Google Analytics Alternative

otage maison glons

  • Liège - tribunal correctionnel. Glons : otage dans la maison qu’il rénovait

    logo info.jpgLe scénario donne froid dans le dos : Frédéric, qui vient d’acheter une maison à Glons, la rénove dès qu’il a un peu de temps libre. Le 14 octobre 2014, il s’y rend en fin de journée avec un copain, couvreur de profession, venu lui donner un coup de main. Ils sont occupés à travailler lorsque vers 19h30, deux hommes encagoulés, dont un possédant une arme de poing, surgissent ; ils sont entrés via une échelle laissée là pour les travaux. Les deux jeunes hommes sont jetés au sol, ils reçoivent des coups au visage et dans l’abdomen. Le couvreur est ligoté puis laissé sur place, tandis que Frédéric est emmené de force dans sa propre voiture, dont il doit remettre les clés à ses agresseurs. Sur la route, ils le questionnent sur les systèmes de sécurité dans la maison de son père, à Juprelle, où ils l’emmènent. Quand ils surgissent là, le papa s’empare d’une arme. Mais on le menace de tuer son fils, et il est contraint de se plier aux injonctions des malfrats.

    C’est la seule prise d’otage qui figurait dans l’énorme dossier sur lequel vient de statuer le tribunal correctionnel de Liège. Mais il comptait beaucoup d’autres faits particulièrement traumatisants : deux agressions dans la maison d’un notaire d’Embourg, puis d’autres home-jackings à Julémont, à Remicourt, à Fléron, à Aywaille, avec détentions arbitraires des victimes, enfermées dans leur cave, leur chambre ou leur dressing.

    Le principal prévenu écope de 11 ans, deux complices prennent 8 ans ; 4 autres écopent de 5 ans de prison (avec ou sans sursis, selon leur implication et leurs antécédents).(Source La Meuse jeudi 12 mai 2016)