Google Analytics Alternative

soldats tués fort eben-emael

  • Bassenge – Fort d’Eben Emael. Déjà des infos sur un des soldats. Alphonse Vossen est mort dans l’attaque du fort

    soldat fort eben emael.jpgL’appel du fort d’Eben-Emael que nous avons relayé ce mercredi a déjà trouvé écho. En effet, une octogénaire de Montegnée a pu nous donner des informations sur l’un des quatre soldats « inconnus » du fort d’Eben-Emael ! 

    Ce mercredi, nous relayions l’appel du fort d’Eben-Emael, à la recherche d’informations et de photos sur quatre des 26 soldats morts dans le fort lors de l’attaque des Allemands en mai 1940. L’ASBL gestionnaire du fort lançait donc un appel aux familles et à toutes personnes susceptibles de connaître ces quatre héros.

    Bonne nouvelle pour elle, Elmire Noëlle-Jacques, 80 ans, une habitante de Montegnée nous a contactés pour nous donner des informations sur Alphonse Vossen. « J’étais toute petite quand je l’ai connu. Je sais qu’il a épousé une dame originaire de Beauvechain et qu’ils ont habité Montegnée. Ils ont eu un petit garçon qui malheureusement est décédé deux ans après son papa, à l’âge de 7 ans. La veuve du soldat ne s’est jamais remariée et est décédée il y a peu de temps. Elle est d’ailleurs enterrée à Montegnée, avec son mari ».

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-10-12,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-10-12,BASSE-MEUSE,1|12

  • Avis de recherche. Eben-Emael : connaissez-vous ces 4 soldats morts en 1940 ?

    planeurs fort eben emael.pngQuatre des 26 victimes de l’attaque du fort d’Eben-Emael, le 10 mai 40, n’ont toujours pas de visage.

    Dans la nuit du 10 au 11 mai 1940, le fort d’Eben-Emael était attaqué par les Allemands. 26 soldats belges y laisseront la vie. Et si on connaît le visage de 22 de ces victimes, l’ASBL « Fort d’Eben-Emael » recherche les familles des quatre autres soldats afin de leur rendre hommage comme il se doit. 

    L’ASBL « Fort d’Eben-Emael » s’occupe de la sauvegarde du fort d’Eben-Emael. Depuis des années, elle met tout en œuvre pour préserver ce vestige de la Seconde Guerre mondiale et commémorer le souvenir des soldats morts lors de l’attaque du fort. Depuis quelques semaines, elle a lancé un avis de recherche. « Voici quelque temps, l’État a décidé de créer un organisme officiel, le « War Heritage Institute », qui a pour objectif de valoriser le patrimoine militaire belge », explique Marcel Verhasselt, membre de l’ASBL.

    « Le fort d’Eben-Emael a ainsi été pris comme lieu de référence pour le début de la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement la guerre des 18 jours durant laquelle la Belgique a résisté à l’envahisseur allemand. C’est dans ce cadre que nous avons eu l’idée de relancer nos recherches afin de trouver un maximum d’informations sur les soldats morts durant l’attaque du fort. »

    Quatre soldats sans histoire

    Dans la nuit du 10 au 11 mai, lorsque les Allemands ont attaqué le fort, 26 soldats belges sont décédés.

    « Au fil du temps, les familles de 22 de ces soldats ont été retrouvées et ont pu notamment fournir des photos d’eux. Mais il reste quatre soldats pour lesquels on sait très peu de chose. On a donc décidé de relancer un appel aux familles ».

    L’ASBL ne connaît que le nom, l’année et le lieu de naissance ainsi le dernier domicile connu des quatre soldats. Elle recherche donc les familles et un maximum d’informations sur :

    > Albert Bataille : né à Herstal en 1915 et domicilié en 1940 à Embourg.

    > Lambert Bormans : né à Flémalle en 1911 et domicilié en 1940 à Flémalle.

    > Alphonse Vossen : né à Montegnée en 1907 et domicilié en 1940 à Montegnée.

    > Paul Philippe : né à Ans en 1918 et domicilié en 1940 à Grivegnée.

    Si ces quatre hommes ont fait partie de votre famille, vous pouvez contacter l’ASBL via research@fort-eben-emael.be.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-10-11,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-10-11,BASSE-MEUSE,1|4