Google Analytics Alternative

L’animal sera considéré comme un « être sensible ». Ce sera l’article 1 du Code du bien-être animal de Di Antonio

chien chat.jpgEn reconnaissant l’animal comme un « être sensible » et plus comme un simple objet, le ministre wallon Carlo Di Antonio veut encourager les juges à sanctionner plus sévèrement les dérives en matière de bien-être animal. Ce sera chose faite en 2017. 

Depuis plusieurs mois, le ministre cdH du Bien-être animal, Carlo Di Antonio, organise des rencontres citoyennes autour de la place de l’animal en Wallonie. Son but : mettre en place un véritable Code wallon du bien-être animal. Visiblement, les rencontres sont intéressantes et riches en enseignement.

Certes, dans les zones rurales, on s’intéresse parfois davantage aux animaux de rente (bétail, cochons…) qu’aux chiens et chats, qui préoccupent beaucoup les zones urbaines. Mais cela va justement permettre d’écrire un code sans oublier certaines espèces qui nous entourent.

UNE VOLONTÉ GÉNÉRALE

Si le Code est loin d’être abouti (il reste encore des rencontres citoyennes à Verviers, dans le Brabant et le Namurois), l’article premier ne fait plus l’objet de moindre doute : il donnera à l’animal le statut d’« être sensible ».

« C’est une recommandation de l’Europe à laquelle l’Autriche et la France ont déjà souscrit », explique Carlo Di Antonio. « Chez nous, les associations de défense animale regrettent que les tribunaux se contentent trop souvent d’une sanction symbolique pour les dérapages en matière de bien-être animal. Et on a senti la même réaction lors de nos rencontres citoyennes. Avec cette nouvelle définition de l’animal dans le Code wallon (je proposerai aussi au fédéral qu’elle soit intégrée dans le code civil), j’espère que l’animal, quel qu’il soit, ne sera plus considéré comme un simple objet. » Tant en matière de maltraitance, que de commercialisation ou de transport, il faudra alors tenir compte du fait qu’il s’agit d’un être vivant, sensible au traitement qu’on lui réserve.

D’APPLICATION EN 2017

Actuellement, les services de Di Antonio classifient les suggestions qui lui sont faites au cours de ces réunions. Il rencontrera ensuite les professionnels du secteur (vétérinaires, agriculteurs, éleveurs, vendeurs…) pour préparer les chapitres du futur code et formuler les textes dans leur version juridique, avec les décrets d’application. Le ministre espère que le code sera voté et mis en place en 2017. Il devrait compter une centaine de pages, pour aborder tous les secteurs mais en restant suffisamment général pour éviter de revoter le texte à chaque modification.

« Nous avons voulu aborder ce nouveau code d’une manière créative », précise encore Di Antonio. « Plutôt que d’écrire ce code avec les juristes du cabinet et puis de le présenter aux citoyens, nous avons été à la rencontre des citoyens et des professionnels pour que son contenu réponde au maximum à la volonté générale, aux besoins du secteur et à la protection des animaux.

 

( Source La Meuse 23 juin 2015)

chien chat.jpg

Commentaires

  • Merci d avance de ce que vous pourriez faire pour eux nos amis à 4 Pattes ?

  • St

Les commentaires sont fermés.