Google Analytics Alternative

finances bassenge

  • Le billet de Tchantchès : de la suite dans les idées à Bassenge ! + La note de Regor

    billet de tchantchès.pngC’est todi pareil hein mon cama, les politiques, on sait ce qu’ils promettent, mais on ne sait pas ce qu’ils vont délivrer une fois qu’on a voté... Enfin, c’est pas partout pareil !

    D’après mon cama Roger, à Bassenge, c’est des binamés!

    Cette semaine, les habitants de Bassenge ont reçu le bulletin communal du mois de mars.

    Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’échevin des finances, Philippe Knapen, a de la suite dans les idées. Son hypothèse de départ pour l’élaboration du budget communal 2016?

    Le « respect de la promesse électorale ». Hoût bin sès valet, si ils faisaient tous pareil, on serait plus contents d’aller voter!

    Bien sûr, rien ne dit qu’il arrivera à s’y tenir, mais on dit bien que l’important, c’est de participer, alors lui au moins, il aura fait un effort.

    Et tant qu’à faire, il aura aussi bien fait rire mon cama Roger! (Source La Meuse jeudi 17 mars 2016)

     

    La note de Regor.

    En effet, Tchantchès, j’ai bien rigolé en lisant le bulletin communal de Bassenge de ce mois de mars. Surtout devant cet article de l’échevin des finances qui, comme introduction au raisonnement qu’il veut développer, tient les propos suivants (texto) : « Hypothèse de départ : respect de la promesse électorale ».

    Autrement dit, supposition de départ : le respect de mes promesses qui m’ont valu d’être élu.

    Ça existe des déclarations politiques écrites noir sur blanc comme celles-là ?

    Oui : à Bassenge. Dans le bulletin communal…

    bulletin communal mars 2016 bassenge extrait 2.jpg

    Regor

  • Un hold-up à 200 millions d’euros pour les communes wallonnes. Bassenge va perdre plus de deux millions d'euros !

    carte finances bassenge.pngDes retards dans l’enrôlement de l’impôt sur les personnes physiques mettent leur budget en péril
    Bourgmestres wallons en colère. Et ce n’est pas peu dire. Depuis qu’ils ont reçu un courrier du SPF Finances quant aux estimations de leurs recettes liées à l’impôt des personnes physiques (IPP). C’est une véritable douche froide qui s’est abattue, et pour cause, puisque ce sont plus de 200 millions d’euros en moins que prévus que les communes du sud du pays inscriront dans leur budget. De quoi mettre les comptes dans le rouge. Gare à celles qui n’ont pas su se constituer de solides réserves.
    Dans ce dossier, les problèmes sont multiples. Il y a tout d’abord le timing. Généralement, pour début octobre, le SPF Finances renvoie aux communes les dernières estimations de leurs recettes IPP, histoire que les autorités puissent les prendre en compte pour une dernière modification budgétaire avant l’élaboration des comptes. Avec un mois de retard, cela rend toute modification impossible au regard du respect des procédures diverses et des examens par la tutelle. Ensuite, il y a les chiffres. Ils sont mauvais, très mauvais, même. Pour faire simple : aucune commune wallonne n’est épargnée. Aucune. Toutes les estimations sont revues à la baisse. De 21% en moyenne. Chiffre qui peut même grimper, dans certains cas, à 35%. Au total, ce sont 200 millions d’euros de moins que les estimations initiales.
    Marc Bolland, bourgmestre PS de Blegny (Liège) et ex-député wallon, ne décolère pas : « En octobre-novembre de l’année dernière, on nous dit de prévoir en recettes IPP, pour notre budget 2015, un peu plus de quatre millions d’euros. Et vendredi dernier, soit à un moment où on ne sait plus faire aucune modification budgétaire, on nous signale que finalement, ce sera un peu plus de trois millions. Soit 25% de moins ! Je rappelle aussi que le budget annuel de Blegny, c’est 13 millions d’euros ! »
    Cela pose également un problème plus global. Les communes doivent assumer de plus en plus de charges, sans le financement qui va avec. Mentionnons ainsi les zones de police, les zones de secours (pompiers), les exclus du chômage qui retombent sur les CPAS, etc. Disons-le tout de go : nombreux sont les bourgmestres contactés qui ne savent trop vers quoi se tourner. Et d’évoquer des impacts potentiels pour les localités : hausse de la fiscalité communale, diminution des services au public, craintes sur l’emploi, réduction des investissements.
    Les arguments évoqués par le SPF Finances ne satisfont pas les mayeurs. « Jamais, on n’a vu cela», tonne Marc Bolland. Et si le SPF déclare qu’il est prêt à faire une avance aux communes sur 2016, les bourgmestres soulignent qu’il ne s’agit là que d’une solution à court terme. Philippe Dodrimont, député wallon MR et bourgmestre en titre d’Aywaille (Liège) ajoute : « Le problème est qu’on ne sait pas vers où on va. Va-t-il y avoir à un moment donné une régularisation dans le bon sens, en faveur des communes ? On a par exemple reçu des estimations IPP pour 2016 et là, elles sont supérieures à ce qui était attendu, même si ça ne compense pas les pertes. On se dirigera sans doute vers une formule intermédiaire qui nous pénalisera « budgétairement », si je puis dire, mais pas « financièrement ». »
    Il nous revient d’ailleurs qu’une rencontre entre le Premier ministre, Charles Michel et son ministre des Finances, le N-VA Jan Van Overtveldt s’est tenue ce mardi après-midi. Ce dernier répondra à une question parlementaire sur le sujet ce jeudi. Avec probablement déjà quelques éléments de réponse à la clé.
    Comme on peut le voir sur la carte, Bassenge va perdre 2.300.000 euros ! L'article complet à lire' dans votre journal La Meuse de ce jeudi 12/11/2015 (Source La Meuse jeudi 12 novembre 2015)

    carte finances bassenge.png

  • Bien gérée, Bassenge parvient à boucler ses budgets à l’équilibre et à investir..

    bien gérée bassenge.pngL’article signé Aurélie Drion paru dans la Meuse (17/12/2013).

    bien gérée bassenge.png

  • Basse-Meuse. Grosse tuile pour nos communes ! Certaines perdraient plus de 300.000 euros !

    grosse tuile pour nos communes.pngCertaines communes de la Basse-Meuse vont devoir faire face à un gros coup dur financier. L’intercommunale Tectéo compte en effet revoir à la baisse le montant de ses dividendes, ce qui risque de peser lourd sur les budgets communaux 2013 et 2014. Bassenge s’en sort assez bien avec un petit bonus de 900 euros.

    grosse tuile pour nos communes.png

  • Finances Bassenge. Les projets financés sur fonds propres pour éviter les dettes…

    logo bassenge.pngBassenge a terminé l’année en votant son budget communal. Elle fait ainsi partie des rares bons élèves de la région à l’avoir fait cette année encore.

    Première bonne nouvelle, la fiscalité reste inchangée avec 8 % à l’IPP et 2.600 centimes additionnels au précompte immobilier.

    Seconde bonne nouvelle, le budget affiche un boni, à l’exercice propre, de 203.000 euros. Et si on ajoute les exercices antérieurs, le bas de laine passe à 1.129.000 euros.

    Un montant qui va toutefois connaître une sérieuse diminution.

    « La majorité n’a pas souhaité contracter d’emprunts afin de ne pas augmenter la charge de la dette », précise Philippe Knapen, échevin des Finances.

    « C’est pourquoi nous avons décidé de nous servir d’une partie de ce bas de laine pour financer le budget extraordinaire qui se monte, lui, à 1.058.000 euros ».

    Il sera ainsi financé à hauteur de 885.000 euros, sur fonds propres, le reste étant subsidié. « C’est vrai que 885.000 euros, c’est beaucoup. Mais il y a des projets que nous devons absolument faire. Il nous restera quand même près de 200.000 euros de réserve ce qui doit nous permettre de voir venir. Et puis, le compte 2012 devrait être bien meilleur qu’annoncé et notre boni devrait donc augmenter dans quelques mois ».

    Routes et terrains de foot

    Parmi les projets qui devraient être réalisés en 2013, notons des réfections de voiries pour 203.000 euros, quelques rénovations à faire dans le hall omnisports du lycée Roi Baudouin (estimé à 110.000 euros), la consolidation du fossé rue Haut Vinâve à Glons (115.698 euros) ou encore l’achat du terrain de football à Wonck (250.000 euros).

    Un dernier achat qui doit permettre non seulement de construire de nouveaux vestiaires à Wonck et d’ainsi d’offrir des installations optimales.

    Mais aussi, une fois fait, de réaliser un terrain de football synthétique à Glons !

     

    (source La Meuse Aurélie Drion jeudi 27 septembre 2012)

     

  • Bassenge finances : l’explosion des prix bloque les travaux…

    finances bassengeComme d’autres communes, Bassenge est confrontée à l’augmentation des prix dans le secteur de la construction. Ainsi, elle espérait pouvoir lancer, au cours de ce printemps, la rénovation d’une cinquantaine de voiries. Le problème c’est que par deux fois, les offres reçues par les entreprises dépassent très largement les estimations et l’enveloppe maximale qui a été fixée à 750.000 €. Ne pouvant se permettre de folie, les autorités cherchent une solution pour rester dans son enveloppe.

    Elles pourraient ainsi décider de laisser tomber certaines rues, moins endommagées. La décision sera prise prochainement. Autre épine, la rénovation de la maison des jeunes de Glons, ravagée par un incendie voici près de trois ans. Sur base de l’estimation du montant des réparations, l’assurance a versé à la commune 200.000 €. Le hic c’est que toutes les offres reçues atteignent 300.000 €. “ Avec ce montant, on peut avoir une belle villa ”, fait remarquer le bourgmestre.

    “ Le plus surprenant, c’est qu’il n’y a pas grand-chose à faire: les murs sont encore bons, il n’y a pas de fondations à faire... Je peux comprendre que l’isolation coûte cher, mais à ce point-là ”. La commune a donc demandé à un expert de les aider à comprendre pourquoi il y a une telle différence de prix. La réponse devrait tomber prochainement.

     

    (Source : La Meuse du vendredi 6 avril 2012 illust : wiki)

     

  • Bassenge finances : un budget rigoureux et sans folies…

    bassenge politique communale, Tout d'abord, une mise au point.

    L’article que vous lirez ci-dessous traite de politique communale bassengeoise.

    Il est paru dans le journal La Meuse du vendredi 9 décembre dernier.

    Il faut donc le distinguer des articles que nous rédigeons sur base de nos propres informations ou de celles qui nous sont communiquées.

    Grâce au logiciel « Revue de presse » du groupe Sudpresse dont chaque blogueur régional dispose, nous l’avons extrait et fait paraître dans le blog tel qu’il est paru dans le quotidien La Meuse. Mot pour mot.

    Comme la cinquantaine de blogs régionaux Sudinfo qui suivent de près l’actualité de leur région, le rôle que nous nous sommes astreint, pour celui de Bassenge, est d’essayer d’informer les lecteurs sur tous les aspects de la vie communale dont, bien entendu, la vie politique fait partie.

    Dans chaque article extrait de la mémoire des journaux du groupe Sudpresse, date-t-il de quelques jours seulement voire de quelques heures, nous veillons à y faire figurer, à chaque fois, une mention indiquant clairement la source de l’information.

    Pour rappel, Sudpresse regroupe les journaux (et leurs archives en mémoire) : La Meuse, La Gazette, Nord éclair, La Province, La Capitale, Le Soir, Vlan, 7Dimanche pour ne citer que ceux-là…

    Cette mise au point nous paraissait nécessaire.

    L'article : source La Meuse du vendredi 9 décembre 2011 :

    Bassenge finances : un budget rigoureux et sans folies…

    Le budget communal 2012 vient d’être voté. Il affiche, à l’exercice propre, un boni d’une trentaine d’euros. Tous exercices confondus, ce boni passe à 83.000€.

    Les taxes restent inchangées: l’IPP à 8 % et le CAPI à 2.600. Tous les services à la population seront assurés, l’emploi sera garanti et la commune tournera correctement.

    Parmi les dépenses importantes, on peut noter la dotation de 722.000€ pour la zone de police. “ Et on sait déjà que pour 2013, nous devrons l’augmenter de 6 à 8 % ”, confie Josly Piette, bourgmestre. “ La zone a été puiser au maximum dans ses réserves ”. La dotation pour le CPAS est, elle, de 720.000€ et celle pour les pompiers est de 400.000€. Par tête d’habitant, ces dotations représentent, respectivement, 83€/an, 82€/an et 46€/an.

    Pour ce qui est du budget extraordinaire, la majorité n’a pas fait de folies. “ Nous n’avons pas profité du fait qu’il s’agisse d’une année électorale pour dépenser ”, souligne Josly Piette. On notera ainsi 270.000€ pour poursuivre l’aménagement d’accotements, 800.000€ pour refaire des routes et 299.000€ pour refaire la maison des jeunes de Glons, ravagée par un incendie. Tous ces investissements seront subsidiés.

    Michel Malherbe (Ecolo) a noté que si les projets étaient aussi limités, c’est avant tout en raison de la mauvaise gestion des majorités précédentes, de la même couleur politique que celle qui est actuellement à la tête de la commune. Il a toutefois apprécié le fait que les taxes restaient inchangées malgré les difficultés financières.

    Josly Piette s’est lui réjoui d’avoir réussi à redresser les finances sans avoir été chercher un centime dans la poche des citoyens.