Google Analytics Alternative

Vallée du Geer : mais d’où vient donc cette tradition des carnavals ?

syndicat initiative bassengeLes origines, c’est du côté d’Emael et de son carnaval noir des Hoûres qu’il faut aller chercher la réponse.

Pour certains historiens, ce carnaval serait même l’un des plus anciens de Wallonie puisqu’il remonterait au Moyen-Âge. Et même si personne ne connaît l’origine exacte, une explication, plus que plausible, sort du lot.

“ A l’époque, Maastricht casernait ses lépreux du côté d’Emael ”, explique Myrielle Comblain, du Syndicat d’Initiative de Bassenge.

“ Une fois par semaine, ces lépreux se recouvraient d’étoffe de la tête aux pieds pour cacher les tâches noires de la maladie. Ils allaient ainsi dans le village pour mendier de la nourriture. Ils portaient également des grelots pour avertir les habitants de leur arrivée. Ceux-ci déposaient alors les vivres sur le pas de la porte. ”

carnaval vallée du geer, carnaval bassenge

Mais ne dit-on pas que le carnaval, c’est se moquer de ce dont on a peur ? C’est ainsi qu’une fois la lèpre éradiquée, les Emaelois ont commencé à imiter les lépreux, en se déguisant et en se maquillant des tâches noires de lépreux. Très vite, cette tradition est devenue un jeu. Et les gens, ainsi déguisés, ont commencé à courir après les non-déguisés pour leur faire des tâches noires sur les joues.

Les rouflades étaient nées. D’années en années, le carnaval a pris de l’ampleur et les coutumes se sont diversifiées: fricassées, sorties musicales, bal masqué, etc.

D’Emael, cette tradition s’est étendue, au fils des siècles, à toute la vallée du Geer. Chaque village l’adaptant à sa façon. Et les cortèges? Ils ont été mis sur pied pour donner un côté encore plus festif à ces traditions. Et si les rouflades et le folklore sont restés dans la Vallée du Geer, les cortèges eux, se sont étendus.

Voici quelques décennies, ils ont remonté de la vallée jusqu’à Oupeye et Juprelle. A un moment, ils ont même traversé la Meuse puisque Visé avait aussi son cortège carnavalesque. “ Mais ça fait plus de 20 ans qu’il n’y en a plus ”, déplore Jean-Pierre Lensen, du Musée de Visé.

Une tradition dans la Basse-Meuse est ainsi née pour le plus grand plaisir de tous…

Chaque année, les cortèges attirent ainsi des milliers de personnes venues de la Basse-Meuse et de bien au-delà…

 

(Photos : Myrielle Comblain et Joël Stokis du Syndicat d’Initiative « Bassenge en Vallée du Geer ». Les hoùres - fédération groupes folkloriques wallons)

 

(Sources La Meuse 1er février 2012)

Commentaires

  • magnifique histoire !! je ne savais pas tout ça !!!!! merciii bien ...

  • Je vois un commentaire de Duchateau . Seriez vous André Duchateau de Neuville en Condroz ?...ancien prof à l'AR Visé .

  • non pas dutout !!! de wonck hein Jean-Marie comme toi je crois ??? bonne journée ...

Les commentaires sont fermés.