Google Analytics Alternative

fraises de slins

  • Les fraises belges, c’est maintenant ! En vente du producteur au consommateur dès cette fin de semaine. Et pour les fameuses fraises de Slins ?

    fraises de slins.jpgBonne nouvelle, la saison s’annonce pas mal du tout ! La météo a été idéale (un peu moins en province de Liège). Notez que pour le prix, c’est le producteur qui le fixe. Et les premières fraises sont toujours plus chères. Comptez 4 euros en moyenne pour 500 g. 

    On voit rouge au bord des routes ! Mais dans ce cas-ci, c’est plutôt sympa… parce que c’est la saison des fraises et de la vente directe du producteur au consommateur. Et les fraises belges, elles sont réputées. Pas de conservateur, des variétés de qualité… peut-on déjà parier sur une bonne saison 2018 ? « Certes, on ne peut pas prédire le temps des prochaines semaines mais là, ce n’est pas mal du tout »  Nous dit Ellen Bullen, gestionnaire du groupement des fraisiéristes wallons, installés à Gembloux. « La culture de la fraise, c’est un travail très physique car on n’utilise pas de machines, ni pour la plantation, ni pour la récolte. On plante au plus tard le 15 août. Et les fraises ont besoin de 850 à 900 heures de température entre 0 et 7 degrés, elles aiment le froid en hiver. Pas trop l’humidité. Elles demandent un bon sol, des soins, de l’arrosage ».

    Selon la spécialiste, il existe plus de 600 variétés. Que l’on adapte en fonction du sol et du climat. Chez nous, une des plus populaires est la Joly.

    Et les fameuses fraises de Slins ?

    Un peu moins d’enthousiasme en région liégeoise… la faute au gel. À Slins, sur la commune de Juprelle, Jean-Jo Schrijnemakers a déjà connu mieux : « Ça démarre doucement, notre première variété n’a pas donné ». Et d’après les spécialistes, le cœur des fraisiers a été pincé par le gel en février : « Il s’agit de notre variété hâtive, ce n’est pas un succès. On espère que cela sera mieux pour notre seconde variété. On va voir ça prochainement, restons optimistes. Mais sachez que vous trouverez tout de même nos fraises tous les jours. On privilégie la vente directe ».

  • Slins – Producteurs locaux. Les fraises de Slins sont enfin là !

    fraises de slins.jpgLa Basse-Meuse est connue pour être une importante région fruiticole. Oupeye, Dalhem, Glons sont ainsi envahis de vergers sur lesquels poussent les pommes et poires que vous pouvez trouver dans votre commerce. Mais à Slins, c’est un autre type de fruit qui fait la fierté du village : la fraise.

    Si en région liégeoise, on trouve un fraisiériste à Othée et un autre à Houtain-Saint-Siméon, dans ce petit village juprellois, ils sont quatre à ravir les gourmands.

    Quatre fraisiéristes qui vendent leur production depuis une bonne dizaine de jours. Enfin, pourrait-on même dire car, comme nous le confiait Jean-Jo Schrijnemakers, l’un des quatre, ces pépites rouges et juteuses ont une bonne quinzaine de jours de retard.

    Si vous désirez vous procurez ces petites merveilles à 3 € le ravier de 500 g, vous pouvez vous rendre chez les fraisiéristes (rue Provinciale 347 ou 708, et rue Cordémont 39 ou 57). Certaines grandes surfaces de la région en proposent également.

    Et si vous avez envie d’une idée de sortie autour de la fraise, les producteurs de Slins organisent « La fraise dans tous ses états ». Une manifestation qui se tiendra ce dimanche 22 mai dès 11h, au hall omnisports de Slins.

    Toute une journée où vous pourrez aller à la rencontre des fraisiéristes, de leur production et des produits dérivés qu’ils fabriquent. (La Meuse mercredi 18 mai 2016)

    fraises de slins.jpg