Google Analytics Alternative

passerelle vandalisée

  • Liège: le tagueur de la nouvelle passerelle déjà identifié... Le bassengeois risque gros!

    passerelle taguée.jpgUne grande désolation s’est emparée hier des promeneurs de la nouvelle passerelle : cette dernière avait malheureusement déjà été taguée, une semaine à peine après son inauguration…

    « Faut-il systématiquement toujours gâcher ce qui est beau ? », se demandait cette Liégeoise promenant son chien. Et effectivement, ce tag n’a strictement aucun intérêt. Et surtout pas une quelconque valeur artistique.

    « Le sale appelant le sale », il faudra absolument le nettoyer rapidement. Et là, ce n’est pas encore gagné.

    Du côté du SPW, le Secteur Public de Wallonie, propriétaire de l’ouvrage, on nous dit qu’une convention va bientôt être signée avec la Ville de Liège pour son entretien. Mais qu’elle ne l’est pas encore. Ce qui explique sans doute que la Ville ne soit pas encore intervenue.

    Cependant, depuis plusieurs années, la Ville de Liège se montre intransigeante avec les tagueurs. Il faut dire que le nettoyage de leurs bêtises coûte cher, très cher : 700.000 euros par an !

    Et elle refuse d’utiliser le système des amendes administratives. Elle dépose plainte systématiquement au parquet en se constituant partie civile. Grâce à cela, elle a pu obtenir de très lourdes condamnations : une fois 10.000 euros et une autre 15.000 euros ! Ce qui devrait tout de même donner à réfléchir.

    Grâce à cette politique, la police est systématiquement appelée sur place, elle prend des photos et les compare avec sa banque de données des tags.

    Dès qu’il a vu cette information dans La Meuse d’hier, le chef de corps, Christian Beaupère, a envoyé ses hommes et le tagueur a été directement identifié. Sa signature se trouvait dans la banque de données.

    Il s’agit d’un habitant de Bassenge qui avait déjà été pris sur le fait en 2013. Il va être interrogé et sera traduit en justice.

    Certes, on ne pourra pas le reconduire à la frontière liégeoise avec du goudron et des plumes, comme au temps de Lucky Luke, mais il devrait toutefois le sentir passer financièrement. (Source La Meuse.be)