grand-zoning-de-wallonie-va-etre-grandement-facilitee-la

  • Bassenge – Mobilisation. Une pétition pour la famille irakienne qui doit être expulsée

    famille irakienne wonck.jpgLa Meuse de ce samedi consacre un encart au lancement de la pétition en faveur de la famille irakienne.

    « Dans notre édition du 10 décembre dernier, nous vous parlions de la famille Al-Khalidi. Mohamed, Nuha et leurs cinq enfants sont arrivés en Belgique voici quatre ans et demi après avoir fui l'Irak. Aujourd'hui, ils sont menacés d'expulsion. Depuis quelques jours, la mobilisation s'organise pour permettre à cette famille très bien intégrée de rester, en Belgique et à Wonck où ils vivent depuis trois ans. Dernièrement, l'école Saint-Joseph de Wonck, où est scolarisé Abdulazez, 8 ans, a ainsi lancé une pétition en ligne, sur le site change.org. Ils espèrent ainsi faire « changer cette décision inhumaine. Si nous ne nous battons pas maintenant, dans quelques semaines, Abdu sera en Irak dans l'incertitude de trouver un foyer, une école ou tout simplement des amis. » Près de 800 personnes l'ont déjà signée. »

  • A proximité. Decathlon Alleur lance les livraisons à vélo cargo

    Decathlon Alleur propose désormais des livraisons durables avec des vélos de transport électriques. Les commandes faites en ligne pourront être livrées par le personnel du magasin dans certaines communes de la région : « Les employés effectueront les livraisons, selon une rotation, avec des vélos cargo équipés d’une remorque de la taille d’un transpalette. » Malheureusement, le code 4690 de Bassenge ne figure pas (encore ?) dans la zone de livraison. L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce samedi 21 décembre 2019.