Google Analytics Alternative

murets route provinciale glons

  • « À 100 mètres, une idée de c*nnard de politicien » Des graffitis dénoncent les chicanes installées route provinciale à Glons !

    glons route provinciale 1.jpgL’article complet du journal La Meuse de ce jeudi 28 mai 2015. Il est signé Kathleen Wuyard.

    Cette semaine, un nouveau dispositif destiné à réguler la vitesse des automobilistes a été installé route Provinciale, à Glons. Depuis, les riverains ne décolèrent pas : pour eux, ce dispositif est dangereux, voire même, meurtrier. Des accusations que contestent les autorités communales.

    route provinciale glons chicanes.pngAvant même d’apercevoir les nouveaux ralentisseurs, les usagers de la route Provinciale sont prévenus de leur présence par un graffiti à même le sol : « À 100 mètres, idée de connard de politicien ». Une inscription qui en dit long sur l’avis des riverains… La raison de leur courroux ? Des chicanes qui ont été installées le long de la route Provinciale, à hauteur du Thier de Glons. Pour les habitants du tronçon concerné, ce nouveau dispositif est une aberration. Marie-Flore Mardaga habite dans le Thier de Glons depuis 64 ans. Elle ne décolère pas : « Ces chicanes sont extrêmement dangereuses. En 64 ans, je n’ai jamais connu un seul accident ici. Maintenant, avec ce dispositif, la circulation au niveau du pont est très dangereuse, voire mortelle ! Il n’y avait pas du tout besoin de mettre ce genre ralentisseurs 10.jpgde dispositif sur une grand-route. Nous n’avons pas été informés, c’est inadmissible !» tempête Marie-Flore. Même son de cloche du côté de chez sa voisine, Cindy Acetoni : «J’ai 23 ans, et j’ai toujours habité ici. Je ne me souviens pas d’avoir jamais vu un seul accident. Ces murets sont très dangereux, les gens ne roulent pas moins vite pour autant et ne se mettent pas forcément sur le côté… On ne se sent pas en sécurité, on va droit à la catastrophe avec ces chicanes !». Pourtant, selon Noël Perin, conseiller en mobilité à la commune de Bassenge, c’est à la demande des habitants que le dispositif a été installé. «Il y a trois ans, la route provinciale a été rénovée et a été remise à la commune. Depuis, on y a enregistré des vitesses excessives, parfois même au-delà des 80 kilomètres heure ! Les riverains nous avaient fait parvenir une pétition demandant que l’on prenne en charge cette problématique. Nous avons soumis le plan d’installation des chicanes à la Région Wallonne, qui l’a approuvé. J’ai reçu des mails de ralentisseurs 5.jpgriverains disant qu’ils étaient très contents, nous n’avons fait que répondre aux demandes des habitants de la rue » se défend Noël Perin. Reste qu’au vu des graffitis accolés aux chicanes, tous les riverains ne sont pas enchantés par le projet : « zone inutile ici», « con ici», «ici, mort»… l’auteur des graffitis ne mâche pas ses mots ! Sur les réseaux sociaux, les riverains sont tout aussi virulents. Ainsi, Flavio C. prédit le pire : « C’est hyper dangereux, en descendant de Slins, il faut passer en dessous du pont à gauche, et ceux qui montent ne les verront pas. Il n’y a plus eu d’accidents depuis des années, mais je pense qu’il va bientôt en avoir de nouveau. On verra comment la commune réagit quand il y aura des tués ou des blessés…» Face au mécontentement populaire, Noël Perin tient à route provinciale connard de politiciens.jpgapaiser les esprits : «Il faut reconnaître que le dispositif est embêtant, moi-même, quand je rencontre des chicanes sur la route je ne suis pas content… Mais l’objectif était de ralentir les automobilistes et ça, ça a marché. Pour le moment, le dispositif reste pour une période d’essai de 6 mois. Si cela se passe bien, il sera définitif».

    Josly Piette, le bourgmestre de Bassenge, n’a pas répondu à nos demandes d’interview. Gageons qu’au vu de la tenue des graffitis, il n’en pense pas moins pour autant…

    KATHLEEN WUYARD