Google Analytics Alternative

otan glons

  • Le radar de l'Otan à Glons, c'est fini...!

    radar glonsAprès 40 ans de service, le radar cessera ses activités en 2014. L'Otan s'apprête à quitter définitivement notre région. Le dossier complet dans votre journal La Meuse d'aujourd'hui.

    Ou sur :

    http://pdf.lameuse.be/pdf/index.php?edition=BASM 

    Et ici : 

    http://www.sudinfo.be/638225/article/regions/liege/actualite/2013-01-08/le-radar-de-l-otan-a-glons-va-fermer-ses-portes-dans-un-an 

  • Glons: le centre de l’OTAN fête ses 40 ans

    glons otan, radar glonsC’est l’un des endroits les plus connus, mais aussi les plus secrets de Bassenge. Installé Thier Mathias à Glons, dans le même site que le centre de surveillance de l’Otan, le centre de programmation de l’Otan fête, cette année, ses 40 ans. Mais qu’y fait-on? Si dans le premier centre, on est chargé de surveiller et d’identifier tout ce qui bouge dans le ciel belge, dans le second centre on s’occupe essentiellement des différentes applications et programmations liées à cette surveillance. Pour mener à bien cette mission, 220 personnes y travaillent dont 120 militaires provenant de 14 nations différentes.

  • Le Radar de Glons : un article sur le tout nouveau site web de la Défense - Objectif Défense -.

    radar de glons, contrôle aérien glons, otan glonsLa nouvelle formule du magazine télévisé militaire Télévox, désormais uniquement diffusé par internet, verra le jour samedi sous le nom d' "Objectif Défense", a indiqué jeudi le service de presse de ce département. Ce magazine mensuel d'actualités militaires fera ainsi son apparition sur le site internet de la Défense (www.mil.be).

    Le premier numéro, intitulé "La Défense dans les airs", évoquera l'entraînement des para-commandos à Madrid et le déploiement au Portugal des avions sans pilote de type "B-Hunter". Il présentera également "le savoir-faire des médecins et infirmiers volants ainsi que celui des contrôleurs aériens de Semmerzake et Glons", a précisé la Défense dans un communiqué.

    Une nouvelle version sera "postée" sur le site le 28 de chaque mois.

    Télévox était depuis des années diffusé par les chaînes de télévision nationales et régionales, moyennant l'achat d'espace. Mais le ministre de la Défense, Pieter De Crem, a souhaité renoncer à cette formule, trop coûteuse à ses yeux, et se concentrer sur la diffusion par internet.

    Télévox, la section télévision du service de communication de la Défense (DG-Com), concocte depuis 1975 des programmes télévisés. Ils étaient au départ diffusés en interne, principalement à destination des militaires alors casernés en Allemagne et de leur famille - un public qui a progressivement disparu.

    C'est la raison pour laquelle, en 1994, le ministre de la Défense de l'époque, Leo Delcroix, avait imaginé de faire diffuser Télévox sur les chaînes nationales, afin de mieux faire connaître au grand public les tâches et les opérations des forces armées professionnalisées. Cette politique avait été poursuivie par ses successeurs et même amplifiée sous la direction d'André Flahaut, qui avait élargi la diffusion aux 23 chaînes locales et communautaires.

     

    (source Belga du 26/01)

    (Illustration : site AirCom-Poste)