Google Analytics Alternative

motards basse-meuse

  • Basse-Meuse, collège de Police. Rassemblements de motards interdits

    motards hells angels.pngRéuni jeudi, le collège de police a décidé d’interdire, sur tout le territoire de la zone de police Basse-Meuse (Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle, Oupeye et Visé), les rassemblements et manifestations de motards. Il s’agira d’étendre aux cinq autres communes une mesure prise par Oupeye après le meurtre de Jeff Nyssens, le 26 décembre dernier, par crainte de représailles.

    Jusqu’au 29 janvier au moins, les trois clubs de motards de la commune ne peuvent en effet plus organiser d’activités dans leur local et tout rassemblement de motards est interdit. Une double interdiction qui sera donc prolongée sur Oupeye tout en étant étendue au reste de la zone. « Par facilité pour le travail des policiers qui ne devront pas jouer avec des règlements pour chaque commune de la zone, et surtout par mesure de précautions...

    « Parce qu’on se méfie toujours des représailles, les six bourgmestres de la zone de police ont décidé de prendre une ordonnance commune », confirme le bourgmestre de Bassenge Josly Piette, aussi président de la zone.

    Dans les faits, cet élargissement ne devrait pas entrer en vigueur avant la fin du mois. « Nous sommes en train d’élaborer un projet d’ordonnance de police qui sera ensuite soumis le 28 janvier prochain, au collège de police, précise Alain Lambert, le chef de la zone de police. Les bourgmestres devront alors décider quand elle entrera en application et pour quelle durée. En attendant, je rappelle que toute manifestation sur un lieu public doit être soumise à une autorisation du bourgmestre. »

    Quant à Serge Fillot, il s’est dit très satisfait du soutien qu’il a reçu de ses homologues : « Il n’y a pas de cadre légal réglementant les rassemblements motards. Le seul moyen de corseter la chose était de prendre cette ordonnance de police argumentée. Et en l’étendant à toute la zone de police, ça va aussi permettre de ne pas reporter les représailles éventuelles à 50 m de la limite d’Oupeye ». (La Meuse samedi 16 janvier 2016 Aurélie Drion)