Google Analytics Alternative

maison du tourisme

  • Basse-Meuse réorganisation. La maison du tourisme est vouée à disparaître. Les communes la composant seront réparties autrement

    maison du tourisme,maison du tourisme basse meuse,maison du tourisme viséRené Collin, ministre wallon du Tourisme, est en train de réformer les maisons du tourisme présentes sur le territoire wallon. Elles vont ainsi être amenées à fusionner pour passer de 42 à 21. Et celle de la Basse-Meuse fait partie de celles qui devraient disparaître.
    Alors qu'elle vient de fêter ses dix ans d'existence au début de cette année, la maison du tourisme de la Basse-Meuse devrait disparaître prochainement du paysage. En 2014, le ministre wallon du Tourisme a en effet lancé une réforme des maisons du tourisme. L'objectif ? Les rationaliser, elles sont actuellement 42 et passeront à 21, pour les rendre plus efficaces.
    SCINDÉE EN DEUX
    Et celle de la Basse-Meuse fait donc partie de celles qui sont amenées à disparaître. « Je n'aime pas ce terme », nuance Viviane Dessart, échevine visétoise du Tourisme et présidente de la maison du tourisme de la Basse-Meuse. « En fait, je dirais plutôt qu'elle va être scindée en deux. Les sept communes qui composent la maison du tourisme de la Basse-Meuse vont ainsi rejoindre deux maisons du tourisme différentes. D'après les informations que j'ai reçues, les communes de la rive droite de la Meuse (Blegny, Dalhem et Visé) rejoindraient la maison du tourisme du Pays de Herve et les autres (Juprelle, Bassenge, Herstal et Oupeye) rejoindraient celle de Liège. Maintenant, rien n'est encore fixé. J’invite d'ailleurs les Collèges des communes concernées à en discuter. Parce que ces choix ne sont peut-être pas les meilleurs. Prenez le cas de Visé où nous avons développé principalement le tourisme fluvial et où nous avons un riche patrimoine, la Montagne Saint-Pierre... Est-ce que c'est la bonne solution que de rejoindre le Pays de Herve ? Je nous verrais mieux rejoindre celle de Liège. Mais en tout cas, ce que je ne veux pas, c'est que ces fusions soient le fruit d'affinités politiques. Je veux qu'on puisse fusionner avec une maison du tourisme avec laquelle nous avons les mêmes affinités touristiques. On peut aussi toujours choisir de rester comme ça. Ou qu'une commune décide de ne pas rejoindre de maison du tourisme. Mais si c'est le cas, je pense qu'il sera difficile de recevoir une aide de la Région lorsque nous organiserons quelque chose ».
    TRAVAIL DE LONGUE HALEINE
    Et de regretter cette réforme qui verra disparaître tout un travail de longue haleine mis en place. « Je comprends cette volonté de faire des économies, mais en dix ans, on a mis en place énormément de choses. On avait fait de gros investissements, notamment pour les flyers, les brochures etc... On avait trouvé notre rythme de croisière ». Viviane Dessart craint également que le tourisme bassis-mosan ne soit plus aussi bien mis en valeur que ce qu'il ne l'était en ayant sa propre maison du tourisme. « C'est clair que l'on devra se battre pour avoir le même niveau de promotion ». Cette disparition devrait intervenir en 2016 ou plus vraisemblablement en 2017. Quant au temps plein et demi qui s'occupe de la maison du tourisme de la Basse-Meuse, il devrait être maintenu, mais dans une autre maison du tourisme. (Source La Meuse 21 novembre 2015)

    maison du tourisme,maison du tourisme basse meuse,maison du tourisme viséRemarque de Regor :
    Début 2015, la Wallonie investissait dans le placement de nombreux panneaux touristiques (structures) renvoyant à la Maison du Tourisme de la Basse-Meuse et... la même année, quelques mois après... il serait question de supprimer cette Maison du tourisme ?             
    Voir article lien ci-dessous. A Bassenge, les panneaux mentionnent l'adresse de la Maison du tourisme de la Basse-Meuse. L'argent par les fenêtres ?
    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2015/02/09/vallee-du-geer-corriges-les-panneaux-touristiques-ont-repris-139094.html