Google Analytics Alternative

Trains : une ligne Liège-Glons-Visé ? Possible, mais tout dépendra de la volonté politique…

infrabelMalgré le plan d’Infrabel les travailleurs du rail ont de beaux projets dans leurs cartons.

Diminutions des coûts, zéro investissement pour certains entretiens, suppression de lignes… les nouvelles sont loin d’être positives pour le rail belge et les débats ne sont pas encore bouclés relativement au plan d’investissements présentés par Infrabel (à valider par le ministre des Entreprise Publiques). Et si la première mouture semble littéralement démanteler le rail belge (particulièrement le sud-est du pays), les cheminots ont bel et bien des projets ambitieux pour la mobilité. Thierry Moers, secrétaire permanent à la CGSP, lève le voile sur ces dossiers qui ont l’avantage d’être “peu coûteux”.

Desservir la vallée du Geer… cette possibilité semble être un doux rêve aujourd’hui. Il suffirait pourtant d’un petit maillon pour créer une mobilité efficiente dans l’ensemble de la Basse-Meuse. Car les voies existent ! Comme le soulignait Écolo il y a peu en effet, ce sont 5,000 km de voies qui furent abandonnées en 50 ans sur le territoire belge…

Dans le nouveau plan, la desserte vers Anvers est supprimée, nous trouvons cela logique car il faut 2 h 20 depuis Liège”. Par contre, il y a une possibilité de relier la ligne de Liers à Visé. Comment ? “En créant une nouvelle liaison à Glons, de 900 m seulement ”. Elle relierait la ligne 24 qui dessert toute la vallée du Geer et, ensuite, Visé. Actuellement, cette voie existe bien mais elle n’est utilisée que pour le transport de marchandises. “Cela ne coûterait que 2 millions d’euros selon les estimations”. Autres avantages : permettre une boucle pour revenir vers Liège ou, simplement, créer une liaison Hasselt-Visé via Tongres et Bassenge.

Un autre projet d’envergure est celui de la fameuse ligne 125 A, en rive droite. Comme la ligne 24, elle existe mais n’est utilisée que pour les marchandises. Comme pour la ligne de la Basse-Meuse, il suffirait d’un rien… “La ligne va jusqu’au Val Saint-Lambert, on pourrait l’amener jusqu’à Ivoz-Ramet. Il suffit d’électrifier 1 km de voies”. Des stations existent déjà, comme celle de Seraing, inutilisée.

Et pour réaliser de pareils projets, c’est moins de l’argent qu’une volonté politique qu’il faut insiste le syndicaliste.

(Sources Belga et DH 13/01/13)

Les commentaires sont fermés.