Google Analytics Alternative

roundup cancérigène

  • Sous clé dans nos magasins, le Roundup est accessible en un clic sur Amazon ! En Wallonie, on peut l’acheter mais pas l’utiliser

    Le 1 er juin dernier, Carlo Di Antonio, le ministre wallon de l’Environnement, interdisait aux particuliers l’usage de tous les produits contenants du glyphosate. Pour l’instant, aucune mesure n’est prévue pour les professionnels. 

    Parmi ces produits, il y a le Roundup. Commercialisé depuis 1975, il s’agit d’un désherbant dont la substance active est le glyphosate. Il est produit par Monsanto, une société américaine spécialisée dans les biotechnologies agricoles. Jugé toxique et potentiellement cancérigène, le glyphosate n’a pas été retiré de la vente mais est interdit d’usage en Wallonie. Les magasins ont le droit d’en vendre mais sous certaines conditions. Actuellement, l’article n’est plus censé être en libre accès : les commerces doivent l’enlever des rayons et les placer dans une vitrine, sous clé. De plus, les vendeurs sont dans l’obligation d’avertir l’acheteur de la nocivité potentielle du produit et de fournir un feuillet explicatif sur la réglementation en vigueur.

    Malgré l’arrêté en vigueur, le produit est pourtant en vente libre sur Amazon, le géant du commerce électronique en ligne.

    L’article complet à lire ici :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-05,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-05,BASSE-MEUSE,1|15

  • Gouvernement Wallon. Une amende lorsque vous utiliserez du RoundUp

    roundup.pngLe gouvernement wallon a approuvé en première lecture un arrêté visant l’interdiction de l’usage du glyphosate par des non-professionnels. La mesure touchera aussi les professionnels agissant pour le compte des particuliers, par exemple lors d’une intervention dans un jardin. Le glyphosate est le principe actif du RoundUp.

    L’interdiction entrera en vigueur sans doute début 2017, voire avant, selon le cabinet du ministre de l’Environnement Carlo Di Antonio. Le contrevenant s’expose à une amende administrative allant de 50 à plusieurs centaines d’euros selon la gravité des faits.

    Les produits à base de glyphosate ou contenant du glyphosate seront retirés des étalages et mis sous clé. La vente ne pourra intervenir qu’après une information sur les dangers pour la santé. (La Meuse vendredi 8 juillet 2016)

    roundup 1.jpg

  • Glyphosate. Di Antonio veut mettre le Roundup sous clé

    roundup 4.jpgLe glyphosate n’a pas fini de faire parler de lui. La Commission européenne se penche sur son sort ces mercredi et jeudi : faut-il l’interdire ou non ? Agriculteurs et particuliers sont suspendus à la décision des experts. Si les premiers l’utilisent pour détruire les plantes vivaces de leurs champs, comme les chardons, le rumex ou le chiendent, les particuliers le connaissent plus sous le nom de Roundup, cet herbicide qui aide le jardinier dans sa lutte contre les petites mauvaises herbes.

    Pourquoi l’interdire ? Parce que selon certains, ce produit est cancérigène. Une affirmation qui n’est cependant pas étayée.

    L’assemblée extraordinaire de la réunion conjointe FAO/OMS sur les résidus de pesticides qui s’est tenue à Genève du 9 au 13 mai, a conclu que le glyphosate est « peu susceptible roundup.pngd’entraîner un risque de cancer chez l’homme suite à une exposition via l’alimentation. »

    De son côté, l’agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) considère que le glyphosate est sans danger pour l’homme.

    Le texte que la Commission européenne soumettra aux États membres ne tient d’ailleurs pas compte de cet aspect éventuellement nocif.

    Même si le glyphosate devait rester autorisé, certains pays ont déjà pris la décision de l’interdire malgré tout, notamment la France. Chez nous, c’est la Wallonie qui part en guerre contre ce produit.

    SOUS CLÉ

    Carlo Di Antonio envisage une série de mesures pour limiter son utilisation.

    Les agriculteurs ne pourront par exemple pas l’utiliser à proximité de nappes d’eau, d’établissements scolaires ou encore de noyaux d’habitat.

    Le ministre wallon voudrait imposer le paquet neutre pour le Roundup qui devrait être sous clé dans les magasins. Seul un employé détenteur d’une phytolicence pourra y accéder et le délivrer aux clients.( Source La Meuse jeudi 19 mai 2016)

  • Epinglé. Di Antonio veut interdire le Roundup !

    carlo di antonio.pngEn France, la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal a demandé aux jardineries de ne plus vendre en libre-service le désherbant Roundup de Monsanto, afin de lutter contre les effets néfastes des pesticides. Suite à quoi le ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio, a déclaré sur Facebook : « Je prépare les textes légaux permettant de faire la même chose. Je suis très heureux que nous partagions cette volonté avec nos voisins français ». En mars, le principe actif du Roundup, le glyphosate, avait été classé comme cancérogène « probable chez l’homme. (Source La Meuse 15 juin 2015)

    L’occasion de faire référence à l’article que nous consacrions à ce sujet en mars 2014. « Vous avez déjà observé un champ traité au Roundup ? En voici un ! » A voir ici :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2014/03/13/vallee-du-geer-vous-avez-deja-observe-un-champ-traite-au-rou-103371.html

    roundup 1.jpg

    roundup 2.jpg

    (Photos Regor prises en Juprelle et Glons en mars 2014)

  • L'Organisation Mondiale de la Santé annonce que cinq pesticides sont "probablement" cancérigènes: le Roundup concerné !

    roundup 1.jpgCinq pesticides ont été classés cancérogènes « probables » ou « possibles » pour l’homme par l’agence du cancer de l’Organisation mondiale de la santé (Iarc).

    L’herbicide glyphosate, l’un des plus utilisés dans le monde, et les insecticides malathion et diazinon ont été classés cancérogènes « probables chez l’homme », même si les « preuves sont limitées », selon l’Agence internationale de recherche sur le cancer (Iarc), dont le siège est à Lyon. Le glyphosate est notamment la substance active du Roundup, l’un des herbicides les plus vendus. Lire article complet en suivant le lien ci-dessous :

    http://www.lameuse.be/1245963/article/2015-03-23/l-organisation-mondiale-de-la-sante-annonce-que-cinq-pesticides-sont-probablemen

    roundup 4.jpg

    (Photos Regor)