Google Analytics Alternative

police carnavals basse meuse

  • Basse-Meuse. Les carnavals « pollués » par des bandes de mineurs : près de 400 jeunes Liégeois confondent les carnavals de village avec la City Parade…

    carnaval fauteurs de troubles première page.pngSamedi, en plein carnaval de Slins, 150 jeunes, essentiellement des mineurs, étaient expulsés du carnaval et raccompagnés, via deux bus, au centre-ville de Liège. La police de la Basse-Meuse explique sa politique et sa façon de travailler sur des événements ultra-spécifiques comme les carnavals. Les policiers de la Basse-Meuse doivent faire face à un phénomène récent qui pollue les sept carnavals que compte la zone : les bandes de jeunes. Et par bande, on entend plusieurs centaines d’individus puisqu’au carnaval de Bassenge, par exemple, ils étaient près de 400. « Les jeunes – ils ont entre 12 et 18 ans – agissent comme s’ils étaient dans une « City Parade », explique le commissaire Jean-François Duchesne, directeur des opérations pour la police de la Basse-Meuse. «Il y a des chars, de la musique techno, de l’alcool et des jeunes filles, il n’en faut pas plus pour voir des comportements inappropriés fleurir. Les ados harcèlent les spectateurs, ils courent derrière les chars pour voler des boissons, ils sont parfois en état d’ivresse et commettent des dégradations. Ils viennent s’amuser au carnaval mais pas avec les mêmes buts que les spectateurs traditionnels. Samedi, à Slins, des groupes de plusieurs dizaines de jeunes suivaient les chars en courant, en bousculant tout sur leur passage, sur les capots et les toits des voitures garées».

    Lire la suite