Google Analytics Alternative

trilogiport

  • A proximité. Le géant de la tong s’installe au Trilogiport. Entre 80 et 100 emplois vont être créés dès septembre

    tong.jpgBonne nouvelle ! Inauguré le 13 novembre dernier, le Trilogiport va enfin accueillir sa toute première société. Tempo Log, qui distribue les tongs Havaianas, doit ainsi inaugurer ses installations à la fin du mois de septembre et créer dans la foulée entre 80 et 100 nouveaux emplois ! 

    Tempo Log sera donc la toute première société à s’implanter dans le Trilogiport, si l’on excepte, bien entendu, les concessionnaires qui doivent développer et exploiter la plateforme multimodale. Tempo Log sera chargée de stocker et distribuer les sandales d’été Havaianas. Cette marque brésilienne est essentiellement connue pour ses tongs aux semelles et brides en caoutchouc, même si elle s’est développée et propose désormais des espadrilles et des sandales.

    Et c’est donc depuis Hermalle-sous-Argenteau que ces Havaianas seront envoyées, on l’imagine à travers toute l’Europe grâce à Tempo Log. « Ils ont déjà obtenu leur permis de bâtir et d’ailleurs le bâtiment est en cours de parachèvement », nous explique Serge Fillot, bourgmestre ff d’Oupeye. « Dans la logique des choses, ils viennent de lancer la procédure pour obtenir leur permis d’environnement, qui va leur permettre d’exploiter leurs installations. Si tout va bien, elles devraient être inaugurées le 29 septembre prochain ».

    Et dire que Serge Fillot se réjouit de cette venue n’est pas peu dire. « J’en suis bien sûr très heureux puisque ma hantise était que le Trilogiport reste vide et qu’on ait investi 125 millions d’euros là-dedans pour rien. Mais non seulement Tempo Log est en train de s’installer mais, en plus, on nous annonce déjà la venue d’une seconde entreprise ».

    DE NOUVEAUX EMPLOIS

    Et rien qu’avec Tempo Log, ce sont de 80 à 100 emplois qui vont être créés, une extension des installations ayant même déjà été envisagées. « Ce qui est encore plus important, c’est que ces emplois ne seront pas des emplois délocalisés mais bien de tous nouveaux jobs créés dans la région puisque Tempo Log est une toute nouvelle société. Et en plus, cerise sur le gâteau, la quasi totalité des mouvements se feront par bateaux et non par camions. D’un point de vue environnemental, c’est donc top ».

    FILIALE D’UNE SOCIÉTÉ MARSEILLAISE

    Créée le 4 mai de cette année, Tempo Log est en réalité une filiale de Arenc Logistique, un holding français qui regroupe une quinzaine de sociétés spécialisées dans le transport et la logistique. Celles-ci ont d’ailleurs été récemment regroupées sous le groupement d’intérêt économique Tempo One. Et derrière Arenc Logistique, Tempo One et maintenant Tempo Log, il y a un seul et même homme, Joseph Arakel, un chef d’entreprises marseillais qui a bâti son empire en partant de rien et qui, aujourd’hui, est également connu dans sa région pour ses actions philanthropiques et sa passion pour saint François d’Assise.

    Et si Tempo Log est la première société implantée en Belgique de Joseph Arakel, il devrait en créer rapidement une seconde. D’après nos informations, la deuxième entreprise qui doit s’installer au Trilogiport aurait en effet un lien avec Tempo Log. (Source La Meuse mardi 19 juillet 2016)

    Note : Cet article relate l'implantation d'une nouvelle société en notre région où il est question d'embaucher. Il est inutile de nous faire parvenir vos CV et autres demandes d'emplois. C'est malheureusement trop souvent le cas.

    Regor

  • Basse-Meuse économie. Basse-Meuse Développement célèbre ses 10 ans. Un acteur majeur en Basse-Meuse

    basse meuse.pngBasse-Meuse Développement vient de fêter ses 10 ans. Plutôt méconnue du grand public, cette ASBL joue pourtant un rôle essentiel dans l’économie bassis-mosane. Développer l’emploi, soutenir les entreprises et accompagner les porteurs de nouveaux projets sont ses missions premières.

    Avec l’inauguration récente du Trilogiport, ce sont 2.000 emplois qui seront créés dans le futur. Et c’est Basse-Meuse Développement qui a été mandatée pour s’occuper des offres d’emploi. Et il n’a pas fallu attendre que ces offres voient le jour pour que l’ASBL reçoive des candidatures spontanées. « Nous en avons déjà reçu de très nombreuses au cours de ces derniers mois », confirme Benjamin Blaise, directeur de Basse-Meuse Développement. « Une fois un premier tri effectué, nous avons déjà intégré près de 300 candidatures à la réserve de recrutement gérée avec le Forem. Sur ces 300 demandes, près de 80 % proviennent d’habitants de la Basse-Meuse. Et à l’heure actuelle, les profils recherchés sont très larges. Principalement dans le domaine de la logistique, mais aussi de l’administratif ou de la sécurité. On ne pourra affiner les profils qu’une fois que les entreprises s’implanteront ».

    Et le directeur de souligner que si le Trilogiport doit, à terme, créer 2.000 emplois, ce sera progressif. « On atteindra ce chiffre qu’une fois que la plate-forme tournera à plein régime, d’ici quelques années ».

    Et développer l’emploi, surtout bassismosans, c’est un des quatre piliers d’action de l’ASBL, avec le développement économique, l’économie sociale et l’Eurégio. C’est d’ailleurs à la suite de l’annonce de la fermeture de la phase à chaud de la sidérurgie que l’ASBL a été créée. En Basse-Meuse, 1.200 emplois étaient concernés par cette fermeture. En décembre 2004, Oupeye, Visé et Herstal ont ainsi décidé de créer une structure qui aiderait à la relance économique dans la région. Mise sur les rails un an plus tard, l’ASBL a depuis été rejointe par Blegny, Bassenge et Dalhem. Elle défend aujourd’hui les intérêts d’un territoire de 190 km² comptant plus de 112.000 habitants. Soutenue par d’importantes entreprises de la région, elle est aujourd’hui devenue un interlocuteur incontournable. Son travail a ainsi permis de contribuer à l’augmentation du nombre d’entreprises actives dans les trois communes pionnières de 16 % entre 2005 et 2013.

    Dans le même temps, malgré la restructuration de la sidérurgie, le chômage dans ces communes est resté stable. Et si pour le moment l’un de ses dossiers les plus importants est le Trilogiport, Basse-Meuse Développement travaillera aussi, dans le futur, sur la reconversion de la caserne de Saive, peut-être le remplissage de la future zone 4 des Hauts-Sarts et la réhabilitation de Chertal. (Source La Meuse mardi 8 décembre 2015)

  • Le Bourgmestre de Visé informe : « L’autoroute Liège-Visé sera coupée les 24 et 25 janvier entre Visé et Hermalle s/Argenteau »

    Marcel neven.jpegDans son mot publié sur le blog Sudinfo de Visé de notre collègue Pierre Neufcour, le Bourmestre de Visé, Marcel Neven, signale que l'autouroute Liège-Visé sera coupée les 24 et 25 janvier entre Visé et Hermalle s/Argenteau. En cause, les travaux du Trilogiport.

    Vous voilà avertis. La suite à découvrir sur le blog Visé Sudinfo

    http://vise.blogs.sudinfo.be/archive/2015/01/14/le-mot-du-bourgmestre-136438.html