Google Analytics Alternative

Travaux et mobilité

  • Dès le 1er octobre. Plaque illisible ? Amende plus sévère !

    vol de plaques.jpgÀ partir du 1 er octobre prochain, rouler sans plaque d’immatriculation ou avec une plaque falsifiée ou illisible ou qui ne correspond pas au véhicule, vous coûtera plus cher. L’amende appliquée jusqu’ici de 58 € passe à 116 €.

    Le législateur estime en effet qu’il fallait faire passer cette infraction routière en infraction du deuxième degré « car ces comportements en matière d’immatriculation permettent de se soustraire aux poursuites » . Il estime que c’est donc plus grave qu’un simple oubli administratif.

    Si vous vous obstinez à ne pas payer cette perception immédiate et que l’infraction est portée devant le juge, celui-ci peut infliger une amende allant de 160 à 2.000 euros. Le juge peut aussi doubler l’amende en cas de récidive dans les trois ans et prononcer une déchéance du droit de conduire ! Bref, ça ne rigole plus !

    Rappel de toutes les obligations en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-09-12,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-09-12,BASSE-MEUSE,1|16

  • Liège – Mobilité. Six euros pour 24 heures de train/bus à Liège

    train gare.jpgLa SNCB et le TEC lancent une nouvelle formule, valable pour toute l’agglomération liégeoise

    Depuis ce lundi, le City Pass 24 heures permet de voyager dans l’agglomération liégeoise, en train et en bus, sans limite, pour six euros. 

    Grosse rentrée pour la SNCB, qui voit la concrétisation de trois nouveautés en région liégeoise.

    C’est en effet ce lundi que les gares de Liège-Palais et Liège-Jonfosse ont officiellement changé de nom, pour devenir respectivement Liège-Saint-Lambert et Liège-Carré et que la gare de Chaudfontaine a rouvert ses portes.

    Mais c’est également ce lundi qu’entre en vigueur la nouvelle offre liégeoise, le City Pass 24h.

    « Le billet City 24h vient compléter les formules d’abonnements City Pass lancées au 1 er juillet dernier par le TEC et la SNCB et ce, à partir de ce lundi 3 septembre. Le TEC et la SNCB proposent désormais également aux clients occasionnels circulant dans les agglomérations de Liège et Charleroi une solution de déplacement en train, tram, métro et bus, dans des zones à forte attractivité commerciale, professionnelle, touristique, scolaire… », précise la SNCB.

    Cette formule, proposée au prix de six euros, permet, en effet, à l’usager de circuler librement en deuxième classe, durant 24 heures, dans toute la ville de Liège et dans son agglomération, tant sur le réseau TEC que sur celui de la SNCB. Sans aucune limitation du nombre de trajets.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-09-04,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-09-04,BASSE-MEUSE,1|6

  • Région liégeoise – Mobilité. Les cinq chantiers routiers qui vont empoisonner votre rentrée

    Plusieurs chantiers autoroutiers sont toujours en cours. Et d’autres vont débuter

    La semaine prochaine, c’est la rentrée. Et donc le retour, en masse, des automobilistes sur les autoroutes et les nationales. L’occasion de faire le point sur les gros chantiers qui risquent d’empoisonner votre retour au travail. 

    Mauvaise nouvelle pour les automobilistes qui empruntent la E25 dans le sens Liège-Luxembourg. Le chantier de réhabilitation du revêtement sur le tronçon de cinq kilomètres compris entre Chênée et Tilff a en effet pris du retard. « Le chantier devait être terminé au début du mois de septembre, mais suite à un problème technique rencontré avec une machine sur le chantier et aux conditions météo défavorables qui ont repoussé la pose de revêtement, la fin du chantier est prévue pour la fin du mois de septembre », explique la Sofico.

    Pour rappel, la vitesse est limitée à 70 Km/h et l’accès 39 « Chênée » vers le Luxembourg est fermé pendant toute la durée du chantier.

    Le chantier de réaménagement et de réhabilitation de l’échangeur nº34 « Hauts-Sarts/Hermée » a débuté en avril dernier. L’objectif ? Améliorer la fluidité à cet endroit. Mais il faudra encore patienter un peu. « Les opérations engendrant un impact plus conséquent pour les usagers ont été regroupées principalement pendant les congés scolaires (du 25 juin au 31 août) de manière à alléger au maximum l’incidence des travaux. Du 1er au 16 septembre, seul l’accès à l’E40/A3 vers Bruxelles depuis le rond-point situé côté zoning restera impossible. Les usagers sont invités à gagner l’autoroute E40/A3 vers Aachen puis à effectuer un demi-tour à l’échangeur de Cheratte pour aller vers Bruxelles. Le chantier se poursuivra alors avec une incidence faible jusqu’au début du mois d’octobre 2018 », détaille la Sofico.

    Une première partie de ce chantier s’est déroulée en juin.

    La seconde a débuté le 18 août. Elle concerne la réhabilitation du revêtement entre Rocourt et Alleur en direction de Loncin (en ce compris les bretelles de sortie et d’accès nº 33 « Rocourt » et nº32 « Alleur » en direction de Loncin), le remplacement des rails de sécurité par des séparateurs en béton et la poursuite du remplacement des écrans antibruit à hauteur de Rocourt.

    L’artcile complet sur tous les chantiers à lire en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-08-31,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-08-31,BASSE-MEUSE,1|6

  • Roclenge – Rue J.Derricks. Projet de 11 lots à bâtir : avis d’enquête publique

    A Roclenge, rue J.Derricks, une enquête publique vient d’être lancée concernant la création d’un lotissement comportant 11 lots à bâtir et un lot non bâtissable. Les affiches ont été apposées sur le mur ceinturant la propriété (voir illustration).

    L’enquête a lieu du 17 août au 17 septembre (clôture).

    Cliquez sur la photo pour l'agrandir:

    roclenge lotissement 2.jpg

  • Bassenge Inondations. « Les bassins de retenue sont efficaces »

    Un article signé Aurélie Drion

    Dans notre édition de mercredi (La Meuse), nous reprenions une information de notre blogueur de Bassenge, Regor, concernant la reconstruction du bassin de retenue du Bois Hamé. Une information qui stipulait que ce bassin avait cédé lors des violents orages de juin et que les autorités avaient décidé de le reconstruire à l’identique, au même endroit, plutôt que d’en faire un plus haut. Un article qui a fait réagir Josly Piette, bourgmestre de Bassenge.

     « D’abord, le bassin n’a pas cédé. Il a débordé en raison des pluies diluviennes et des flots d’eau qui sont arrivés chez nous lorsque deux bassins d’orage, situés à Ans/Rocourt, ont cédé. D’ailleurs l’eau a complètement raviné le haut du bassin. Ensuite, si le bassin de retenue du Bois Hamé a été fait à cet endroit et pas plus haut, c’est pour une raison très simple. En raison des courbes et des pentes, les coulées de boue arrivent dans la ravine par les champs, quelques mètres au-dessus de notre bassin de retenue. Le faire plus haut ne servirait donc à rien ».

    La suite des explications et l'article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-08-03,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-08-03,BASSE-MEUSE,1|8

    Photo bandeau : le bassin de retenue en cours de reconstruction (Regor)

  • Glons – Orages du 1er juin. Dans La Meuse de ce mercredi : le bassin de Glons reconstruit à l’identique

    Le bassin de retenue du Bois Hamé, à Glons, avait cédé lors des intempéries du 1er juin dernier. Il va être reconstruit à l’identique, nous apprend le blog Sudinfo de Bassenge. Le bassin avait en effet cédé sous la pression des coulées de boue. Le village de Glons avait été le plus touché par ces inondations. De nombreuses rues avaient été totalement sous eaux. « On ne comprenait pas cet afflux qu’on n’avait plus connu depuis 40 ans. Mais une enquête a permis de déterminer que deux bassins d’orage ont cédé du côté du plateau d’Ans/Rocourt et toute cette eau est arrivée chez nous en plus de tout le reste », avait précisé Josly Piette, bourgmestre de Bassenge, dans nos colonnes.

    Depuis quelques semaines, le service des travaux est occupé à reconstruire le bassin de retenue à l’identique en utilisant les mêmes matériaux. Option a donc été, en temps d’orage et de pluies abondantes, de continuer à contenir et canaliser les éventuelles coulées de boues au niveau le plus bas de cette chavée (ravine), et non d’intervenir au point haut.

    Bientôt la vidéo prise le lendemain des calamités sur ce blog.

    Les photos des travaux sont à découvrir sur notre blog http://bassenge.sudinfo.be

    L’article à découvrir ici :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-08-01,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-08-01,BASSE-MEUSE,1|8

  • A proximité. Les travaux de réparation du pont de Lixhe ont débuté

    Un pont qui se soulève offre un spectacle pour le moins impressionnant. Ce fut le cas en février dernier, lorsque le pont de Lixhe, reliant Visé à Loën, s’est soulevé de plusieurs dizaines de centimètres. Il est depuis fermé à toute circulation. Bonne nouvelle toutefois, puisque les travaux de réparation de l’ouvrage viennent tout juste de débuter. Ils dureront jusqu’à la fin du mois d’octobre prochain.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://www.lameuse.be/253913/article/2018-07-11/les-travaux-de-reparation-du-pont-de-lixhe-ont-debute

  • A proximité. Réparation du Pont de Lixhe : encore combien de temps ? Le mot du Bourgmestre

    Sur Visé Sudinfo, le Bourgmestre de Visé informe.

    « De nombreux conducteurs utilisateurs du pont de Loën qui, on s’en souvient s’était soulevé il y a quelques mois, s’impatientent des délais perpétuellement allongés pour réaliser la réparation. »

    Pour connaître le délai. La suite à découvrir en suivant ce lien sur Visé Sudinfo :

    http://vise.blogs.sudinfo.be/archive/2018/06/28/le-mot-du-bourgmestre-258283.html

  • Grève à la SNCB. Un train sur trois circulera ce vendredi

    Ces vendredi et samedi, le service minimum sera activé à la SNCB à l’occasion de la grève de la CGSP-Cheminots. Le personnel avait jusqu’à lundi soir pour signaler s’il comptait, ou non, se croiser les bras pendant deux jours. En fonction des agents déclarant être disponibles, un service alternatif de transport sera organisé. « Nous avons privilégié les lignes IC et les heures de pointe », résume Elisa Roux de la SNCB.

    « Nos agents ont travaillé toute la nuit pour mettre à jour le planificateur de voyage», souligne la porte-parole des chemins de fer.

    Selon les prévisions de la SNCB, un train sur trois circulera ce vendredi dans tout le pays. Quelques-uns rouleront uniquement durant les heures de pointe, d’autres également pendant la journée. Un certain nombre de liaisons L et S seront également opérationnelles, mais uniquement le matin et le soir. La plupart des trains de pointe ne circuleront pas.

    Samedi, le réseau ferroviaire sera arpenté par un certain nombre de trains IC, L et S. Ils seront toutefois moins fréquents que d’habitude. Par contre, il ne faudra pas compter sur les liaisons supplémentaires mises en place habituellement le week-end et les périodes de vacances à destination de la Côte et d’autres sites touristiques.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-06-28,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-06-28,BASSE-MEUSE,1|18

  • Mobilité – Région liégeoise. Gare aux perturbations dans les bus ce lundi !

    Manifestation interprofessionnelles des syndicats FGTB et CSC ce lundi à Namur. Des perturbations sont donc attendues dans les autobus en région liégeoise.

    Voici les estimations faites par les responsables du TEC, dépôt par dépôt :

    . Bassenge : 50% des services devraient être assurés ;

    • Eupen : 15% des services devraient être assurés ;
    • Jemeppe : 50% des services devraient être assurés ;
    • Omal : 67% des services devraient être assurés ;
    • Oreye : 50% des services devraient être assurés ;
    • Robermont : 60% des services devraient être assurés ;
    • Rocourt : 58% des services devraient être assurés ;
    • Verlaine : 50% des services devraient être assurés ;
    • Verviers : 100% des services devraient être assurés ;
    • Wanze : 50% des services devraient être assurés ;
    • Warzée : 95% des services devraient être assurés.

    Pour les loueurs, seules les lignes du dépôt de T.C.M. devraient être impactées. Tous les autres dépôts assureront, en principe, leurs services normalement.

    La liste des différents voyages supprimés est disponible sur le site infotec.be

  • Photo du jour. « A réparer et à réorganiser… »

    Photo du jour: « A réparer et à réorganiser… »

    Photo prise dans le Thier de Glons (Route provinciale) ce samedi 9 juin 2018 à 17h15

    (Photo A.C.)

  • Vendredi 25 mai 2018 - 10h00 : Énormes embouteillages sur l’E40 à Alleur: 4 véhicules impliqués

    Des files se créent et se ressentent jusque Cheratte en raison d’un accident impliquant 4 véhicules sur l’E40 à hauteur d’Alleur vers Loncin.

    Quatre véhicules sont impliqués dans un accident sur l’E40 à hauteur de la sortie Alleur vers l’échangeur de Loncin. Les trois bandes sont obstruées et la circulation se fait très lentement via la bande d’arrêt d’urgence. La police est déjà sur place.

    Les ralentissements se font ressentir depuis Cheratte d’où il faut 40 minutes pour passer outre l’incident. 8km de files sont à déplorer. Évitez donc le secteur si vous en avez encore la possibilité.(Source Sudinfo)

  • Glons – Ralentisseurs route provinciale. Changement de cap : les blocs de béton sont enlevés pour faire place à des îlots directionnels

    route provinciale îlots directionnels mai 2018 2.jpgCe vendredi 18 mai 2018 au matin, le service des travaux de Bassenge a procédé à l’enlèvement des blocs de béton (glissières d’autoroute) placés sur la route provinciale de Glons et qui faisaient office de « chicanes de ralentissement » depuis deux ans. Les ouvriers ont aussitôt commencé la construction d’îlots directionnels. Selon nos sources, il sera aussi question de les équiper de voyants lumineux (Leds).

    Ces travaux semblent attester de la non-conformité des aménagements mis en place précédemment et nous aurons certainement l’occasion de revenir sur les nouveaux qui sont en cours de construction et que nous suivrons avec l’attention qu’ils méritent.

    Il faut toutefois reconnaître que, pour les aménagements ralentisseurs sur cette route, le nombre de changements de caps ne favorise pas, auprès de la population, la bonne compréhension des décisions successives prises par les autorités, tout comme la communication dont elles font l’objet leur parait assez contradictoire. Voilà qui risque certainement d’alimenter « Encore et encore » les commentaires sur les réseaux sociaux.

    Roger Wauters

  • Liège: seulement 3 bus sur 10 roulent ce matin. La situation, par dépôt, est la suivante :

    – Bassenge : 38 % des services seront assurés ;

     

    – Eupen : aucun service ne sera assuré ;

     

    – Jemeppe : 6 % des services seront assurés ;

     

    – Omal : 30 % des services seront assurés ;

     

    – Oreye : 15 % des services seront assurés ;

     

    – Robermont : 31 % des services seront assurés ;

     

    – Rocourt : 13 % des services seront assurés ;

     

    – Verlaine : 20 % des services sont assurés ;

     

    – Verviers : 47 % des services seront assurés ;

     

    – Wanze : aucun service ne sera assuré ;

     

    – Warzée : 25 % des services seront assurés.

    L’article complet à lire sur :

    http://www.lameuse.be/232159/article/2018-05-16/liege-seulement-3-bus-sur-10-roulent-ce-matin

  • Bassenge – Mobilité. Sécuriser 15 km de nationale à Bassenge. Christopher Sortino veut une même vitesse partout et installer pas moins de 24 passages piétons

    nationales bassenge christopher sortino sécurité article la meuse christopher sortino.jpgBassenge est une commune sillonnée par deux nationales, les N618 et N619. Près de 15 km de voirie qui relient Glons à Eben. Mais pour les piétons, rien n’est vraiment fait pour qu’ils puissent traverser en toute sécurité. 

    La sécurité routière est un des chevaux de bataille du conseiller communal Christopher Sortino (PS). Le presque trentenaire s’attaque cette fois à un gros morceau : la sécurisation, pour les piétons, des N618 et N619. « Tout est parti d’un coup de fil. Une dame âgée, habitant Wonck, me signalait qu’il manquait de passages pour piétons sur la grand-route et qu’elle avait peur de traverser. Je lui ai promis d’étudier le problème que j’ai élargi à l’ensemble de la traversée de Bassenge. Parce qu’actuellement, il y a très peu de passages pour piétons. Par exemple entre le dépôt du TEC et Eben, il n’y en a pas. Il y en a bien quelques-uns à Roclenge mais mis de manière pas très cohérente ».

    Etudier la vitesse

    Le socialiste s’est donc penché sur la question en prenant pour point de départ le Schéma de Cohérence Territorial de Bassenge. « Un document approuvé par le conseil communal et qui soulignait déjà le problème. Il proposait ainsi la création de 13 passages pour piétons. Mais ne tenait pas compte des règles à suivre pour pouvoir créer un passage pour piétons. Il faut par exemple compter le nombre de piétons qui traversent à un endroit donné (au moins 120). Il faut aussi que 85 % des automobilistes respectent les limitations de vitesse ».

    Un second critère qui a entraîné une autre réflexion chez Christopher Sortino. « Il faut savoir que sur cet axe, la vitesse n’est pas uniforme. De Boirs à Glons, c’est 70 km/h. De Boirs à Eben, alors que la configuration est la même, c’est 50 km/h. Et il faut aussi reconnaître que dans la traversée de Wonck, dans cette longue ligne droite, rouler à 50 km/h n’est pas naturel. C’est la raison pour laquelle, au conseil communal de ce jeudi, je vais faire toute une série de propositions."

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce mardi 15 mai 2018

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-05-15,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-05-15,BASSE-MEUSE,1|8