Google Analytics Alternative

distribution toutes-boîtes

  • La Wallonie en guerre contre les toutes-boîtes…

    toutes boîtes.jpgDepuis des décennies, votre boîte aux lettres se remplit chaque semaine de toutes-boîtes. Or, certains citoyens les « balancent » directement aux vieux papiers sans même les consulter. Pour lutter contre ce phénomène, le gouvernement prévoit d’interdire la distribution de ces toutes-boîtes… sauf si le citoyen annonce expressément qu’il veut en recevoir 

    Depuis 2007, les ménages wallons qui ne désirent pas recevoir de pubs ou des périodiques gratuits peuvent afficher un autocollant sur leur boîte aux lettres. Un dispositif bétonné dans le décret wallon relatif aux déchets. Mais ce principe, qui permet d’éviter le gaspillage de papier, pourrait radicalement changer. Un avant-projet visant à modifier ce décret a été approuvé en première lecture en juillet dernier par le gouvernement wallon.

    carlo di antonio.pngCette modification ne changerait rien à l’objectif de la législation qui a pour but de « limiter la production de déchets de papier provenant de publications gratuites ».

    Mais la distribution « gratuite d’autocollants à apposer sur les boîtes aux lettres » est supprimée. Le gouvernement prévoit carrément l’interdiction du « dépôt dans les boîtes aux lettres de publications gratuites et de publications non sollicitées ».

    L’AUTOCOLLANT « OUI PUB »

    En d’autres termes, les distributeurs de toutes-boîtes ne pourraient plus déposer leurs folders que dans les boîtes aux lettres des Wallons qui en veulent réellement. « Le citoyen recevra ces publicités gratuites seulement s’il a placé un autocollant Oui, je désire en recevoir », confirme la porte-parole du ministre Carlo Di Antonio. « Si cette modification est votée, on changerait complètement la logique. Actuellement, ceux qui ne veulent pas recevoir ces publicités n’ont pas tous envie d’avoir un autocollant inesthétique sur leur boîte aux lettres. En inversant la règle, on toucherait seulement les personnes qui sont réellement intéressées par les toutes-boîtes ».

    DISTRIBUTION GRATUITE

    Actuellement, le sticker qui permet de ne pas recevoir de toutes-boîtes est distribué gratuitement par le Service public de Wallonie sur simple demande, notamment via un formulaire en ligne. En cas de changement de législation, le nouvel autocollant « Oui – Pub » serait probablement distribué par ces mêmes canaux. « Avant l’entrée en vigueur de la mesure, une communication sera organisée » , rassure la porte-parole du ministre. « Mais pour Carlo Di Antonio, changer cette logique permettra de réduire la quantité de déchets. »

    Et si ce changement de formule est approuvé, gare aux distributeurs de toutes-boîtes qui ne veulent pas respecter la nouvelle règle. L’avant-projet de décret prévoit que le dépôt de publications non sollicitées constitue « un abandon de déchets ».

    LA FIN DES MISES SOUS BLISTER

    Une autre petite révolution accompagnera l’arrivée possible de ce nouveau sticker. Elle concerne ces fameux emballages en plastique dans lesquels sont souvent emballés les dépliants. Certes, ceux-ci permettent qu’ils ne soient pas gorgés d’eau lors de fortes pluies. Mais ces emballages en plastique posent de nombreux soucis durant les processus de recyclage du papier. C’est que certains citoyens ne prennent même pas la peine de les déballer avant de les placer dans la pile des vieux journaux.

    « La volonté de Carlo Di Antonio est d’interdire l’emballage des toutes-boites, car ils empêchent une bonne gestion du tri des déchets. », ajoute la porte-parole du ministre de l’Environnement.

    DANS LES PROCHAINS MOIS

    Cette proposition a été soumise aux professionnels du secteur. « Le processus législatif classique suivra ensuite son cours », conclut la porte-parole du ministre. « Il faut noter qu’un système de ce genre n’existe encore ni en Flandre, ni à Bruxelles. »

    D’ici quelques mois, pour continuer à recevoir vos bons de réduction, vos périodiques gratuits ou encore vos toutes-boîtes, n’oubliez pas de commander et d’apposer votre autocollant « Oui Pub » !

    Presse gratuite : « Un service au citoyen menacé »

    En même temps que les folders publicitaires, le citoyen wallon reçoit ses journaux « toutes-boîtes », soit la presse régionale gratuite (PRG). Eric Schonbrodt, administrateur-délégué du groupe Vlan et président de Free Press, la fédération des journaux gratuits, ne comprend pas cette mesure du ministre wallon.

    « Nous sommes surpris car on est en train de travailler avec son cabinet sur la mise en forme d’un nouveau sticker No pub, et sur la campagne qui doit l’accompagner», explique Eric Schonbrodt. « Il faut se rendre compte que, chaque semaine, ce sont deux millions de personnes qui reçoivent nos journaux. Ceux-ci leur apportent de l’information mais sont aussi un service pour les citoyens ». Free Press a déjà réagi et demandé à rencontrer le ministre. « Nous allons lui demander de retirer ce projet », ajoute Eric Schonbrodt, « et s’il devait être d’application, on veut au moins sortir du lot des publicités. Car là, c’est tout un modèle économique qui est mis en cause ».

    60 kg de papier jetés par habitant…

    Depuis plusieurs années, les emballages en papier, les cartons et les vieux journaux ne sont plus jetés à la poubelle et ne partent donc plus à l’incinérateur. Les organismes publics en charge du ramassage des déchets ont organisé des collectes sélectives qui fonctionnent plutôt bien.

    Ainsi, selon les chiffres de Fost Plus, on a collecté près de 60,08 kilos de papier-carton par habitant. Un chiffre en baisse constante depuis plusieurs années qui, selon Fost Plus, est due « en partie à la baisse des ventes de journaux et de magazines. Il convient en outre de signaler le phénomène des collectes parallèles – autant légales qu’illégales – du papier-carton et, dans une moindre mesure, des PMC. »

    Reste que tous les papiers collectés ne viennent pas des toutes-boîtes. Ainsi, selon la Région wallonne qui publie cette estimation sur son site internet, c’est entre 25 et 40 kilos de papier qui sont placé gratuitement dans votre boîte aux lettres.

    Du côté de Fost Plus, on a déjà étudié la proposition du gouvernement wallon : « Nous sommes en train d’analyser le sujet », précise Youri Sloutzky, porte-parole de Fost Plus. « Nos collègues décortiquent la proposition et il est encore un peu tôt pour émettre une position. Mais si l’on peut limiter les films en plastique autour des dépliants, c’est une bonne chose pour le recyclage. Ce plastique est une impureté durant les processus de recyclage. Nous insistons donc sur le fait qu’il ne faut pas oublier de le retirer. »

    (Source La Meuse 24 septembre 2015)