Google Analytics Alternative

le flop télévision

  • Télévision. Ce que vous ne regardez pas ! Voici les 5 flops télévisuels !

    télévision.jpgLe télé-achat, les émissions religieuses ou politiques, sur le patrimoine ou l’info radio

    Si vous êtes passionnés par l’information et le divertissement, il y a bien des programmes télévisés qui vous donnent juste envie de zapper. Le télé-achat ou les émissions concédées de la RTBF font partie de ce classement des programmes belges les moins regardés. Les tranches horaires auxquels ils sont diffusés ne leur facilitent sans doute pas la tâche ! 

    1

    La boucle de nuit

    Ce n’est une surprise pour personne, le téléspectateur n’est pas collé au poste la nuit… à moins qu’il ne s’endorme devant celui-ci. À l’époque, les chaînes mettaient leur mire à l’antenne la nuit. La mire, c’est cet écran de couleurs qui permettait d’étalonner l’affichage d’un écran ou d’un téléviseur. La Une a supprimé sa mire en 1997, RTL en 2003, Plug RTL en 2008 et la Deux en 2012. Plug RTL (à 4h55 du matin) et Club RTL (à 4h15 du matin) l’ont remise à l’antenne en 2014 avec le son de Radio Contact en fond. Aujourd’hui, les chaînes diffusent en boucle des rediffusions de la journée. Que ce soit des magazines d’information, des flashs météo ou des JT d’information.

    2

    Le télé-achat

    Acheter les produits qu’on voit à la télé, c’est visiblement démodé ! « Best of Shopping » et « La Boutique », entre 8h40 et 12h sur RTL, ne font pas mouche. Les heures sont mauvaises. Car, si le travailleur regarde volontiers la télévision le matin avant de partir au boulot, il est déjà parti et occupé durant cette plage horaire. Du coup, on oscille autour des 3 % de parts de marché… souvent moins. Diffusées également sur Plug RTL, ces émissions de télé-achat n’atteignent même pas 1 % de parts de marché ! Même constat sur Club RTL.

    3

    Les émissions concédées

    Par émissions concédées, on entend que la chaîne alloue, concède, un espace de programmation dans sa grille à des tribunes religieuses, laïques ou politiques. Ce sont des programmes qui sont diffusés par la Fédération Wallonie Bruxelles mais qui ne dépendent pas de la chaîne en elle-même. Diffuser ce type d’émission est l’une des clauses qui figure dans le contrat du service public. Le mardi, à 23h05, et le dimanche, à 9h20, la Une diffuse donc « En quête de sens : il était une foi ». Le samedi, à 10h, et le lundi à 23h10, c’est « En quête de sens : libres, ensemble ». Au niveau des audiences moyennes, on oscille entre 2 % et… 10 % de parts de marché. Du côté des émissions concédées politiques, la RTBF programme « Opinions » qui réalise de moins bons scores encore que les émissions religieuses ou laïques (souvent en dessous des 5 %).

    4

    Les émissions sur le patrimoine

    Si des émissions comme « La Grande Balade » (RTL), « La Clef des Champs » ou « Télétourisme » ont réalisé une saison 2015 plutôt correcte en termes d’audience. Ces émissions sur le patrimoine belge ne sont toujours pas les plus plébiscitées par le public. À la rentrée, la RTBF proposera un nouveau rendez-vous patrimonial présenté par Armelle Gysen, Philippe Soreil et Guy Lemaire qui devrait donner un nouveau souffle au genre. Quant à « La Clef des Champs » et « Télétourisme », ils seraient supprimés de la grille de programmes.

    5

    L’info radio en télé

    Au petit matin, les chaînes belges se sont lancé le pari de mettre à l’antenne leurs émissions de radio. Ainsi, à partir de 6h du matin, sur la Une, on retrouve à l’antenne le studio filmé de « Matin Première ». Malheureusement, le programme n’attire pas les foules : en moyenne, 10.000 téléspectateurs chaque jour. Il ne dépasse jamais les 10 % de parts de marché. « C’est vous qui le dites », le débat radio de VivaCité, fait un petit mieux sur la Deux allant parfois jusqu’à réunir le double de téléspectateurs.

    Bel RTL Matin, diffusé sur RTL dès 5h du matin, est champion dans sa catégorie avec des parts de marché aux alentours des 25 %, 30 %, ce qui est excellent. Au niveau du nombre de téléspectateurs, on oscille autour des 30.000. (Source La Meuse mercredi 5 août 2015)

    Photo d'illustration : La boutique ne fait plus recette : Valérie Pascale et Pierre Dhostel