Google Analytics Alternative

Vignobles en Vallée du Geer : où en est-on ?

vignobles en vallée du geer, vin de liège, vignes eben-emaelLe projet de la coopérative “ Vin de Liège ” se concrétise chaque jour un peu plus. En octobre, les 200 membres de la coopérative décidaient de planter un vignoble de 12 hectares en région liégeoise. Un projet d’économie sociale, citoyen et respectueux de l’environnement. La coopérative a choisi des cépages résistants aux maladies. Le but: éviter l’utilisation de produits chimiques et de produire un vin bio. Mais pour que ce vignoble voit le jour, il faut des terrains. Après avoir choisi un terrain de 4 hectares à Heure-le-Romain, au lieu-dit “ Au Fragnay ”, la coopérative a trouvé un second site à Eben-Emael, rue Joseph Mélotte (nous vous relation ce fait, en détail, dans une notre précédente parue en octobre sur Bassenge Blogs Sudinfo). Ces deux terrains seront loués durant 27 ans à leur propriétaire. “ Notre idée est de planter la moitié du vignoble en 2012 et l’autre moitié en 2013. Nous avons donc assez de terrain pour lancer notre projet ”, explique Alec Bol, administrateur-délégué.

Et les premiers travaux ont déjà débuté. “ Nous avons aéré, en profondeur, le sol du terrain de Heure-le-Romain. Cela doit aider la vigne à bien s’implanter. Nous répéterons l’opération à Eben. À Heure, nous allons aussi planter des haies. Elles protégeront les plants des vents et permettront à certains oiseaux et insectes de s’y nicher ”. Les ceps devraient être plantés en avril 2012 et cela, sous la surveillance d’un vigneron professionnel français. Les premières bouteilles sont attendues en 2015. “ Dans un premier temps, nous ne comptons faire que du rosé, car il est plus facile à produire . Nous proposerons par la suite du blanc et du rouge ”.

Vin de liège doit encore trouver 6 hectares

Pour 2013, six hectares de terre doivent encore être trouvés. Pour la vitrine que cela pourrait amener, la coopérative aimerait trouver un demi-hectare à Liège. “ Pas plus, parce que c’est assez difficile d’y trouver le terrain idéal ”. Pour les 5,5 hectares restant, Alec Bol a une préférence pour la Basse-Meuse et si possible en restant à Oupeye et Bassenge. “ Nous avons certaines exigences. Il faut que le terrain soit en légère pente et pas trop exposé aux vents du nord ”. Si vous êtes propriétaires d’un tel bijou, vous pouvez prendre contact avec Alec Bol 0472/52.50.03.

(Source La Meuse de ce 2/12)

Les commentaires sont fermés.