Google Analytics Alternative

pommes de terre

  • Colruyt rappelle les pommes de terre primeur Charlotte Boni Selection ! Attention, c’est un produit de base !

    Colruyt Belgique et Luxembourg, Collect&Go et Solucious rappellent les pommes de terre primeur Charlotte Boni Selection en emballage plastique de 5 kg, indique le distributeur vendredi dans un communiqué. La période de vente concernée s’étend du 19 mai au 2 juin.(Source La Meuse)

    Communiqué de l’ASCA : Lors d’analyses effectuées sur des pommes de terre primeur Charlotte, notre fournisseur a constaté que les valeurs résiduelles autorisées pour le fosthiazate avaient été dépassées dans quelques lots déterminés, en provenance de Chypre.

    Colruyt et Solucious ont donc décidé à titre préventif de retirer ces pommes de terre de la vente. Ils demandent à leurs clients de ne pas consommer ce produit en raison d’un risque possible pour la santé. Si des symptômes tels que nausées, vomissements, diarrhées… se manifestaient quelques heures après ingestion des pommes de terre, il leur est conseillé de contacter leur médecin ou le centre Antipoisons au 070 245 245.

    Entre-temps, tous les magasins ont retiré ce produit des rayons. Les consommateurs, qui ont encore en leur possession des pommes de terre primeur Charlotte correspondant aux numéros de lots ci-dessus sont invités à les rapporter en magasin, où elles leur seront remboursées.

    Pour plus d’informations, les clients peuvent appeler le 02 345 2345.

  • Les patates ont doublé de prix par rapport à l'an dernier… En cause, la météo pourrie…

    prix des patates,récolte patates,agriculture patates,pommes de terre,prix pommes de terreLe prix des pommes de terre est très élevé en ce moment. Plus de 2 fois le prix de l'an dernier à la même époque. En cause, une fois de plus, cette météo pourrie qu'on a connue au printemps. Ainsi donc, force est de constater que pour le prix d’une patate payé l’année dernière on a aujourd’hui une demi-patate.

    Que faire avec la demi-patate ?

    S’abriter des intempéries, pleurer sur le pouvoir d’achat et… attendre que les prix baissent ?

    patates plus chères.jpg

    (Illustration Regor creative communication)