Google Analytics Alternative

offres emploi forem

  • Emploi : 47 métiers manquent de bras en Wallonie. Au total, 80 métiers sont qualifiés de «critiques»

    En Wallonie, ce sont 47 métiers qui sont considérés en pénurie par le Forem. L’étude mise en ligne par l’office wallon de l’emploi est utile à plus d’un titre : pour les jeunes, leurs parents, mais aussi les décideurs. 

    46 métiers en pénurie

    Outre les maîtres d’hôtel, il manque de délégués commerciaux, notamment en ce qui concerne les services aux entreprises. Parmi les métiers de la santé, on cherche encore et toujours des infirmiers spécialisés, mais aussi des techniciens en imagerie médicale, des pharmaciens. Dans les métiers de l’informatique, il manque d’analystes, mais aussi d’experts en sécurité ou de développeurs. Il y a aussi de l’emploi à aller chercher comme chauffeur (bus, autocars, poids lourds). Les métiers de la mécanique (que ce soit dans l’industrie, ou dans l’automobile, les engins agricoles) manquent eux aussi de bras. On pointera aussi la présence parmi les métiers en pénurie des bouchers. Un métier dans la liste depuis des années. Mais qui, selon le secteur, recouvre aussi d’autres métiers de la transformation de la viande. On ne parle pas seulement du boucher dans son magasin ou en grande surface.

    On citera encore les secteurs de la recherche et des sciences, ainsi que des métiers de la construction. Comme des chefs d’équipe ou des conducteurs de travaux.

    L’article complet à découvrir sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-10-02,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-10-02,BASSE-MEUSE,1|12

  • Plus de 200.000 offres d’emploi sur le Forem

    sapin maison emploi 2.jpgPlus de 200.000 offres d’emploi sur le Forem ! Des milliers de chômeurs se sont retrouvés sur le carreau, aux portes des CPAS ce 1er janvier. Mais à quoi ressemble le marché de l’emploi ? Y a-t-il des jobs disponibles pour des personnes peu ou pas qualifiées ? En 2013, le Forem avait mis  plus de 225.000 offres d’emploi en ligne pour les chômeurs.

    La suite de l’article dans votre journal La Meuse de ce mardi 6 janvier 2015