Google Analytics Alternative

Travaux et mobilité

  • Manifestation interprofessionnelle du lundi 23 octobre 2017. Risque d'importantes perturbations. TEC concerné(s) : TEC Liège-Verviers

    Communiqué du TEC :

    En raison de la participation d’une partie de notre personnel à la manifestation interprofessionnelle organisée en front commun syndical ce lundi 23 octobre, le réseau du TEC Liège-Verviers pourrait être fortement perturbé durant toute la journée.

    D'importants retards et/ou des suppressions de services ne sont pas à exclure. Dès lors, nous invitons notre clientèle à prendre ses dispositions pour tout déplacement prévu et à se tenir informée via cette page, l’E-mailing, TECxto ou en téléphonant à l’Infotec (04/361.94.44).

    Tous nos services seront à nouveau assurés normalement le mardi 24 octobre.

    La Direction du TEC Liège-Verviers présente d’ores et déjà ses excuses à sa clientèle pour les désagréments occasionnés.

  • Glons – rue provinciale. Les photos du jour

    Aménagements ralentisseurs pour protéger les usagers les plus faibles ? Des photos qui soulèvent tout de même pas mal de questions. (photos I.B.)

    handicapé thier de glons.jpg

    handicapé thier de glons 2.jpg

  • Oupeye, Juprelle et Bassenge : des travaux reportés à cause... des betteraves! Ils devraient démarrer la semaine prochaine, jusqu’à fin du mois

    Annoncées dans le courant du mois de septembre, les réparations des casse-voitures d'Oupeye, de Juprelle et de Bassenge n'ont toujours pas eu lieu ! La faute à la récolte des betteraves qui a été retardée. 

    Durant le printemps et au début de l'été, un sous-traitant néerlandais a installé un nouvel oxyduc pour le compte d'Air Liquide. Une nouvelle conduite d'un peu plus de 15 km qui relie Bassenge au Canal Albert. Et si son trajet passait principalement par des champs, des routes étaient inévitablement traversées. Une fois le travail terminé, les routes ont été rebouchées de manière scandaleuse.

    A certains endroits, ce sont de véritables casse-voitures qui ont été créés. Plutôt que de refaire des routes plates, l'entreprise a posé un béton rapide et n'a même pas pris la peine de le mettre proprement. Résultat, on se retrouve avec des bosses ou des cuvettes qui, parfois, ne sont même pas signalées par un panneau d'avertissement.

    En juin dernier, on nous avait expliqué que ce rebouchage était temporaire et que des réparations définitives seraient effectuées en septembre de cette année. Sauf que, ce 12 octobre, les bosses et les cuvettes sont toujours là. Si la météo des prochains jours s'annoncent clémente, mine de rien l'hiver n'est pas loin et si les réparations ne sont pas faites d'ici, il faudra attendre le printemps

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-10-12,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-10-12,BASSE-MEUSE,1|10

  • Emael. Le bassin d’orage est hors service : dans le lieu devenu glauque le feu des pyromanes a remplacé l’eau… (Vidéo)

    bassin orage emael bulletin communal décembre 2013.jpgIl y a cinq ans, feu l’Echevine Fabienne Heptia prenait à bras le corps un dossier important qui lui tenait à cœur : mettre un terme aux coulées de boues, véritable calamité récurrente, qui en cas de fortes pluies dévalaient des hauteurs par la rue Mélotte pour envahir ensuite la rue de la Vallée, axe principal principal du village d’Emael ainsi qu’un tronçon de la rue du Fort. Comme l’indiquait le bulletin communal de Bassenge du mois de décembre 2013, la commune de Bassenge avait réalisé, « sur fonds propres et grâce au professionnalisme de ses ouvriers » un bassin d’une superficie de 32 m2 ainsi qu’un caniveau aménagé, en contrebas, au début de la rue Mélotte. (Extrait bulletin communal ci-contre à gauche - Cliquer pour agrandir)

    Nous y consacrions un article ici.

    bassin orage emael 3.jpgAu hasard d’un reportage photographique, nous sommes passés sur les lieux ce dimanche 8 octobre 2017. Quel ne fut pas notre étonnement de constater que, non seulement, le bassin n’était plus opérationnel dans la mesure où aucune connexion ne permet plus aux eaux de le rejoindre mais, de surcroît, que le lieu, envahit par une végétation abondante, servait désormais de brasier à des pyromanes qui se livraient à des actes délictueux en boutant le feu à des déchets de diverses natures. Il est clair que le bassin d’orage ne remplit plus sa fonction première pour laquelle des investissements ont été consentis.

    S’agissant de prévention, le remettre en fonctionnement en urgence ne s’imposerait-il comme une nécessité tout comme traquer les pyromanes auteurs de ces délits ne le serait-il tout autant ?

    Roger Wauters

    LA VIDEO

  • Glons – Route provinciale. Des aménagements pour protéger les usagers les plus faibles ?

    trottoir route provinciale.jpgComme le démontre la photo, le trottoir est impraticable. Alors… Piétons, familles, enfants, marcheurs, joggeurs : vous faites-quoi là ?

    N’avait-on pas parlé de « protection des usagers les plus faibles » ?

    A Bassenge, il est parfois difficile de « suivre »…

    Regor

    route provinciale trottoir.jpg

  • Impressionnant. Le clocher de l’église de Roclenge en cours de réparation. Les ouvriers travaillent à 50 m ! (Vidéo)

    réparation clocher église roclenge.jpgDans un article précédent, nous abordions le danger présenté par un élément de toiture du clocher de l’église de Roclenge qui menaçait de se détacher. Ce vendredi 22 septembre, l’entreprise Egide Hermans de Glons est intervenue pour procéder aux réparations. Appel a été fait à la Société Havart de Liège qui a mis une grue télescopique à la disposition de l’entreprise glontoise. Comme nous l’avons constaté sur place ce vendredi matin, les ouvriers travaillent à 50 mètres de haut en toute décontraction.

    La Vidéo !

    réparation clocher église roclenge2.jpg

  • Aménagements publics à Bassenge. Elles ont la cote. Et si on parlait des vieilles traverses de chemin de fer ?

    aménagements place louis piron roclenge 4.jpgAu vu de l’utilisation courante qui en est faite à Bassenge, ne convient-il de s’interroger sur le choix de ce matériau au vu de la large documentation existante et des lois qui régissent cette matière, notamment, en termes d’usage ?

    Billet de Regor.

    Traitées à la créosote, produit cancérogène avéré, les vieilles billes de chemin de fer ont un impact sur l’environnement comme sur la santé et, à ce titre, elles sont classées parmi les produits dangereux en Europe – et, en ce qui nous concerne, en Belgique aussi.

    En quoi la créosote est-elle dangereuse ?

    Principalement par sa teneur en benzo[a]pyrène.

    Citons le site français Cancer-environnement :

    « La créosote utilisée pour traiter les traverses de chemin de fer est un liquide huileux brun-noir obtenu par distillation de goudron de houille. Elle contient du benzo[a]pyrène qui appartient à la famille des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Certains hydrocarbures aromatiques polycycliques peuvent endommager le patrimoine génétique, provoquer des cancers ou affecter la procréation et le développement du fœtus. Le benz(a)pyrène, qui combine toutes ces caractéristiques, est considéré comme le HAP le plus nocif. L'homme absorbe des HAP en respirant des particules, en mangeant de la nourriture mais aussi par contact cutané avec des matériaux contenant ces hydrocarbures. »

    Une Directive européenne en règlemente l’usage

    Emise en 2001, la Directive 2001/90/CE de la Commission européenne du 26 octobre règlemente la vente comme l’usage des vieilles billes de chemin de fer. Le cadre de cette directive était repris par la Wallonie comme le rapporte le journaliste Gilles Toussaint dans son article du lundi 16 août 2010 qu’il consacre à ce produit dangereux dans La Libre Belgique sous le titre « Ne pas se faire de billes ? »

    Enfin, en Belgique, le guide de la Confédération de la Construction les classe parmi les produits dangereux et soumet les entrepreneurs à de strictes obligations (DID : Déchets industriels dangereux). Par le danger qu’elle présentent pour la santé, l’usage des vieilles billes de chemin de fer est interdit dans plusieurs lieux publics

    En effet, la Directive 2001/90/CE interdit l’usage de ce produit dangereux dans des lieux publics bien précis. Ainsi en est-il  des terrains de jeux, parcs, jardins ou autres lieux récréatifs publics situés en plein air en cas de risque de contact avec la peau. Rappelons aussi, comme stipulé plus haut, que l’homme inhale des HAP en respirant des particules.

    Et la Place Louis Piron de Roclenge, en tant que lieu public : dans quelle catégorie la placer ?

    Ce n’est sans doute pas inutile de considérer les différents aménagements successifs dont la place a fait l’objet et de souligner qu’aujourd’hui s’y tiennent tout au long de l’année de nombreuses manifestations, soupers, tournoi de pétanque et diverses festivités populaires sans compter d’autres organisations diverses qu’il serait impossible de toutes nommer ici. Force n’est-il dès lors de constater qu’au fil des années, la Place de Roclenge soit ainsi devenue autant un lieu de détente assimilable à un parc qu’à un lieu récréatif par les activités qui s’y déroulent ? De ce fait, il apparaîtrait donc bien que la Place entre dans la définition de lieu récréatif public au sens où la Directive européenne y interdise l’utilisation des vieilles billes de chemins de fer créosotées et cancérogènes.

    « Certains hydrocarbures aromatiques polycycliques peuvent endommager le patrimoine génétique, provoquer des cancers ou affecter la procréation et le développement du fœtus. Le benz(a)pyrène, qui combine toutes ces caractéristiques, est considéré comme le HAP le plus nocif. »

    Autant le savoir…

    Regor

    La Directive européenne :

    Directive 2001/90/CE de la Commission du 26 octobre 2001 portant septième adaptation au progrès technique (créosote) de l'annexe I de la directive 76/769/CEE du Conseil concernant le rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres relatives à la limitation de la mise sur le marché et de l'emploi de certaines substances et préparations dangereuses.

    « Cependant, les bois traités selon les points 2 ii) et iii) ne peuvent être utilisés:

    — à l'intérieur de bâtiments, quelle que soit leur destination,

    — dans les jouets,

    — sur les terrains de jeu,

    — dans les parcs, jardins ou autres lieux récréatifs publics situés en plein air en cas de risque de contact fréquent avec la peau,

    — dans la fabrication de meubles de jardin, tels que les tables de camping,

    — pour la confection, l'utilisation et le retraitement:

    — de conteneurs destinés à la culture,

    — d'emballages pouvant entrer en contact avec des produits bruts, intermédiaires et/ou finis destinés à l'alimentation humaine et/ou animale,

    — des autres matériels susceptibles de contaminer lesdits produits.»

    Voir aussi :

    •             http://www.sita.fr/dechets-industriels-dangereux/

    vieilles billes de chemin de fer lieux publics commune de bassenge.5jpg.jpg

    vieilles billes de chemin de fer lieux publics commune de bassenge.jpg

    rond-point charlemagne eben2.jpg

    créosote benzo a pyrène.jpg

  • Perturbations des TEC dans toute la Wallonie

    Comme attendu, la manifestation convoquée mercredi à Namur par la CGSP entraîne des perturbations en matinée dans la circulation des TEC. Du côté des bus des TEC Liège-Verviers, la situation est particulièrement problématique depuis le dépôt de Jemeppe où seuls 18% des véhicules circulent, selon un point de la situation effectué vers 06h00 par la porte-parole Carine Zanella. Seuls 10% des trams et des bus roulent sur le réseau des TEC Charleroi.

    25% des services sont assurés depuis le dépôt de Rocourt, 36% depuis le dépôt d’Omal, 40% à Bassenge, 56% à Verviers et Robermont, tandis que tout fonctionne normalement depuis Eupen, précise la porte-parole des TEC Liège-Verviers.

    La suite de l’article sur :

    http://basse-meuse.lameuse.be/128714/article/2017-09-20/perturbations-des-tec-dans-toute-la-wallonie

  • A proximité. L’ancien pont des Allemands démonté (vidéo)

    Le renouvellement du pont des Allemands se poursuit. Durant tout ce week-end, les ouvriers et ingénieurs seront occupés à démonter la vieille structure et à positionner correctement la nouvelle. Les trains de marchandises devraient l’emprunter dès mercredi.

    Ce vendredi, durant toute la journée, une manœuvre impressionnante s’est déroulée au-dessus de la Meuse. L’ancien tablier du pont des Allemands, du moins dans sa partie qui enjambe la Meuse, a été complètement démonté. En réalité, ces 250 m d’acier ont été coupés en trois tronçons.

    La suite de l’article sur :

    http://basse-meuse.lameuse.be/127014/article/2017-09-15/lancien-pont-des-allemands-demonte-video

    La vidéo sur :

    http://www.dailymotion.com/video/x60v0ff

  • A proximité. Du fitness à la piscine de Haccourt

    Une aire de fitness extérieure bientôt mise à la disposition de tous.

    Avec la rentrée des classes, beaucoup ont pris comme résolution de se remettre au sport et de se (re)sculpter un corps de rêve. Et d’ici quelques jours, à Haccourt, vous aller pouvoir faire travailler vos abdos, vos biceps et autres quadriceps ou fessiers. La commune est en effet en train de réaliser une aire de fitness extérieure. 

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-09-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-09-08,BASSE-MEUSE,1|10

  • Wallonie. 400 millions pour épurer les eaux. 10 millions iront à Bassenge…

    station d'épuration wonck Plan.jpgLe gouvernement wallon a approuvé un programme de travaux de la SPGE (Société publique de gestion de l’eau), qui va toucher l’ensemble de la région. Pour un investissement d’un peu moins de 400 millions d’euros d’ici 2021.

    Dès cette année, précise le ministre Di Antonio, 276 chantiers seront menés. Dont la création de 90 nouvelles stations d’épuration. La plus grande partie de ces chantiers visera à améliorer (épurer) les eaux de surface.

    10 millions investis à Bassenge

    Chaque jour, un Wallon utilise une centaine de litres d’eau pour ses usages domestiques. Comprenez par-là la préparation des repas, les soins du corps, le ménage, etc. Bien évidemment, cette eau utilisée et donc usée doit être traitée avant d’être rejetée en milieu naturel. Et pour ce faire, il n’y a pas 36 solutions. Cela passe soit par un système d’assainissement collectif, à savoir des habitations connectées aux égouts qui les amènent ensuite vers une station d’épuration; soit via un système d’épuration des eaux usées individuel, qui ne traite donc que les eaux de l’habitation concernée.

    Pour faire face à ses obligations environnementales, imposées par l’Europe, la Région – qui en est aujourd’hui à un taux d’épuration de 91% – a donc débloqué 400 millions d’euros, dont 102 pour la province de Liège. Pour ce qui concerne Bassenge, quatre millions vont être investis dans la station d’épuration de Wonck, trois autres dans le collecteur et la station de pompage de Bassenge, trois également pour la première partie du collecteur de Wonck.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-09-08,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-09-08,BASSE-MEUSE,1|10

     

  • Photo du jour. Route provinciale à Glons

    Dimanche 13 août 2017. Signalisation endommagée.

    signaux route provinciale 2.jpg

     

  • Si vous voyez ce panneau, faites bien attention, il s’agit d’un usager de la route sourd ou malentendant.

    Plus ce panneau sera connu, plus ces personnes circuleront en sécurité…

    À partager!

    (Source Facebook Laurette Onkelinx)

  • Un second taxi social à Bassenge. Les demandes de transport étaient devenues trop importantes

    Cela fait deux ans et demi que l’ASBL « Titres Services » a lancé son taxi social. Avec succès. Un deuxième taxi va donc prochainement arriver. 

    Ce samedi, l’ASBL « Titres Services » de Bassenge a fêté son 10 ème anniversaire. Et cet événement a été marqué par l’acquisition d’un second taxi social. Indispensable, car de nombreuses demandes de déplacement étaient refusées, faute de moyens.

    La suite de l’article en suivant ce lien :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-08-09,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-08-09,BASSE-MEUSE,1|9

  • Info de dernière minute : le passage à niveau de Glons sera bel et bien fermé du mercredi 9 au vendredi 11 août inclus. Prenez vos précautions !

    C'est une information qui nous vient du jeune Conseiller Communal Christopher Sortino (PS), qui a pris contact avec Infrabel pour tenter d'éclairer les habitants du quartier concerné sur cette situation peu claire.

    Peu claire ?

    Dans un premier temps, Infrabel a annoncé, dans un toute-boite, vouloir réaliser des travaux sur la ligne 34 entre Glons et Liers du samedi 5 août au vendredi 11 août. Conséquence directe : la fermeture du passage à niveau durant la période des travaux. Or, sur le site de la commune de Bassenge, on peut lire que le passage à niveau ne sera pas fermé durant la période des travaux. Dès lors, qui croire ?

    Fermera ou fermera pas ?

    Interpellé par un citoyen sur cette question, le jeune Conseiller de l'opposition, Christopher Sortino, a tenté d'y voir plus clair. Celui-ci explique : "L'objectif de départ était de connaitre le trajet des déviations pour que les habitants puissent prendre leurs précautions. J'ai donc pris contact avec Infrabel, qui m'a renvoyé à la zone de police Basse-Meuse, qui m'a à son tour renvoyé à la commune de Bassenge. Le service travaux m'a communiqué l'ordonnance de police du collège communal. Dans celle-ci, on peut lire qu'"Un  itinéraire de déviation sera mis en place par les communes de PAIFVE, WIHOGNE, VILLERS ST SIMEON, FEXHE-SLINS, SLINS". En complément, Infrabel vient de m'envoyer, ce jour, un mail pour m'informer que le passage à niveau sera bien fermé de ce mercredi à ce vendredi inclus". Et le jeune conseiller communal de conclure : "Il serait sans doute utile de donner cette information à vos lecteurs afin d'éviter toute situation de retard sur la route et donc, de stress".

    Les voilà informés...

    Voici le mail d'Infrabel :

    Cher monsieur Sortino,

    En réponse à votre demande du 31-7-2017 concernant Déviations travaux à Glons, nous souhaitons vous présenter les éléments suivants:

    Nous pouvons vous confirmer que nous avons l’autorisation de fermer tous les passages à niveau nécessaires à la réalisation du chantier et de renvoyer toute la circulation par la même déviation.

    Cependant, nous avons décidé de ne bloquer le PN 22A (rue Paifve à Glons) que du mercredi 9 au vendredi 11 (inclus).

     Nous espérons avoir pu vous renseigner au mieux et nous restons à votre disposition pour toute nouvelle question, par mail à info.projets@infrabel.be ou par téléphone au 0800/55 000.

     Cordialement,

     Elise Préaux