Google Analytics Alternative

prix de l'eau

  • Wallonie. Un régulateur pour mieux contrôler le prix de l’eau

    Les augmentations à gogo du prix de l’eau, c’est terminé pour les consommateurs wallons. Ce matin, le gouvernement va officiellement présenter la mise en place d’un véritable système de régulation du prix de l’eau en Wallonie, un peu à l’image du travail réalisé par la CWAPE pour contrôler les évolutions des tarifs du secteur de l’énergie.

    Concrètement, la note d’orientation déposée par le ministre Jean-Claude Marcourt (PS) vise à rendre votre facture plus juste, plus transparente et surtout mieux contrôlée par le régulateur. Car aujourd’hui, le consommateur wallon a du mal à comprendre pourquoi sa facture ne cesse d’augmenter, très régulièrement depuis des années – une nouvelle hausse de 0,25 euro par m³ entre en vigueur au 1 er juillet – alors que la consommation moyenne des ménages chute considérablement.

    Cette équation s’explique par le fait que si la consommation d’eau diminue, les coûts de maintien, d’amélioration ou d’assainissement du réseau ne diminuent pas. Ces coûts restant fixes, pour une consommation moindre, le prix par mètre cube augmente. Le mot-clé pour bien comprendre cette mécanique, c’est le coût-vérité de l’assainissement (CVA), qui intègre les coûts de collecte et d’épuration de l’eau dont les coûts liés à l’assainissement.

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-29,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-29,BASSE-MEUSE,1|14

  • Wallonie. L’eau augmente ce 1er juillet : + 25 centimes par mètre cube !

    Les Wallons n’y couperont pas : ce 1er juillet, le prix de l’eau va encore augmenter : + 25 centimes par m3. En cause, comme le souligne le député MR Pierre-Yves Jeholet, des coûts d’assainissement énormes qui ont amené la SPGE (Société publique de gestion de l’eau) à un endettement de 1,8 milliard d’euros !

    « Un important programme d’investissements de 800 millions d’euros d’ici à 2021 est en cours », remarque M. Jeholet, dans une interpellation à Carlo Di Antonio, ministre cdH de l’Environnement. « Nous le savons, la SPGE construit énormément de stations d’épuration depuis 1999. Elle a emprunté auprès de la Banque européenne d’investissement. » Ce qui explique donc la hauteur de l’endettement de la SPGE. Mais, comme le dit encore M. Jeholet, « cette situation financière signifie que si la SPGE veut continuer à emprunter sur les marchés, elle risque de devoir payer des charges d’intérêt exorbitantes, d’où l’idée d’augmenter ses marges. »

    C’est en réalité le ministre de l’Économie, Jean-Claude Marcourt (PS), qui a la tutelle sur l’augmentation des prix de l’eau. Et il a demandé à la SPGE de limiter fortement ses demandes de hausse.

    La SPGE demandait d’abord une hausse de 17 centimes en 2017, 16 centimes en 2018 et 15 centimes en 2019.

    La suite de l’article sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-26,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-26,BASSE-MEUSE,1|14