Google Analytics Alternative

Glons Rue Provinciale. Le monument commémoratif de la bataille de Rocourt fait l’objet de nouveaux aménagements. Mais, il y a comme un hic…

mémorial bataille de rocourt.2jpg.jpgDepuis la semaine dernière, la commune de Bassenge a engagé des travaux, d’une certaine importance, sur le mémorial de la bataille de Rocourt qui a été construit en 1996 dans la rue Provinciale (venant de Glons à droite en montant) pour commémorer l’anniversaire des 250 ans (1746/1996). Derrière le monument commémoratif proprement dit, un nouveau soutènement des terres est réalisé à l’aide de billes de chemin de fer afin de mettre le monument en valeur. Le travail est conséquent.

Mais voilà… Il y a comme un hic ! Le mémorial est la propriété de la mémorial bataille de rocourt.jpgcommune de Juprelle et non celle de Bassenge…

Érigé en 1996 par Jean Delheusy, citoyen résidant au lieudit « Dalles » sur le territoire de Juprelle - épaulé par quelques amis -, le mémorial est propriété de la commune de Juprelle.

Contacté ce mardi matin, l’échevin du Patrimoine de Juprelle Jonathan Grevesse, tombant des nues, nous a dit ne pas avoir été informé par la commune de Bassenge des travaux envisagés sur cet élément du Patrimoine appartenant à sa commune de Juprelle.

Se tromper de monument, ça n’arrive pas tous les jours…« Only happend in Bassenge ? »

Bientôt, grâce aux archives d’un aimable citoyen de Juprelle (historien), nous aurons l’occasion de revenir plus en détail sur l’historique de ce mémorial de Slins.

Regor

mémorial bataille de rocourt.4jpg.jpg

mémorial bataille de rocourt.6jpg.jpg

mémorial bataille de rocourt.5jpg.jpg

mémorial bataille de rocourt.3jpg.jpg

plan juprelle.png

 

Commentaires

  • Ce n'est qu'une connerie de plus.

  • Ca ne s'arrange décidément pas....

  • Un hic de plus, l'utilisation en Belgique des billes de chemin de fer est totalement interdite pour aménager des espaces publics. Ceci à cause du créosote qu'elles contiennent qui est un cancérigène avéré.
    C'est un déchet industriel dangereux qui doit être éliminé par une filière spécialisée, on tolère malheureusement encore l'utilisation par les particuliers mais en aucun cas par les entreprises ou communes.

  • En plus en regardant les photos il est clair que les ouvriers communaux ont carrément du scier ces billes à la tronçonneuse, hallucinant! Autant leur demander de casser de plaques d'amiante en morceaux...

Les commentaires sont fermés.