Google Analytics Alternative

Glons, coulées de boues : d’où provenaient-elles, exactement ? Le billet citoyen de Regor

thier de glons pluie boues 4.pngIl est des articles qui relèvent plus du devoir civique que de l’information. C’est le cas de ce billet.

On se souvient des dernières pluies diluviennes et de ce torrent chargé de boues qui a dévalé le thier de Glons pour se répandre ensuite dans les rues en contrebas occasionnant, pour le service des travaux de Bassenge, de nombreux et lourds thier de glons pluie boues 3.pngtravaux de nettoyage durant plusieurs jours. Or, nous sommes en possession de photos exclusives qui, explicitement, montrent l’endroit, l’origine du problème où il faudrait s’attaquer pour remédier à la situation pour éviter tout risque dans le futur. En effet, ces photos apportent un  témoignage important : un véritable torrent a dévalé des champs situés en surplomb, a rejoint ensuite le thier de Glons en se voyant grossi par d’autres coulées moins sévères comme celle issue du Thier Mathias que le nouvel avaloir a permis fortement d’atténuer. Concernant celui-ci d’ailleurs, le service des travaux est encore intervenu cette semaine pour opérer un certain nombre de modifications destinées à augmenter encore son efficacité.

Alors pour revenir à la source du problème – permettez-moi ce terme – devant ce principal torrent issu des champs en surplomb qui a dévalé des hauteurs, fait dont les photos attestent, ne faudrait-il de concert avec l’agriculteur que la commune essaye d’y remédier afin qu’il ne se reproduise ?

En avançant ces preuves en photos, en posant cette question, ce billet s’inscrit donc plus dans le devoir citoyen que celui de l’information.

Il n’en demeure pas moins que les interventions menées afin de résorber le problème, feraient elles, l’objet d’un article. D’information, celui-là.

Regor

avaloir mathias 2.jpg

avaloir mathias 1.jpg

Les photos exclusives !

thier de glons pluie boues 3.png

thier de glons pluie boues 2.png

thier de glons pluie boues.png

Commentaires

  • C'est tombé au mauvais moment au mauvais endroit, il y à toujours un moment dans l'année ou les terres sont quasiment nues et susceptibles à l'érosion . A moins de rediviser les parcelles agricoles et de les entourer de haies vives je ne vois pas ce qu'on pourrait y faire, le non labour aide a moyen terme mais augmente l'érosion à long terme.

    Je vois comme solution la plus plausible la pratique de l'agro foresterie, planter une rangée d'arbres sur bande enherbée tous les 24 m environ, ceci est rentable à long terme pour l'agriculteur car les arbres représentent un capital certain. C'est déjà en pratique dans le champ à Glons en face la pompe Bastin.

Les commentaires sont fermés.