Google Analytics Alternative

liqueur sirop de liège

  • Liège – projet. Nouveauté : liqueur au sirop de Liège. Elle a été créée par des étudiants de la HEPL

    liqueur.jpg

    D’ici peu, une liqueur au sirop de Liège pourrait faire son apparition dans les rayons des magasins. Baptisée « L’Ardente », elle est l’œuvre d’un groupe d’étudiants de la Haute École de la Province de Liège.

    Produit local s’il en est, le sirop de Liège pourrait bien connaître une nouvelle vie grâce à un groupe d’étudiants de la Haute École de la Province de Liège.

    Inscrits dans le projet scolaire YEP, ils ont en effet été mis au défi de créer une petite entreprise autour d’un produit innovant. Restait à Alexis Melon, Caroline Fallean, Virginie Eischen, Morgane Cruwels et Pierre Hanosset, réunis sous la bannière BeSpirit, à trouver ce fameux produit susceptible de séduire le plus grand nombre.

    « On a pensé au sirop de Liège, mais avec la volonté de le remettre au goût des plus jeunes. D’où l’idée de l’associer à un alcool », se souvient Alexis Melon. Le projet, lancé en janvier 2015, a toutefois évolué au fil de l’année. « À la base, nous étions partis sur un whisky, parce que le marché du whisky aromatisé était très ouvert, mais c’était très difficile à mettre en œuvre. Nous avons commencé à réduire le degré d’alcool pour limiter les accises, avant de contacter la siroperie Delvaux, à Horion-Hozémont, qui est devenue notre fournisseur et notre partenaire. »

    La distillerie Radermacher, à Raeren, est venue compléter l’équipe, en acceptant de procéder aux tests gratuitement. Résultat final : une liqueur qui titre 14º, « à boire comme apéritif ou comme alcool de soirée, précise Alexis Melon. Ça se boit assez facilement, et ce n’est pas du tout écœurant. En plus, c’est un produit artisanal, régional, et réalisé à base d’ingrédients naturels et bio. »

    Le premier test grandeur nature, réalisé lors de l’assemblée générale de YEP, la semaine dernière, s’est en tout cas révélé positif. Ce qui pousse maintenant BeSpirit à envisager l’avenir de « L’Ardente ».

    « La distillerie Radermacher nous avait fait cadeau de 18 bouteilles, mais on souhaiterait maintenant lancer la production, d’au minimum 3.000 bouteilles. Mais pour ça, il faut plusieurs milliers d’euros, ce qui est évidemment un frein étant donné que nous sommes encore tous étudiants. On va donc sans doute se lancer dans une opération de crowdfunding pour trouver des investisseurs. » Opération dont dépendra la survie de cette nouvelle liqueur au sirop de Liège. Avis aux amateurs…

    ( Source La Meuse vendredi 18 décembre 2015)