Google Analytics Alternative

Mystérieuse découverte au vieux cimetière de Glons… - reportage et vidéo -

vieux cimetière glonsDepuis 2010, le vieux cimetière de Glons, abandonné depuis les années cinquante, fait l’objet de réhabilitations et de restaurations.

L’occasion pour Freddy Close et Eugène Devue, attentifs au patrimoine local, d’explorer l’aire de l’église démolie en 1901 et de remettre à jour une partie des anciennes fondations de bâtiments antérieurs. On savait déjà qu’une très ancienne chapelle castrale avait existé à Glons depuis l’année 650 environ. Des pierres d’un arc mérovingien, récupérées lors de la démolition de la dernière église, se trouvent aujourd’hui exposée au Grand Curtius à Liège.

Dans un premier temps à la recherche de la sépulture du curé Ramoux, nos deux chercheurs ont buté ce premier mai sur une structure étonnante et mystérieuse : une excavation de forme circulaire, qu’on a prise d’abord pour un puits.

 « En dégageant des ossements et des déblais, on a progressivement vidé une partie de cette structure cylindrique, mais sans pouvoir en atteindre le fond. C’est finalement plusieurs mètres cubes de blocs de tuffeau et de pierres de diverses formes, parfois taillées et moulurées qui ont été extraites de l’excavation. Ce weekend, on atteignait la profondeur de 8 mètres, mais toujours pas de fond en vue.

vieux cimetière glons

S’agit-il d’un puits ? Est-ce le départ d’un mystérieux souterrain ou tout simplement un projet abandonné avant son exécution par nos ancêtres, il y a quelques siècles ?

Le mystère reste total pour l’instant…

vieux cimetière glons, puits vieux cimetière glons, patrimoine bassengeLes interrogations sont d’autant plus grandes que cette cavité se situe à l’intérieur même du périmètre de l’église du Moyen-Âge. Or, il n’entrait pas dans les habitudes de creuser des puits à l’intérieur même d’un édifice de culte. Le puits est-il plus ancien encore ? A-t-il précédé l’église médiévale, construite par-dessus ?

Beaucoup de matériaux d’origine romaine (moellons et tuiles) sont dispersés sur le cimetière. Certains ont été réutilisés dans les constructions qui se sont succédées : chapelle et église, mais ils ne donnent aucune indication quant au puits lui-même qui, pour l’heure, reste un mystère…

Il faudra encore beaucoup d’huile de bras pour le dégager complètement… Si on y arrive. S’il descend encore beaucoup plus bas, il faudra malheureusement sans doute abandonner les travaux car nous ne sommes pas équipés pour une telle prospection.»

Les bénévoles locaux en référeront à la Commune de Bassenge.

Le cimetière millénaire de l'ancien quartier de Brus, situé à flanc de colline, dans un des sites les plus beaux de Glons, pourrait nous en conter beaucoup sur l'histoire de nos ancêtres. Il a vu défiler Romains et Gallo-Romains, Mérovingiens et Carolingiens, le long d'un diverticulum (voie romaine secondaire) qui reliait entre elles les villas romaines de la Vallée du Geer.

Nos archéologues locaux ont l'intention, avec l'aide d'un vidéaste professionnel, de réaliser un DVD qui sera proposé pour financer de nouvelles recherches et datations chronologiques.

Pour tous renseignements complémentaires : Eugène Devue edevue@skynet.be

Commentaires

  • Excellent article, cher "collègue"... Un sujet qui m'intéresse beaucoup...

  • Bonjour,
    Ceci est par intérêt pour le sujet et non pour critiquer l'article.
    La datation du « puits », car pour moi c'en est un a t'il été évaluer.
    Je pense que cela devrait être une des priorités. Il peut avoir été rebouché avec des « détritus » contemporains voir plus anciens, car tous est bons pour reboucher un trou.
    Pourquoi ce « puits » a été rebouché, la pour moi est la question, mais pour cela il faut le vider. Je n’ai, ni la compétence, ni l’argent pour financer cette opération. Mais j’ai mon courage et du temps si ça peut aider.

  • Laissez-moi vos coordonnées, je transmettrai à Eugène et Freddy. Merci pour votre commentaire. Roger

  • Une belle journée, il absolument continuer à creuser le puits , quel travail incroyable respect pour les gens du passé, tu peux conter sur moi le lundi Ali

  • Félicitations à Eugène DEVUE et Freddy CLOSE. Creusez, fouillez, prenez de la
    peine... comme l'écrivait qui vous savez etc...
    Question : Acceptez-vous que l'on publie en tout ou en partie votre rapport dans IN PAGO HESBANIO. Qui ne dit non consent ? Dans ce cas transmettez-
    le directement à Georges ROUSSEL(groussel@skynet.be) et bon courage !

  • Pas trop vite. La fouille est loin d'être terminée. On ne sait absolument pas à quoi cela va aboutir. La décision de poursuivre à de pareilles profondeurs demande mûre réflexion. Cela exige un matériel particulier et ... des précautions sérieuses. Le jeu en vaut-il la chandelle ?
    Ce puits - parce qu'effectivement, ce ne peut être qu'un puits - descend très probablement au moins à une trentaine de mètres.
    Il serait très intéressant d'apprendre de quand il date et pourquoi il se trouve dans l'aire même de l'église médiévale... Malheureusement les matériaux dont il est comblé ne nous le permettent pas. L'on y trouve aussi bien tuffeau et briques que grès houiller ou moellons taillés "à la romaine"... Aller jusqu'au fond nous parait impossible avec les moyens dont nous disposons. On fournira de temps à autre des infos sur le blog de Regor. E.D.

  • Ce vendredi, en fin de journée, une ultime observation nous a permis de repérer à environ 9 mètres sous le niveau du sol, des premières traces de craie dans la paroi du puits. Cela indique que le tuffeau n'est plus très loin et cela explique par ailleurs que le puits n'ait pas été maçonné, parce que, tout simplement, sous les 9/10 mètres, il se trouvera dans la strate de tuffeau, taillé à même la roche. Tellement solide, qu'il n'a pas besoin de cuvelage. Les premiers mètres sont creusés dans un argile compact bourré de silex, qui forme comme une sorte de béton naturel.
    Terrible travail que nos ancêtres ont réalisé là !!!
    On tentera d'obtenir que le puits soit préservé, même si on ne pourra, avec les moyens d'aujourd'hui, le vider complètement. Ceux qui prendront le relais auront peut-être d'autres moyens. Ce sera un bon départ pour eux et notre travail n'aura pas été inutile.

  • Le collège échevinal de Bassenge a pris la décision de sauvegarder le "puits mystérieux" du vieux cimetière de Glons. Une margelle va être construite pour le sécuriser. Il sera recouvert d'une toiture et protégé des jets de pierres ou de déchets.
    Le travail réalisé n'aura donc pas été inutile. Quand de nouveaux moyens seront mis à la disposition des chercheurs, la fouille pourra se poursuivre et le secret sur son origine et son histoire sera éventuellement levé.
    Avec les moyens du bord, nous ne pouvions en faire davantage...
    Quant au vieux cimetière de Glons, il est loin d'avoir livré tous ses secrets: de vieilles murailles, de dimensions impressionnantes ont été partiellement mises au jour. Il faudra poursuivre les recherches pour tenter de trouver une explication. Rien, dans les archives actuellement accessibles, n'y fait référence.
    Au printemps prochain, on remet ça. Avis aux amateurs...
    Eugène Devue.

Les commentaires sont fermés.