Google Analytics Alternative

el cotiresse culture tomates bio

  • Glons-Sluizen. Visite chez « El cotîresse », une maraîchère bio qui cultive d’anciennes variétés de tomates !

    so stevens tomates 14.jpg« So », diminutif de Sophie, est une jeune maraîchère glontoise qui partage, avec d’autres maraîchers bio locaux, un terrain de 3 ha situé à Sluizen à quelques encablures de Glons. Là, selon les saisons, s’épanouissent en pleine terre, topinambours, potimarrons, pommes de terre, fraisiers et autres rhubarbes…  So Stevens « El cotîresse », quant à elle, a choisi d’y installer deux grandes serres pour y produire d’anciennes variétés de tomates qu’elle cultive avec amour et passion. Il faut dire qu’en matière de culture bio, elle en connaît un bout ! Formée au CRABE à Jodoigne, diplômée en Culture Bio, c’est elle qui aujourd’hui y dispense so stevens tomates 9.jpgses cours aux adultes.

    Ce samedi 21 septembre après-midi, la productrice glontoise ouvrait les portes de ses serres au public ; l’occasion pour nous d’en savoir plus. Devant l’entrée des serres, un étal nous attendait. Sur celui-ci, différentes variétés de tomates aux noms charmeurs telles ces « Roses de Berne », « Pêches blanches », « Merveilles du matin » et autres… étaient présentées dans des bacs. Au milieu, trônaient en bonne place les mieux connues « Cœur de bœuf ».  Histoire, s’il le fallait encore, de renforcer l’arôme perceptible dégagé par les tomates découpées en quartiers offerts à la dégustation, des pots de plantes condimentaires ceinturaient le plateau de l’étal. so stevens tomates 5.jpgParmi celles-ci, nous avons surtout retenu l’effluve très spécifique et corsée que dégageait le basilic dit « Fin vert ».

    Le moment de la dégustation venu, la phrase énoncée par une cliente a été perçue par le groupe comme une ritournelle déjà entendue : « Le goût des tomates, ici, n’a rien à voir avec celles proposées dans la grande filière ! » Constat que tout le groupe a tôt fait d’acquiescer. Il n’en fallait pas plus pour que So abatte d’autres cartes, en présentant alors une assiette de quartiers de tomates charnues, aux couleurs bigarrées, passant du jaune à l’orange  en allant même jusqu’au vert. Et ces tomates vertes avaient un goût… Comment dire ?  Un goût…  Un goût…  Qui fait encore saliver l’auteur de ce texte alors qu’il est occupé à essayer de le décrire.

    Du discours de « So », qui n’est certes pas avare en explications, nous avons aussi retenu, et c’est important, qu’à aucun moment, des considérations d’ordre quantitatif ne sont intervenues. Pour elle, c’est la qualité qui prime. Pas le tonnage. Nous vous le disions qu’ici la culture bio était menée avec amour et passion. D’ailleurs, les tomates bio de la maraîchère glontoise rejoignent régulièrement les étals des fermes bio so stevens tomates 4.jpgou des marchés placés sous cet emblème, comme celui de Mal, notamment où elles suscitent l’engouement.

    Deux ânes pour labourer les serres…

    Dans quelques semaines, les deux ânes de So entreront en scène. Equipés d’un attelage de conception française (soc de 60 cm de large), à eux incombera la tâche de labourer la terre des serres. Avec l’utilisation exclusive du purin d’orties et la traction animale pour le travail de la terre, plus bio que ça…

    Et les prix ?

    A partir de 2 euros le Kg, de succulentes tomates titilleront déjà vos papilles.

    Avant de prendre congé, So nous donne un so stevens tomates 6.jpgconseil… Que nous partageons avec vous.

    Il ne faut jamais placer les tomates au frigo. Non seulement, elles perdent de leur saveur et de leur arôme, mais les sucres s’en trouvent modifiés et l’acidité s’installe. La température ambiante leur convient parfaitement. Autrement dit, placées au frigo, les tomates ont moins de goût et sont moins digestes.

    so stevens tomates 8.jpgUn lieu didactique…

    Loin de toute agitation, le lieu, paisible, bucolique, bénéficiant d’un bel ensoleillement, se prête merveilleusement aux visites de groupes. Un but d’escapade aussi. Un lieu didactique. Sur simple coup de fil, « So » se fera un plaisir de vous faire découvrir sa culture tout comme elle est ouverte à toutes propositions : points de vente, dépôts bio, Restaurateurs, animations didactiques pour écoles, rencontres, collectivités… sans oublier, évidemment, les particuliers qui sont toujours les bienvenus.

    Roger Wauters

    so stevens tomates 11.jpgLa page Facebook d’ « El cotîresse », est ouverte depuis le 17 septembre.

    https://www.facebook.com/el.cotiresse

     

    So Stevens «  El cotîresse » 0495 / 70.68.66 Rosbergstraat Sluizen

    plan situation serres de SO.png

    so stevens tomates 13 660 grammes.jpg

    so stevens tomates 1.jpg

    el cotiresse avec âne.jpg

    Toutes les photos dans l'album ci-contre colonne de droite