Google Analytics Alternative

vente animaux interdit internet

  • Malgré le décret qui interdit la vente d’animaux sur Internet. Animaux vendus illégalement ! On trouve encore plein d’animaux sur le net

    Quatre mois après le nouveau décret wallon qui interdit la vente et le don de tout animal sur internet (hormis sur les sites spécialisés), on trouve encore pas mal d’annonces sur la toile... Un décret « pour du beurre » ? Non ! Le ministre Di Antonio (cdH) va passer à la phase répressive, nous dit-on. 

    Grand-duc africain femelle de 4 ans à vendre 300 euros à Herve ; Buse de harris à vendre à Lessines 375 euros ; Varan des savanes à vendre 50 euros à Erquelinnes ; chiot labrador chocolat à vendre 675 euros à Boussu ; buse à queue rousse à vendre 550 euros à Verviers ; Buse de Harris idéale pour la chasse ou volerie à vendre 500 euros à Liège…

    Ceci n’est qu’un échantillon de ce que l’on peut trouver comme animaux mis en vente sur le site internet 2ememain.be.

    Depuis le 1 er juin 2017, un décret wallon interdit pourtant de donner ou de vendre des animaux sur internet. Interdiction donc de donner des chatons via Facebook ou de vendre une perruche sur eBay ou sur 2ememain.be. Les réseaux sociaux sont visés, de même que les sites généralistes. Seuls les refuges agréés et les éleveurs agréés peuvent publier de telles annonces sur leur propre site internet ou leur magazine. Le décret interdit même d’afficher un mot aux valves du magasin pour donner les « quatre adorables chatons sevrés ».

    Si de telles pratiques sont interdites, comment se fait-il qu’elles subsistent ? Au vu et au su de tout le monde puisque nous ne sommes pas sur le darknet.

    « Le ministre du Bien-Etre animal, Carlo Di Antonio (cdH), a voulu laisser le temps aux gens de bien prendre connaissance du nouveau décret » , explique-t-on à son cabinet. « Cette période de tolérance, consacrée à la prévention et l‘information s‘achève. On va passer dans les prochaines semaines à la phase de répression. Le ministre a convoqué son administration afin de clarifier le calendrier«.

    La suite de l’article sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-09-27,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-09-27,BASSE-MEUSE,1|18