Google Analytics Alternative

sauvetage jeunes tourterelles

  • Ça se passe chez nous. Bassenge : elle recueille deux bébés tourterelles tombés du nid. Elle les nourrit à l’aide d’une seringue. Voici l’histoire de deux "Pioupious"…

    pioupiou 1.jpgC’est une histoire toute simple mais qui mérite certainement d’être racontée.

    Le 6 juin dernier, lundi de Pentecôte, le chat de Christel n’arrêtait pas de miauler sur la terrasse, comme s’il voulait attirer son attention. Intriguée par le comportement inhabituel de son chat, la jeune dame, quittant sa cuisine, se rendit sur la terrasse, s’attendant à ce que son chat ait découvert une souris, un escargot, une araignée, un orvet ou une bêbête de ce genre… Son imagination courrait.

    Quel ne fut pas son étonnement de découvrir sur le sol une petite boule de plumes flanquée d’un gros bec. L’oisillon ne bougeait plus. Il était vivant mais comme amorphe, sonné.

    Alors Christel ne fit ni une ni deux. Elle s’emparât de la petite bête qu’elle déposa délicatement dans une boîte à chaussures. Dans son nouveau nid improvisé, il ne fallut pas attendre longtemps pour que le petit « Pioupiou », comme Christel a décidé de l’appeler, reprenne connaissance et commence à gigoter. Pendant ce temps-là, sur la terrasse, Vinaigrette, le chat, avait recommencé à miauler, et cette fois, avec encore plus d’insistance. Un second Pioupiou ? Pensa Christel.  Et, en effet, ce fut bien le cas. La dame s’en emparât et l’amena rejoindre son congénère dans la boîte à chaussures en carton. Mais où étaient les parents ? Où était le nid ? Alors, elle commença à chercher. Elle connaissait le lieu comme sa poche, mais après l’avoir inspecté minutieusement plusieurs fois, les questions restèrent sans réponses. Pas de nid et pas de parents.

    christel moermans.jpgPour Christel, force fut de prendre la décision cruciale : devenir leur mère adoptive. Elle n’hésita aucune seconde pour la prendre. Etre mère adoptive, c’est très bien, encore faut-il savoir à quel oiseau on a affaire et comment le nourrir. Ça mange quoi, un Pioupiou ? Devant ces questions, le nom d’Ali Aghroum (Passionné de nature résidant à Wonck) s’est imposé, tout naturellement. Echange de messages. Verdict devant les photos. Ali fut catégorique ; ce sont des bébés tourterelles. Et c’est ainsi que sur ses conseils, à l’aide d’une seringue, Christel alimente les deux bébés avec de l’œuf cru mélangé avec de la chapelure et de l’eau tiède à une fréquence de 3 à 4 séances de nourrissage par jour.

    Par la suite, le régime devra être adapté. S’agissant d’une tourterelle, race proche de la colombe ou du pigeon, Christel devra certainement avoir recours à la farine puis à des graines adaptées. A ce sujet, tout conseil lui est bienvenu.

    Mais pour l’instant, les petits Pioupious grandissent et prennent du poids, chouchoutés par leur maman adoptive. Allongée à côté de la boîte en carton, Vinaigrette les observe. Elle ne miaule plus. Elle ronronne.

    Une belle leçon de vie. Et ça se passe chez nous, en Vallée du Geer.

    Regor