Google Analytics Alternative

disparition thomas heirman

  • Bassenge – Inquiétant. Thomas (14) a disparu à Glons. Il a quitté son domicile depuis maintenant 12 jours

    Thomas Heirman, 14 ans, n’a plus donné signe de vie depuis le 4 janvier. Date à laquelle, coïncidence ou pas, il avait eu une altercation avec un garçon qui fréquente la même école que lui et qui l’avait menacé via les réseaux sociaux.   

    Où se trouve Thomas Heirman aujourd’hui ? C’est la question que se posent notamment son papa et tous ses amis depuis que le jeune homme de 14 ans a disparu, voici une douzaine de jours, de son domicile, rue Brouck-du-Tilleul à Glons. Depuis lors, il n’a plus donné signe de vie.

    « La dernière fois que je l’ai vu, c’était le 4 janvier, raconte son papa, Christian Heirman, entre 21 et 22h. Il venait de sortir de sa douche et s’était mis en pyjama. D’après mes filles, qui l’ont vu à ce moment-là, il avait même fait sa valise. Depuis lors, j’ai essayé de le contacter sur son téléphone à plusieurs reprises, mais je tombe toujours sur sa boîte vocale. »

    Bien qu’il soit persuadé qu’il s’agit d’une fugue, M. Heirman n’en est pas moins inquiet. D’autant que la disparition de son fils date maintenant de près de deux semaines et qu’il est toujours sans nouvelles de lui.

    « D’après la police, que j’ai informée de sa disparition, mon fils aurait eu des contacts avec sa maman, dont je suis séparé, dans un premier temps. Puis elle n’a plus eu de nouvelles non plus. »

    Christian Heirman a depuis lors contacté également Child Focus et lancé un avis de recherche sur les réseaux sociaux pour tenter de retrouver son fils.

    En vain, malgré quelques infos qui se sont finalement avérées infondées.

    « On m’a dit qu’on l’avait vu à Liège. J’ai fait le tour des endroits où dorment les SDF mais personne ne l’avait vu. Après, quelqu’un a pensé l’avoir repéré à Visé. J’y suis aussi allé avec des amis, mais ça n’a pas donné plus de résultats. »

    Son inquiétude grandit donc de jour en jour. D’autant qu’il ne s’explique pas la fugue de Thomas. « Tout allait bien dans sa vie », estime-t-il.

    Tout, sinon qu’il avait manifestement un souci avec un garçon de son école. Avec qui Thomas a eu des mots sur Facebook la veille de sa disparition.

    Un échange de mots qui s’est rapidement mué en menaces – « Je te vois, je te tue » – avant que le jeune homme ne fixe rendez-vous à Thomas le 5 janvier en matinée devant l’église de Glons, manifestement pour en découdre.

    Cette dispute sur les réseaux sociaux a-t-elle un lien avec la disparition, le lendemain, de Thomas ? Christian Heirman ne le pense pas actuellement.

    « Je sais qu’il avait des ennuis à l’école avec ce garçon, mais la directrice avait été prévenue et ça semblait réglé. À mon avis, il n’y a pas de rapport. S’il avait eu des problèmes, il savait que j’étais là, il me l’aurait dit… »

    Il espère donc maintenant que son fils donnera rapidement de ses nouvelles à ses proches. Ou sera retrouvé par la police, qui a maintenant pris l’affaire en main. (Geoffrey Wolf - La Meuse lundi 16 janvier 2017)