Google Analytics Alternative

prévention vols

  • 3 fois plus de groupes de prévention en Wallonie

    Ils s’appellent « partenariats locaux de prévention », mais dans les communes et les villages où ils sont actifs, ils portent souvent des noms comme « Les voisins veillent » ou « Voisins vigilants ». Ces groupes de citoyens, qui sont organisés pour surveiller et en partenariat avec la police locale, dénoncer des agissements jugés suspects, sont de plus en plus présents chez nous.

    Certains organisent des « rondes » le soir en hiver par exemple, lorsque le risque de cambriolages est très élevé une fois la nuit tombée. Mais en général, cela se résume à quelques dizaines de citoyens, souvent présents à leur domicile ou circulant dans l’entité, chargés d’ouvrir l’oeil et de rapporter tout ce qui peut leur paraître anormal ou suspect. Une voiture qui rôde, des passants trop curieux vers les habitations, de petits actes de vandalisme ou d’incivilités…

    Collaboration avec la police

    La police, elle, les avertit en cas de recrudescence de vols ou de cambriolages par exemple, pour qu’ils puissent informer le reste de leurs concitoyens via des toute-boîtes notamment.

    L’article complet sur :

    http://basse-meuse.lameuse.be/89247/article/2017-06-03/3-fois-plus-de-groupes-de-prevention-en-wallonie

  • Vous avez remarqué un petit bout de carton entre votre porte et votre châssis? Appelez la police!

    porte.jpgÀ plusieurs endroits, juste au-delà de la frontière avec les Pays-Bas, des habitants ont découvert des petits bouts de carton coincés dans leur porte. Ce n’est pas un hasard, et si vous rencontrez un tel phénomène, prévenez la police !

    À plusieurs endroits, juste au-delà de la frontière avec les Pays-Bas, des habitants ont découvert des petits bouts de carton coincés dans leur porte. Ce n’est pas un hasard, et si vous rencontrez un tel phénomène, prévenez la police !

    En effet, la zone de police Voorkempen a mis la population en garde contre une pratique qui se répand de plus en plus : « En coinçant un petit bout de carton entre votre porte et le châssis, les cambrioleurs veulent savoir les habitants sont partis pour plusieurs jours. S’ils reviennent plusieurs jours après et que le bout de carton est toujours là, ils déduisent qu’ils peuvent entrer par effraction sans être ennuyés. Par contre, si le carton est tombé ou a disparu, c’est que quelqu’un est entré dans la maison ». La technique n’est pas nouvelle, mais serait à nouveau à la mode, peut-on lire sur le Nieuwsblad : « C’est une variante d’une autre technique, pour laquelle les cambrioleurs placent une pièce de monnaie contre la porte ». C’est essentiellement dans les environs de Tilburg que plusieurs cas ont été remarqués, mais les bandes organisées se déplacent très vite. (Source La Meuse.be mercredi 28 décembre 2016)

  • Bassenge et environs proches. Vague de vols : le point sur la situation

    Suite à l’article paru avant-hier sur ce blog qui avait pour sujet la vague de vols perpétrés à Juprelle, plusieurs témoignages ont déferlé sur Facebook pour attester de vols commis aussi en Vallée du Geer.

    Ainsi convient-il de faire le point sur cette vague de vols.

    Il y a deux jours, deux maisons ont été visitées à Boirs rue d’Once. Il y a un mois environ, c’était à Houtain que les malfrats avaient pénétré dans quelques maisons. A Juprelle, nous l’évoquions, des vols par effraction dans des habitations ont été commis dans différents villages de l’entité.

    Les communes limbourgeoises voisines ne sont pas en reste… En effet, les journaux limbourgeois voient leurs colonnes alimentées, ponctuellement, par des faits de ce genre.

    Des similitudes dans le modus operandi

    Dans les vols, il faut constater, en effet, certaines similitudes et constances. Fenêtres brisées, portes d’entrée fracturées au pied de biche, et des méfaits opérés la nuit tombée en l’absence des habitants. Armoires et tiroirs ouverts, fouillés. Butin commun aux différents vols perpétrés : argent, bijoux, matériel informatique. Plusieurs vols ont été commis alors que les habitants avaient quitté, momentanément, leur domicile pour se rendre au restaurant, chez des amis, etc… Ce qui amène donc à considérer que les malfrats, non seulement, opèrent des repérages minutieux mais mènent également des observations soutenues sur les habitudes des habitants. Pour exemple, dans un cas à Boirs comme un autre à Juprelle, avant les vols, une camionnette blanche avec deux jeunes à son bord, a stationné, plusieurs fois, et assez longtemps dans le quartier. Des personnes témoignent aujourd’hui de sa présence et disent avoir considéré ces agissements comme suspects. Trop tard, évidemment.

    Il faut, bien entendu, se garder de tout sentiment de peur ou de crainte car il s’agit de cas relativement épars ; mais il appartient tout de même à chacun d’être vigilant et de bien ouvrir l’œil afin d’être attentif à tout agissement suspect. Communiquer sur facebook permet aussi de se rassembler autour d'un fait de société et parer à toute éventualité. Pour les numéros de contact avec la Police, voir la rubrique ad-hoc, à droite sur le bandeau de ce blog.

    Tous les conseils pour vous prémunir contre les risques de vols en cliquant sur le lien ci-dessous:

    https://www.besafe.be/fr/conseils/comment-diminuer-le-risque-d-tre-victime-de-cambriolage