Google Analytics Alternative

Bassenge. Les 85 moutons de la Montagne St Pierre : pas de bergerie pour l'hiver !

natagoraSelon un  communiqué de Natagora, le Collège communal de Bassenge vient d'introduire un recours auprès du Ministre Henry contre la construction de la bergerie de la Montagne St Pierre ! Suite à cette action les 85 moutons, qui gèrent plus de 30 ha de pelouses calcaires sur la Montagne St Pierre, n'auront pas d'abri pour passer l'hiver !

Alors que le permis d'urbanisme a été obtenu et que les instances consultées étaient favorables au projet, la commune de Bassenge s'obstine à s'opposer à la bergerie de la Montagne St Pierre sur l'emplacement envisagé…

Commune de Bassenge : le bras de fer contre l’Europe ?

On pouvait le comprendre, ce refus a suscité une levée de boucliers et différentes associations ont rejoint Natagora pour défendre sa cause.

Natagora a lancé une pétition sur Internet et elle a déjà recueilli 837 signatures en deux jours seulement :

 http://www.petitions24.net/montagne_st_pierre__pas_de_bergerie_pour_lhiver

L’article complet dans votre journal La Meuse de ce jour :

Et voici le communiqué de Natagora dans son intégralité :  Communiqué NATAGORA.pdf

Commentaires

  • Josly Piette et son collège ont certainement une bonne raison pour bloquer ce projet. Mais quelle est-elle? Respect d'un site qu'on voudrait protéger d'un urbanisme sauvage?? Natagora n'est pas de tendance CDH? Le Pays-Bas s'y opposerait? Qu'est ce qui pourrait amener à ce blocage?

  • il ne faut plus s'étonner de rien de la part du collège de Bassenge
    après la construction d'un batiment industriel en zone d'habitat rural au pied de l'autoroute de Boirs et ce malgré une pétition des voisins direct qui en on plus qu'assez de supporter les nuisances sonores apportées par les établissements déja présent.Le harcèlement auprès de différentes ASBL locale afin de freiner leurs épanouissements voici que l'on s'en prend à la nature

  • J'ai installé une affiche à ma fenêtre :-)

  • Super idée, merci pour l'affiche! déjà plus de 1000 signatures :-)

  • Mon commentaires relatif à la pétition a apparemment été censuré. Je trouve cela vraiment dommage d'autant plus qu'il ne mentionnait que le fait que seulement 15 personnes sur les 837 signatures provenaient de Bassenge.
    Prônez la liberté d'expression qu'ils disaient :-).

  • Ayez le courage de vos opinions Monsieur Wauters et publiez des informations objectives avec tout ce que cela implique d'un point de vue déontologie journalistique.
    Pour autant, bien-sûr, que vous ayez conscience de ce que cela sous-entend.
    Pour cela, je vous suggère de lire ou relire la charte de Munich ou Déclaration des devoirs et des droits des journalistes qui a été signée le 24 novembre 1971 à Munich et adoptée par la Fédération européenne des journalistes et qui est la référence européenne concernant la Déontologie du journalisme.
    A bon entendeur ...

  • Monsieur Wauters,
    La publication de mon message précédent relatif à la déontologie journalistique n'a de sens que si les lecteurs de ce site sont informés du fait que vous avez censuré mes deux commentaires précédents, stipulant que seulement 15 personnes sur plus de 900 ayant signé la pétition en question, sont originaires de Bassenge.
    Manipulation, quand tu nous tiens ...
    Il faut vraiment que vous preniez connaissance de la charte de Munich.

  • Monsieur Dub,
    Comme le souligne très bien M. Wauters, les moyens de communication ont bien évolué au cours des ... 40 dernières années. Ici, le lecteur peut lui même se rendre compte, en visitant le site internet dédié à la pétition et en allant voir les statistiques, de la répartition géographiques des signataires. Inutile donc de préciser cela ici.
    Il faut surtout bien comprendre que beaucoup de gens se sentent concernés par ce projet de bergerie ! Ce n'est pas un projet nombriliste pour les bassengeois mais un projet européen visant la restauration et la valorisation d'un vaste patrimoine naturel de renommée international qu'est la Montagne St Pierre. C'est dans ce contexte qu'il faut replacer cette pétition et les signataires provenant des 4 coins du pays. Au delà de la Basse-Meuse toute entière, ce sont tous les amoureux du patrimoine naturel wallon qui sont interpellés qu'ils soient de Bassenge ou de Bruxelles...

  • pourquoi la commune a envoyé un recours pour annuler le permis de bâtir et surtout avant l'hiver c'est scandaleux ?
    Rudi vanherck on est tous avec toi donne toute ta force dans ce dossier ali aghroum

  • A Monsieur Dub,
    Derrière vos commentaires, je ne vois que du dédain à l’égard des bassengeois et une seule intention : me nuire et jeter du discrédit sur mes articles et sur le blog Bassenge Sudinfo que je gère.
    Comme si vous étiez un être supérieur doté d’un très large pouvoir, y compris sur l’information, vous utilisez le verbe à l’impératif pour dicter ma conduite ; vous me dites d’avoir le courage de mes opinions, opinions que paradoxalement vous me reprochez d’exprimer dans le paragraphe suivant en évoquant la déontologie journalistique tandis que, vous-même, parlant de courage, vous n’avez pas celui de signer votre commentaire de votre nom en préférant vous cacher derrière un pseudonyme.
    Toujours avec le même style narquois, vous évoquez la déontologie du journaliste et faites référence à la charte de Munich de 1971 à laquelle je devrais me conformer. Dois-je peut-être en déduire que vos connaissances en matière journalistique en sont restées à ces années-là ? Vous savez, le monde de l’information a bien changé. Aujourd’hui, à côté des journalistes, les citoyens bloguent, eux aussi. On les appelle Blogueurs et certains d‘entre eux ont choisi de relater la vie de leur région ou de leur commune. Chez Sudpresse, nous sommes plus de 150 à le faire. Il est vrai que parfois nos articles sont relayés dans la presse écrite et, personnellement, il m’est arrivé souvent d’avoir mes articles, mes chroniques, mes photos ou mes dessins publiés dans La Meuse ou dans Le Soir. Libre aux journaux de choisir leurs sources et leurs collaborateurs.
    Pour en revenir aux blogs, ceux traitant d’infos « hyper-locales » apportent un éclairage neuf sur la vie communale et leur intérêt majeur réside, non pas dans une recherche de manipulation comme vous le laisser sous-entendre et que je réfute farouchement, mais précisément, dans une certaine subjectivité et franchise propres à l’écriture des blogueurs qui, selon les sujets, soulève des questions, amène l’interactivité, suscite des commentaires dont les blogueurs s’efforcent d’ailleurs de ne retenir que les plus constructifs. L’ère nouvelle de la communication est en marche. Les citoyens ont la parole. Ils discutent entre eux. Faudra que vous vous y fassiez.
    Pour terminer et revenir au sujet de cet article qui porte sur le manque d’abri pour les 85 moutons de la Montagne St Pierre pour y passer l’hiver : Oui, Monsieur Dub, cela me touche !
    Vous pas ?

    NB : Je ne donnerai aucune suite à un commentaire s’il n’est pas signé clairement du nom de son auteur.

  • le project n'est pas seulement pour la commune de Bassenge mais au de la des frontières. (Voir plan sur site LIFE). De plus des bénévoles venu de toute la belgique on soutenu le project. (voir youtube). Donc ce project est commun.!

  • Les fermiers font la loi bien entendu comme toujours, les pauvres Caliméro, il fait trop chaud, il fait trop sec , il fait trop froid, il pleut trop etc, etc, etc,..... Par contre quand c'est pour faire n'importe quoi sans respecter rien ni personne on peut compter sur eux, du style on attend la dernière minute pour récolter et puis on met un souk pas possible toute la nuit empêchant tout le monde de dormir mais évidemment ils travaillent EUX sous-entendu les autres sont des glandeurs qui ne sont jamais contents.. dans le style paille/poutre on ne fait pas mieux surtout quand en plus on laisse les routes pleines de boue. En ce qui concerne les coulées de boue, il suffisait de ne pas couper les haies et les arbres un peu partout maintenant plus rien ne retient les eaux.
    Quant à savoir pourquoi seulement X personnes de Bassenge ont signé la pétition, poser la question c'est déjà y répondre.....

  • Je suis la responsable du troupeau qui pâture les réserves de la montagne St Pierre depuis 12 ans. Je suis moi aussi agricultrice à Bassenge. (éleveuse de moutons Mergeland, de vaches Angus et de porcs Mangalitsa en agriculture biologique)

    Cette bergerie est un outil indispensable pour le bien être des brebis qui agnèlent durant la période hivernale et pour soulager les conditions de travail que demandent un tel troupeau (stockage des 30 tonnes de foin, électricité pour les lampes chauffantes destinées aux agneaux plus fragiles, eau à volonté et qui ne gèle pas, accès aisé pour le vétérinaire...)
    Sans cet outil de travail, je n'ose même pas encore imaginer la galère dans laquelle je vais me retrouver dans les mois qui viennent.

    Il y a aussi à Bassenge et autour beaucoup des personnes qui soutiennent ce travail qui a comme objectif d'allier agriculture bio locale et protection du patrimoine environnemental.
    Il faut absolument que l'on se rende compte qu'il y a aussi une partie de la population qui nous suit, qui aime la saveur de la viande des agneaux Bio "réserves naturelles", qui aime les promenades à travers les paysages exceptionnels que nous offre la montagne St Pierre et qui en apprécie ses richesses. C'est sûr, la montagne St Pierre mérite bien qu'on protège sa biodiversité si particulière !

    Je ne comprends pas pourquoi la commune de Bassenge s'oppose à une bergerie d'une petite centaine de moutons qui ne pose pas de problème au niveau urbanistique?

    Pour moi, le réseau natura 2000 est une avancée indispensable pour la nature en Europe. Mais il ne faut pas tout mélanger, que l'on soit d'accord ou pas avec ça, ça ne devrait pas interférer dans la délivrance de ce permis.


    Muriel Vansimaeys
    Bergère de la montagne Saint Pierre
    Rosa Canina- Glons

  • J'ai contacté les différentes autorités, à savoir l'urbanisme et le DNF. Et la réponse ne laisse pas l'ombre d'un doute :

    Il est tout à fait faut de dire qu'un agriculteur n'aurait pas eu d'autorisation de mettre en oeuvre un tel projet lié à la restauration écologique d'un milieu. Bien plus, des fonds (Le Plan de Développement rural 2007-2013) sont disponibles pour financer ce genre de chose. Et ces fonds (en plus des primes spécifiques Natura 2000 que touchent les agriculteurs) sont donc également à la disposition des agriculteurs.

    Comme quoi, Natura 2000, ce ne sont pas que des contraintes, ce sont aussi des nouvelles opportunités : agrotourisme, nouvelles filières "douces", ... et des aides qui vont avec.

Les commentaires sont fermés.