Google Analytics Alternative

L’enquête du lundi. Les communes où on meurt prématurément

L’Observatoire wallon de la santé s’est penché sur le nombre de décès avant 65 ans dans les communes

Les habitants d’Awans vivraient plus longtemps que ceux de Trooz et les hommes de l’arrondissement liégeois se suicideraient plus que les femmes. C’est en tout cas ce qu’il ressort des chiffres recueillis par l’Observatoire wallon de la santé. Enquête sur la mortalité précoce dans nos communes. 

Selon les chiffres recueillis par l’État belge, les femmes vivraient en moyenne 4,63 ans de plus que les hommes. Une différence d’espérance de vie qui se confirme dans l’arrondissement liégeois. Ainsi, selon les chiffres recueillis par l’Observatoire wallon de la santé entre 2004 et 2012, il semblerait que les femmes de moins de 65 ans habitant Liège et ses communes subissent un pourcentage de décès prématurés allant de 8,25 à 19,85 % seulement. Quand on se penche sur les chiffres recueillis chez les hommes, le pourcentage de décès prématurés relevés va de 17,5 à 30,85 %.

Une fameuse différence, qui ne touche pas seulement femmes et hommes, mais aussi les communes.

Là où certaines enregistrent un pourcentage de décès prématurés assez faible, d’autres communes en comptent près du double.

Parmi les « bonnes élèves » du classement, on retrouve Chaudfontaine et Awans, qui enregistrent toutes deux les pourcentages de décès prématurés les plus faibles de l’arrondissement, tant chez les hommes que chez les femmes.

Avec des causes principales de décès similaire : cancers, pathologie de l’appareil circulatoire et suicides chez les hommes, tandis que les Awansoises et les Calidifontaines meurent principalement de cancers ou de pathologies de l’appareil circulatoire ou respiratoire.

PLUS DE SUICIDÉS

De manière surprenante, les hommes semblent plus prompts au suicide que les femmes : si le suicide est enregistré parmi les principales causes de décès chez les hommes dans 20 des 24 communes de l’arrondissement, chez les femmes, ce chiffre tombe à 9 communes seulement.

Plus étonnant encore, là où l’appareil respiratoire est cité comme cause de décès prématuré chez les habitantes de 11 communes liégeoises, chez les hommes, il n’est repris dans aucune.

Dans toutes les communes de l’arrondissement, toutefois, le cancer est cité dans les trois causes de décès principales.

Parmi les communes où le pourcentage de décès prématurés est le plus important, on retrouve Trooz en tête du classement, avec 30,85 % de décès prématurés chez les hommes et 19,85 % chez les femmes.

En causes principales de décès, on retrouve les cancers, les pathologies de l’appareil circulatoire et les suicides chez les hommes, tandis que chez les femmes, les décès précoces seraient causés par des cancers, des pathologies de l’appareil circulatoire ou de l’appareil respiratoire.

La bonne nouvelle du classement : seules trois communes (Aywaille, Soumagne et Dalhem) étaient concernées par des décès suite à un accident de transport. L’occasion de se rappeler si besoin est que, statistiques ou pas, il fait bon vivre dans l’arrondissement liégeois.( Source La Meuse lundi 24 octobre 2016)

Les commentaires sont fermés.