Google Analytics Alternative

Basse-Meuse : les policiers de quartier plus présents sur le terrain…

agent de quartier illustration.pngIls participeront à des patrouilles en soirée pour réduire les nuisances locales.

Vous vous plaignez parfois de ne pas voir assez votre agent de quartier ? Vous allez être servi. Les 40 agents de quartier actifs en Basse-Meuse ont en effet entamé un renforcement de leur présence sur le terrain, afin d’améliorer la qualité de vie et le bien-être des habitants. Alain Lambert, détaille le projet.

Et dès ce printemps, davantage de contrôle sur les routes…

A lire dans votre journal La Meuse de ce vendredi 12 avril 2013

Commentaires

  • A l'époque le garde-champêtre connaissait ces gens. Il est absolument nécessaire de renforcer la surveillance. Je suis contente, cela va apaiser des citoyens qui vivent dans la peur. Colombo

  • "Les citoyens qui vivent dans le peur" !!!
    La peur de quoi ?
    "Celui qui contrôle la peur des gens devient maître de leur âme." Machiavel
    "Nous avons peur de l'inconnu, et l'inconnu c'est nous."
    Je ne tiens pas à voir la "surveillance" se renforcer et je ne me sens pas du tout en insécurité.
    Pourquoi pas des "patrouilles citoyennes" tant qu'on y est ?
    Ne laissons pas la peur diriger nos vies.

  • Comme Anne-Marie, je me pose tout de même un certain nombre de questions. Lorsqu'on tient un blog qui traite de la vie communale, comme je le fais à Bassenge, forcément les articles récents que l'on écrit sur certains sujets en évoquent d'autres. Il ne m'appartient pas de juger les gens et certainement pas les habitants de la Vallée du Geer. Je m'interroge tout de même car, ne l'oublions pas, on est passé en peu de temps aux radars répressifs plutôt que préventifs, aux contrôles renforcés et à une présence policière constante lors de festivités; d'autre part, on apprend par compte-rendu de Conseils communaux que d'importantes sommes vont être affectées à l'achat de caméras de surveillance et puis maintenant, on annonce que la Police va faire des patrouilles en soirée auprès des jeunes. Le citoyen bassengeois doit-il s'attendre à être traqué en permanence ? Nous sommes des citoyens honnêtes, tout de même... Je ne vois pas la création de ce sentiment de suspicion d'un très bon oeil. Faudra peut être pas s'étonner non plus de voir apparaître une forme de rébellion auprès des jeunes... Mais bon... c’est une autre histoire dont je ne me mêle surtout pas. Merci pour vos commentaires.

  • "contrôles" ça me fait penser à la journée d'hier, premiers rayons de soleil, déferlantes des quads, des motos, des voitures de barakis toute musique hurlant à fond la caisse le tout évidemment à la vitesse du son requise pour passer dans les villages... et puis en cas d'accident, c'est pas moi c'est la route... tu parles à quand un dimanche tranquille sans tout ce boucan des quads non conformes qui passent et repassent à croire qu'ils ont un puits d'essence chez eux et autres ! (ne parlons même pas de l'âge des conducteurs....)

Les commentaires sont fermés.