Google Analytics Alternative

Glons. Athlète-institutrice, Martine Detrez a mis Venise et l’Europe à ses pieds

martine detrez glons.jpgChampionne d’Europe chez les dames de + 45 ans sur 10 km et deux fois championne de Belgique en 2019, Martine Detrez (49 ans, Glons) pratique l’athlétisme en continuant à mordre dans la vie avec passion et envie.

En 2019, vous avez récolté 6 belles médailles, deux européennes et quatre nationales, dans votre catégorie des + 45 ans. Votre meilleure année ?

Oui, sans doute. Une des plus difficiles aussi, parce que je m’étais fixé trois ou quatre gros objectifs sur l’année. Cela a été un casse-tête pour mon martine Detrez 2.jpgentraîneur Edgar Salvé, mais il est arrivé à ce que je me présente chaque fois en grande forme sur mes échéances.

Comment expliquez-vous votre longévité, vous qui couriez encore le 10 km en 37’04 voici deux ans ?

Le fait d’avoir commencé l’athlétisme tard, à 38 ans, y est pour beaucoup. Mon corps a été épargné, alors qu’il aurait beaucoup souffert si j’avais eu une carrière de piste plus traditionnelle, commençant à 9 ou 10 ans. En plus, j’aime cela et je privilégie la qualité à la quantité avec « seulement » 5 entraînements hebdomadaires. Depuis que je suis petite, je suis comme une pile électrique. Très hyperactive. Je rêvais depuis toute petite de faire de l’athlétisme, mais comme je faisais déjà du football (mon père était entraîneur à Glons) et de la gymnastique, je n’avais plus le temps pour en faire toute l’année. À l’époque, je me contentais de stages pendant les congés. Puis il y a eu les études, le lancement dans la vie professionnelle, le mariage, les enfants…

Quelles ont été les réactions autour de vous pendant vos exploits sur les championnats d’Europe Masters à Venise, en septembre dernier ?

Je suis institutrice, ici à Glons, pour les 3e et 4e années primaires. Une intérimaire m’a remplacée durant mon séjour en Italie. Elle tenait informés les enfants, qui étaient très enthousiastes, paraît-il. Certains parents m’ont envoyé des sms de félicitations et lorsque je suis revenue, les enfants m’ont donné des dessins qu’ils avaient fait de moi, en course. Enfin, j’ai été reçue par ma commune de Bassenge, qui m’a décerné le Mérite sportif 2019. Toutes ces petites attentions font beaucoup de bien…

La suite de l’interview dans votre journal La Meuse

https://www.lameuse.be/494232/article/2019-12-24/athlete-institutricedetrez-mis-venise-et-leurope-ses-pieds

Les commentaires sont fermés.