Google Analytics Alternative

josly piette abattages wonck

  • Wonck. Abattage massif de peupliers : les explications du Bourgmestre dans le journal La Meuse …

    1.jpg« Ils étaient arrivés en fin de vie, mais d’autres arbres vont les remplacer… »

    Depuis quelques jours, certains habitants de la Vallée du Geer s’indignent de voir que des dizaines de peupliers sont abattus dans des prairies, à Wonck. Et que les propriétaires des terrains ont obtenu l’accord de la commune pour le faire.

    Mais le bourgmestre rassure : « Ces peupliers arrivent en fin de vie et seront remplacés par d’autres arbres ».

    1 (5).jpgCes derniers jours, bûcherons, grues et tronçonneuses ont investi les prairies du village de Wonck pour procéder à un abattage massif d’arbres. En quelques jours, ce sont des dizaines de troncs élagués qui se sont amassés à l’entrée des prairies.

    Et de nombreux habitants de la Vallée du Geer, impuissants, s’émeuvent de voir tous ces arbres abattus. «Il s’agit de peupliers qui étaient plantés sur des terrains appartenant à des propriétaires privés », expose Josly Piette, le bourgmestre de Bassenge.

    «Malheureusement, ces arbres sont arrivés en fin de vie. Et plutôt que de les laisser mourir progressivement dans leurs prairies, les propriétaires privés ont donc introduit une demande au service urbanisme de la commune afin de les faire abattre. C’est la procédure normale pour procéder à un abattage comme celui- ci. Étant donné l’âge de ces arbres, nous avons logiquement accepté cette demande.

    En tout, ce sont près de 100 peupliers qui vont donc pouvoir être abattus. Les propriétaires pourront ensuite faire ce qu’ils souhaitent du bois, et notamment le revendre ».

    Les arbres seront remplacés…

    Les défenseurs de la nature n’ont évidemment pas manqué de réagir à ces abattages massifs, dénonçant surtout le fait qu’ils ont été approuvés par les autorités communales. «On coupe des centaines d’arbres en quelques jours, alors qu’on n’a procédé à aucune plantation l’année dernière », s’insurge Ali Aghroum, fervent défenseur de la nature et amoureux des hirondelles.

    «C’est une véritable catastrophe pour la nature de notre belle vallée et pour la vie de ses habitants.

    Sans compter que ces arbres protègent aussi certainement contre les inondations. Leur disparition pourrait avoir des conséquences ».

    Mais le bourgmestre se veut rassurant.

    « Il n’est pas question de laisser ces prairies sans plantations. Ce sera maintenant à la DNF (Division Nature et Forêt, NDLR) de décider quelles essences forestières devront être replantées à cet endroit. Il pourra s’agir de peupliers, mais aussi peut-être d’autres espèces. Rien n’est encore actuellement décidé à ce niveau ».

    Voilà qui devrait calmer les craintes de certains.

    peupliers abattus article.png

    (Source La Meuse 9/01/2013)

    Bientôt un "complément d'information" sur ce blog Bassenge Sudinfo.