Google Analytics Alternative

philippe moes

  • Bassenge : la Revue de presse de cette semaine... 2. Un grand photographe naturaliste perdu à Wonck...

    Philippe Moes.jpgCet été, Philippe Moës, grand photographe naturaliste, a planté sa tente dans la Vallée du Geer pour y observer une chouette chevêche logée dans un vieil arbre mort. Il vient de sortir un livre avec toutes ses photos. ”

    Depuis qu’il est haut comme trois pommes, Philippe Moës observe attentivement la nature et la capture dans son appareil photo.

    Cette passion l’a amené cet été dans une prairie de Wonck. “ Lors d’une conférence, Ali, un habitant du village m’a signalé qu’une chouette chevêche avait élu domicile dans un vieux tronc d’arbre à l’arrière de sa maison.

    C’était assez rare pour que je vienne planter ma tente dans son jardin et pour essayer de la prendre en photo. Après une nuit spartiate dans ma minuscule tente, je me suis levé vers 4 heures du matin pour me mettre à l’affût.

    Il faut savoir qu’en Ardenne, la chouette chevêche est en voie de disparition. Les vieux arbres hautes-tiges se raréfient tout comme les anciennes granges. Et puis là: miracle!

    Tout a commencé par une légère agitation autour du nid creusé dans l’arbre. Tout à coup, la chouette s’est envolée pour revenir peu de temps après avec sa proie pour nourrir ses petits. C’était un moment exceptionnel ”.

    La photo naturaliste demande beaucoup de repérage, des monceaux de patience et une excellente connaissance des animaux. Si cette fois il a planté ses quartiers en Basse-Meuse, son terrain de prédilection c’est l’Ardenne: “ J’y travaille au sein de la Division Nature et Forêts de la Région wallonne. Dès que je dispose d’un moment, je pars en observation dans la nature. Entre mon boulot, mon épouse et mes enfants, ce n’est pas toujours simple de mener cette passion pour la forêt, les cervidés et les oiseaux.

     

    Vous l’aurez compris, le message de Philippe est clair: “ plantez des arbres hautes-tiges, semez des prés fleuris, laissez pousser ce petit massif d’orties et évitez les produits chimiques dans votre jardin. La nature n’aime pas la domestication ”. Ce n’est qu’à ces conditions que la nature vous révélera des instants rares.

     

    À NOTER: “ Sous l’aile du temps ”

     

    Philippe Moës et Fabrice Cahez

    (écrivain et photographe français) ont choisi d’unir leurs plumes et leurs regards complices pour signer un ouvrage inédit. Tout au long de cet ouvrage de 176 pages et 150 photos, ils déclinent les ambiances magiques, entre rêve et mystère, entre crépuscule et aurore, entre douceur et froidure. Edition du Perron

    www.perron.be

    ( Source Sudpresse )