Google Analytics Alternative

Décès de Joseph Lattuca, à Eben-Emael : il ne fait pas bon avoir un malaise en Basse-Meuse : trop peu d’ambulances couvrent la région

Secours basse meuse.pngIl manque des ambulances en Basse-Meuse. Le constat n’est pas neuf, mais le décès de Joseph Lattuca, à Eben-Emael, vient relancer ce vieux débat. Être en arrêt respiratoire serait-il synonyme de mort certaine en Basse-Meuse ? C’est peut-être y aller un peu fort en besogne, mais la situation semble difficile dans cette région lorsqu’il y a urgence. Joseph Lattuca et sa famille en ont fait la douloureuse expérience. Souvenez-nous, la semaine dernière. Cet habitant d’Eben-Emael (Bassenge) avait avalé un morceau de jambon de travers. L’épouse de son voisin avait alors contacté les secours. Ceux-ci s’étaient, comme le veut la procédure, rendus sur place « le plus rapidement possible ». Nos informations confirment qu’il s’agit d’une ambulance d’Oupeye qui a été appelée en premier. Seul hic, elle déposait un patient à Hermalle. Ne trouvant probablement pas un autre service d’ambulance disponible, le service 100 a alors recontacté les ambulanciers oupéyens peu après, qui sont alors partis sur les lieux puisque leur course à Hermalle était alors terminée. Ils sont arrivés en une dizaine de minutes à Eben-Emael.

Autre problème avec le SMUR

Un deuxième problème s’est alors posé dans le cadre de l’envoi d’un SMUR. Celui de la Citadelle était occupé avec Blegny, celui de Tongres n’était pas disponible. Voilà qui explique le nouveau délai d’attente pour la famille de Joseph Lattuca. Au final, c’est 30 minutes après leur appel au 100 que le SMUR est arrivé sur les lieux. L’ambulance, elle, avait déjà tenté plusieurs manœuvres pour secourir le pauvre homme, qui est décédé quelques jours plus tard à l’hôpital. Ce dernier s’en serait-il sorti avec une arrivée plus rapide sur place ? Nul ne le sait. Mais, comme le confirme Josly Piette (lire ci-dessous), il existe depuis de nombreuses années un vrai problème en Basse-Meuse : celui de la couverture de cette région par les services de secours. Un témoin nous dit d’ailleurs : « Géographiquement, ce monsieur était déjà mal parti.» Car si les pompiers de Liège ont un poste avancé sur place, ce n’est pas le cas des ambulances.

Ainsi, sur la BasseMeuse, Oupeye et Blegny sont les seuls services 100 agréés. Même si les pompiers de Tongres peuvent également intervenir, les plus proches en Wallonie sont ensuite le PIT André Renard (Herstal), celui de la Citadelle (Liège) ou le poste avancé des pompiers à Ans.

Un projet avorté à Hermalle

Une solution aurait pu être trouvée à Hermalle, avec le projet d’un vrai « pool » secours incluant la police, les pompiers et un service d’ambulance. Mais l’argent a fait défaut et les ambulances n’ont pas pu prendre le train en marche. A l’heure actuelle, aucun projet similaire n’existe... l

Josly Piette Bourgmestre de Bassenge

Josly Piette, bourgmestre de Bassenge, a déjà plaidé pour une meilleure couverture des secours en Basse-Meuse. « Oui, j’ai déjà réagi à plusieurs reprises avec mes autres collègues bourgmestres dont Mauro Lenzini, d’Oupeye, également concerné par cette problématique », confirme-t-il. « Nous avions déjà obtenu un poste avancé des pompiers à Hermalle, mais il n’était pas possible d’en faire de même pour les secours du 100. Pourtant, Hermalle serait un centre névralgique intéressant, qui pourrait couvrir l’ensemble de la Basse-Meuse. Sur un même endroit, il y aurait la police, les pompiers et des ambulances. »

Mais comme souvent, l’argent fait défaut. « Je ne veux pas faire de démagogie, toutes les institutions ont des problèmes financiers. Mais à cet endroit, il y a un potentiel, une vraie possibilité. » Gageons que les paroles de Josly Piette seront entendues !

( Source La Meuse 23 février 2015 )

Commentaires

  • Je suis d'accord avec ce qui est dit , mais de l'argent on en trouve pour qui on veux, pour, les gugus du gouvernement et le roi et la reine pour leur payer des voitures blindées . Et les citoyens pour crevé pour mal parlé. Du moment que les gus sons protéger c'est bien , merci les politiques.

  • Bravo au commentaire de Mr ou Mme SWENNEN

  • Oui ... et à Glons, c'est presque systématiquement Tongres qui arrive.
    Très pratique pour expliquer quelque chose au gars qui vous annonce " Moi parler français" ...ça doit donc être moi qui parle hébreu et ça ne va pas faciliter les choses.

  • et dire que nous sommes dans un pays "civilisé" c'est quand même une priorité me semble-t-il de disposer de services de secours organisés pour arriver en un temps réduit et sauver la vie des gens en danger ! On organise tellement de manifestations sans queue ni tête qui em.... les gens dans le but que les syndicats justifient leurs gros salaires, ne ferait-on pas mieux de manifester pour des choses plus qu'indispensables ? Allo la FGTB et cie......

  • La critique est facile. Quoi qu'il en soit : APPRENEZ LES GESTES QUI SAUVENT! S'il-vous-plaît!!!
    Je suis persuadée qu'à ce niveau, il y a moyen de faire quelque chose dans chaque commune. Et si la mort ne peut pas toujours être évitée, croyez-moi, il y a moyen d'en sauver et j'ai personnellement vécu les 2 cas.

Les commentaires sont fermés.