Google Analytics Alternative

Tourisme et Terroir Vallée du Geer

  • Emael. Le biotope de « La Guizette » resplendissant. La promenade vaut le détour. Reportage en photos

    C’est, en effet, un travail remarquable et en profondeur que le Service des travaux de Bassenge a mené, dernièrement, au site de La Guizette à Emael. Éclaircissement des roseaux et joncs bordant l’étang, débroussaillage, tonte des pelouses, taille des arbustes mais aussi intervention drastique sur les espèces invasives (Renouée du Japon) afin d’enrayer leur prolifération. Placement de nouvelles barrières (tourniquets), petites touches de peinture par-ci, de nouveaux poteaux de clôture par-là, et réparation du mobilier public (dossier banc) sont à mettre à la longue liste des travaux réalisés. Fort de ses nouveaux atours, " La Guizette " à Emael mérite certainement la visite ; histoire de se détendre et de s’y ressourcer…

    Regor

    biotope guizette emael 1.jpg

    biotope guizette emael 2.jpg

    biotope guizette emael 3.jpg

    biotope guizette emael 4.jpg

  • Les photos du jour. Petite promenade à Eben

    Cette fois, c’est à Eben que nous avons promené l’objectif de notre appareil photo pour en ramener quelques paysages bucoliques. Ces photos ont été prises le dimanche 9 avril.

    paysage eben.jpg

    paysage eben2.jpg

    paysage eben 3.jpg

    paysage eben 4.jpg

  • Gens de chez nous. A Wonck, Didier est un fin chasseur de morilles. Depuis le début du printemps, il en a déjà trouvé 250 !

    morilles didier huynen.jpgChaque année en cette période printanière, Didier, un wonckois, occupe ses temps libres à s’en aller dans la Vallée du Geer à la chasse aux morilles, ces champignons des bois, rares, à la saveur prononcée et fort appréciés des connaisseurs. Ses explorations, Didier les mène en solitaire en des endroits qu’il connaît bien et dont il se gardera de divulguer leurs situations. Il ne faut pas s’y méprendre, cette chasse aux morilles n’est pas facile et nécessite plusieurs connaissances. Des connaissances en mycologie (champignons), en dendrologie (les espèces des arbres) ainsi que celles de la Vallée du Geer sans oublier qu’il faille faire preuve d’un sens aigu de l’observation.  Et, Didier les maîtrise. A tel point qu’il n’est jamais rentré bredouille à la maison. Au contraire… Dans la famille, c’est devenu depuis longtemps une sorte de tradition ou de rituel. En cette saison printanière, le dimanche soir, les amis et connaissances sont invités à partager, avec les membres de la famille, les morilles didier carine.jpgsucculentes préparations et accommodements à base de morilles récoltées que Didier aidé de Carine, son épouse, auront concoctées. Voilà une spécificité et une tradition locales qui méritaient certainement d’être connues et mises en valeur.

    Ça se passe chez nous. En Vallée du Geer.

    Regor

    morilles préparation.jpg

  • Eben-Emael. La Tour d’Eben-Ezer filmée avec un drone. Des images remarquables comme on n'en a jamais vues !

    Une vidéo que l’on doit à Rüdiger Kukasch.

    Eben Ezer from Rüdiger KUKASCH on Vimeo.

  • A proximité – Millen. D’un ancien presbytère de 1836 ils vont en faire un hôtel 3 étoiles !

    presbytère millen hoeve dewaleff.jpgMichaël Dewaleff et son frère David, du nom du restaurant et des salles de réception « Hoeve Dewaleff » bien connus dans la région, sont occupés à restaurer l’ancien presbytère de Millen, le but étant d’en faire un hôtel 3 étoiles. Michaël, patron et Chef coq du restaurant, explique : « Le presbytère est situé juste en face de notre établissement. Nous ne pouvions pas rater cette opportunité de l’acquérir. » Mais au départ, Michaël envisageait d’y habiter avec sa famille. Son frère, lui, le voyait  autrement. Il l’a finalement convaincu d’en faire un hôtel argumentant d’abord le fait que les personnes qui organisent des réceptions et des anniversaires à la Hoeve Dewaleff  étaient souvent en quête d’endroits pour loger dans la région et, hoeve Dewaleff.jpgcomme second argument, il soulignait la proximité de la « Fiestroutenetwerk » et le potentiel touristique (cyclo-tourisme) qu’elle présentait.

    L’hôtel comptera 11 chambres. 7 dans l’ancien presbytère (classé) et 4 dans la nouvelle construction annexe. L’hôtel portera le nom de «  De twee broeders ». Un jeu de mots, « Les deux frères » évoquant ici le titre donné à certains membres d’ordres religieux. Une sorte de respect du lieu. L’architecture comme la décoration conjugueront passé et modernité. Les travaux de restauration, à hauteur d’un million d’euros, ont commencé au mois d’août 2016. L’ouverture officielle est programmée pour le mois de mai 2017.

    Regor

    (Source Het Laaste nieuws 4 mars 2017)

    presbytère millen hoeve dewaleff.jpg

  • Impressionnant. Tout près de la Vallée du Geer, promenade dans un canyon… (Vidéo)

    Dans la propriété de la Région wallonne à Kanne, derrière la ferme de Caster, un long chemin serpente dans un bois. Il conduit à une sorte de canyon. Nous nous y sommes promenés ce samedi et en avons ramené quelques images.

    Voir aussi :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/04/22/a-proximite-restauration-de-la-ferme-de-caster-pres-de-kanne-186413.html

  • Visé : la fin de la Maison du Tourisme de la Basse-Meuse. Et Bassenge ?

    Dans le cadre de la rationalisation des 42 maisons du tourisme wallonnes imaginée par le ministre René Collin, la maison du tourisme de la Basse-Meuse a disparu ce 31 décembre 2016. À ce jour, les discussions sont toujours en cours, mais tout devrait se concrétiser dans les prochains mois. Et en ce qui concerne Bassenge ? 

    L’article complet à lire sur VISE SUDINFO de mon collègue Pierre Neufcour

    http://vise.blogs.sudinfo.be/archive/2017/01/04/vise-la-fin-de-la-maison-du-tourisme-de-la-basse-meuse-212276.html

  • Boirs. Dégâts des castors : des proportions inquiétantes…

    Ce sont encore quelques vieux saules bordant le Geer qui, ces derniers temps près de la rue de l’île à Boirs, ont fait l’objet d’abattages et d’attaques par les castors. En notre vallée, la liste s’allonge et prend des proportions autant significatives qu'inquiétantes…

    castors boirs.jpg

    castors boirs 3.jpg

    castors boirs 4.jpg

  • Pour les amateurs de belles voitures, le reportage vidéo du Château Rally 2016 qui avait lieu à Kanne

    Le dimanche 2 octobre dernier avait lieu au château de Neerkanne l’édition 2016 du " Château Rally ". Des voitures rutilantes, plus belles les unes que les autres et de nombreux modèles rares ! Un reportage réalisé par Aérovision.

    Chateau Rally 2016 from Aerovision on Vimeo.

  • Google fait visiter Liège. Le géant américain lance Google Trips, son guide de voyage révolutionnaire, et met Liège à l’honneur

    Après avoir établi un monopole sur les recherches internet, le géant Google s’attaque au secteur des guides de voyage. Et lance une app accessible hors ligne, Google Trips. Parmi les quelques villes belges proposées aux voyageurs, on retrouve Bruxelles, Anvers… mais aussi Liège ! Nous avons testé les adresses proposées. 

    D’un point de vue touristique, l’année 2016 rentrera dans les annales de la Cité ardente.

    Articles élogieux, comptes rendus plus qu’enthousiastes de citytrips… Sans oublier la prestigieuse distinction accordée à Liège par le magazine new-yorkais « Travel+Leisure », qui a comptabilisé Liège dans son classement des 50 endroits du monde à visiter en 2016.

    Un engouement qui n’a pas échappé au géant américain Google, qui a repris Liège parmi les villes proposées dans son nouveau produit, Google Trips.

    Le principe ? Un véritable guide de voyage de poche, capable de fonctionner sans avoir accès à internet. Une véritable révolution, puisque la crainte d’exploser le forfait 4G avait toujours freiné le succès des applications touristiques. Désormais, plus de crainte : Google Trips propose ses bons plans et bonnes adresses sans connexion internet.

    Bonne surprise : les informations reprises sont plus qu’exhaustives. On y retrouve ainsi les transports disponibles ainsi que leurs horaires, les endroits à visiter, les lieux où se balader, mais aussi les restaurants et cafés à tester. Et pour répondre aux besoins des voyageurs qui n’ont que 24 ou 48 heures à consacrer à la visite d’une ville, Google Trips compile les incontournables à faire absolument pour s’imprégner de l’ambiance de la ville. Qu’en est-il à Liège ? Dans les trois lieux renseignés comme « must sees » par l’application, on retrouve ainsi la gare des Guillemins, louée pour son architecture, suivie par le Musée Curtius et l’Aquarium de Liège.

    UN CLASSEMENT POPULAIRE

    En cas de mauvais temps, une rubrique « à l’intérieur » est également prévue, où l’application nous renseigne l’Opéra Royal de Wallonie, le Musée de la vie wallonne, la Cathédrale ainsi que l’Archéoforum. Pour la rubrique restaurants, c’est sur base des notes laissées par les internautes que les établissements sont classés. Parmi les établissements les mieux notés, on retrouve ainsi Le Thème, le Labo 4 ou l’Enoteca. Des adresses sans surprise, que l’on (re)découvre avec plaisir. Seul regret : basée sur les recensements web, l’application n’apporte pas de véritable contenu ajouté et se contente simplement de rassembler des bons plans…

    (KATHLEEN WUYARD La Meuse du mercredi 28 septembre 2016)

    liège-tiltshift.jpg

  • La photo du jour. Vous avez dit « la verte vallée du Geer ? »

    Paysage de Boirs. Photo prise depuis la réserve naturelle « Derrière les massottes » à Boirs, le samedi 17 septembre 2016 (Photo Regor)

    paysage de boirs 2016.jpg

  • Chemins de traverse. Promenade à Eben dans des paysages dignes de la Provence…

    promenade eben 2016.jpgCette fois, c’est à Eben que nous vous emmenons. Ce 15 août dernier, nous avons pris quelques chemins de traverse pour ramener cette petite vidéo d’une nature luxuriante, sauvage et aux couleurs bigarrées. Des paysages dignes de la Provence…

  • Villégiature et vacances. Important campement de Patros à Glons. Nous avons visité les infrastructures…

    camp patro thimister à glons 9.jpgDepuis le début de ce mois d’août, le Patro de Thimister du nom de « Ouvre les yeux » a investi une grande prairie, située à l’Ouest de Glons et bordant le chemin de Sluze, pour y installer son campement. Un campement aux infrastructures typiques et réalisées de main de maître. Du coup, c’est tout le village de Glons qui prend un air de villégiature et de vacances au grand air…

    Il est peut être bon de souligner que les rondins qui ont servi à la construction du campement proviennent des stocks du Patro de Thimister et ont été amenés sur place.

    camp patro thimister à glons 5.jpgComme en témoignent les photos, les jeunes patronnés font preuve de beaucoup de propreté et de respect envers l’environnement.

    Petite visite en photos. 

    camp patro thimister à glons 7.jpg

    camp patro thimister à glons 6.jpg

    camp patro thimister à glons 4.jpg

    camp patro thimister à glons 3.jpg

    camp patro thimister à glons.jpg

    camp patro thimister à glons 2.jpg

  • Petit jeu. Où cette photo a-t-elle été prise en Vallée du Geer ?

    Qu’est-ce qu’on gagne ? Rien. Mais on aura appris quelque chose…

    Article explicatif demain.

  • Région liégeoise – Tourisme. Un million de touristes logent. Le nombre de nuitées est de plus de 2,2 millions pour l’année 2015

    Eben-ezer.jpgLe tourisme est un secteur sur lequel misent particulièrement les autorités pour booster l’économie en région liégeoise. Et le secteur a plutôt le vent en poupe si l’on décortique les chiffres de l’année 2015 du SPF Économie. À l’échelle de la province, le cap du million de touristes est quasiment atteint, tandis que le nombre de nuitées est de plus de 2,2 millions. Hors Belges, ce sont les Hollandais, devant les Français et les Allemands, qui visitent le plus les environs. 

    On le constate, les visiteurs sont de plus en plus nombreux à visiter la Cité ardente. Et même, plus largement, la région liégeoise dont les attraits ne manquent pas : Blegny Mine, le Monde sauvage d’Aywaille, grottes de Remouchamps, les Thermes de Chaudfontaine pour ne citer que ces quelques exemples bien connus. Et les chiffres 2015 du SPF Économie viennent confirmer les impressions.

    Premier élément, la province de Liège est la seconde province wallonne à enregistrer le plus de nuitées, avec 2,2 millions. C’est moins que la très touristique province du Luxembourg (2,52 millions), mais largement devant le Namurois et le Hainaut. Le total belge étant lui de 38,38 millions

    Poussons l’analyse encore plus loin et focalisons-nous sur nos maisons du tourisme. Quatre couvrent le territoire de l’arrondissement de Liège :

    – La maison du tourisme du pays de Liège (Liège, Seraing, Ans, Awans, Saint-Nicolas, Grâce-Hollogne, Flémalle, Neupré. Plus, sur l’arrondissement de Huy-Waemme, Crisnée et Fexhe) ;

    – La maison du tourisme de la Basse-Meuse (Herstal, Blegny, Dalhem, Juprelle, Bassenge, Visé et Oupeye) ;

    – La maison du tourisme des Thermes et Coteaux (Chaudfontaine, Trooz, Fléron et Beyne-Heusay) ;

    – La maison du tourisme d’Ourthe-Amblève (10 communes en tout, dont Aywaille, Sprimont, Comblain-au-Pont et Esneux).

    En 2015, 718.437 nuitées ont été enregistrées dans la zone couverte par ces quatre maisons du tourisme en région liégeoise. Un nombre de nuitées qui représente 375.897 touristes.

    LES HÔTELS ONT LE VENT EN POUPE

    Se pose dès lors la question du type d’hébergement de ces touristes. Et c’est là que des constats intéressants apparaissent. Ainsi, dans la zone plus urbaine du pays de Liège, ce sont les nuitées à l’hôtel qui sont les plus prisées. On en dénombre 378.595 sur les 407.000 passées dans la région. Rien par contre concernant les campings, les gîtes ou les centres de vacances. Seules 514 nuitées sont signalées dans des chambres d’hôtes.

    Par contre, si l’on prend la direction la verte Ourthe-Amblève, où les activités touristiques changent (moins de visites de monuments ou de musées mais plus d’activités sportives ou ludiques), la majorité des nuitées sont passées dans des gîtes (93.098) et des campings (56.104). Soit bien avant les hôtels (18.466).

    Un peu moins de 100.000 nuitées (pour 50.000 personnes), majoritairement dans des hôtels, sont répertoriées en Basse-Meuse, contre près de 30.000 (17.000 touristes) pour Chaudfontaine et ses environs. (Source La Meuse mardi 26 juillet 2016)