Google Analytics Alternative

  • Exclusif ! Newpharma fait figure de pionnier. Des médocs pour animaux sur le net

    chien illustration.jpgDes cosmétiques aux médicaments sans prescription, le leader belge de la pharmacie en ligne Newpharma dispose d’une large offre permettant aux personnes qui visitent sa plate-forme de gagner un temps précieux. Cette dernière vient encore s’élargir puisque l’e-pharmacie y ajoute de quoi soigner nos compagnons à quatre pattes. Vermifuges, antipuces et bien d’autres, cela représente pas moins de 140 médicaments vétérinaires.

    Interdit jusqu’ici…

    L’entreprise belge fait aujourd’hui figure de pionnier en la matière. « Cette nouveauté intervient suite à l’autorisation par le législateur belge de l’acquisition de médicaments pour animaux sur Internet », nous confie Jérôme Gobbesso, CEO de Newpharma. « C’était étrange car nous pouvions vendre des médicaments sans ordonnance pour les humains mais pas pour les animaux. L’Union européenne a voulu uniformiser la pratique et la Belgique a été un des premiers pays à aller dans ce sens. Une rapidité que nous devons saluer ». L’article de l’arrêté royal confirmant l’extension aux animaux a été voté fin 2018 et est entré en vigueur à la toute fin du mois de janvier. « Nous avons dès lors fait le maximum pour rassembler une gamme répondant aux attentes des amis des animaux et la rendre disponible au plus tôt ».

    Une forte demande

    « Ces produits sont accessibles depuis le début de semaine sur notre site et cela démarre assez bien », souligne Jérôme Gobbesso.

    L’article complet à lire en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2019-04-25,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2019-04-25,BASSE-MEUSE,1|18

  • Irritations et brûlures. Savons « fait maison » : attention aux brûlures

    savon maison.pngPour protéger l’environnement, de plus en plus de Belges décident de créer eux-mêmes leur savon. Des milliers de recettes sont disponibles sur internet et des centaines de tutoriels vous expliquent comment procéder.

    « Ce phénomène touche surtout les jeunes entre 18 et 30 ans. Leur souhait est un bon signe car il montre qu’ils n’acceptent plus de mettre n’importe quelle substance sur leur peau. Le problème est que certains jouent les apprentis chimistes et ne respectent pas les recettes », affirme une dermatologue. « Des patients me disent par exemple qu’ils ont ajouté des huiles essentielles pour sentir bon ou plus d’hydroxyde de sodium, communément appelé soude caustique, pour bien dégraisser ».

    Mauvais dosages

    Ces modifications ont des conséquences parfois graves. Des généralistes et des dermatologues nous confient recevoir de plus en plus patients dans ce cadre. Ils souffrent d’irritations cutanées et de brûlures.

    « Certains produits nécessaires à la production de ces savons sont très corrosifs pour la peau, les yeux et les muqueuses », souligne la spécialiste. « Ils peuvent provoquer de graves brûlures chimiques. Certaines combinaisons peuvent aussi induire des interactions nocives pour la peau. Il est donc impératif de respecter les modes opératoires, les ingrédients et les dosages lors de la fabrication de ces briques nettoyantes. En cas de question, il ne faut pas hésiter à prendre contact avec votre pharmacien ou médecin. Enfin, avant tout usage d’un savon fait maison, il est conseillé de tester l’acidité de votre création avec du Papier pH ». (Source Sudinfo)