Google Analytics Alternative

dégâts castors vallée du geer

  • Les castors : un véritable problème. Analyse…

    Mon collègue et ami Yannick Goebbels du blog Dalhem Sudinfo consacre un article à la problématique de la « surpopulation » des castors et des dégâts qu’ils provoquent en nos régions bassimosanes. 

    « La surpopulation en castors de nos rivières, ruisseaux et rus devient une véritable problématique pour notre environnement. Chutes d’arbres, troncs rongés, barrages provoquant l’inondation de terrains : les rongeurs multiplient les actes répréhensibles. Le hic, c’est qu’il s’agit d’une espèce protégée dont la présence pour la biodiversité en milieu naturel et humide est devenue primordiale. » Ecrit-il en introduction.

    La suite de l’article à lire sur :

    http://dalhem.blogs.sudinfo.be/archive/2016/12/22/un-castor-ecrase-par-une-voiture-a-aubin-neufchateau-analyse-211172.html#more

  • Dans notre Province. Des castors responsables de nombreux dégâts à Waimes: "Ce problème va s'étendre" (vidéo)

    castor Serge Belleflamme.jpgComme le rapporte RTL Info, le weekend dernier, les pompiers ont dû intervenir à Waimes. Des castors avaient rongé des arbres qui sont ensuite tombés sur des câbles électriques. Un reportage de Frédéric Matriche et David Muller.

    Des castors sont responsables de nombreux dégâts à Waimes. Les pompiers ont dû intervenir et tronçonner les autres arbres qui avaient été entamés. (photo prétexte Serge Belleflamme)

    L’article complet et la vidéo (reportage) sur RTL

    http://www.rtl.be/info/regions/liege/des-castors-responsables-de-nombreux-degats-a-waimes-ce-probleme-va-s-etendre-video--777439.aspx

  • Vallée du Geer. Ils abattent les saules : les castors vont-ils défigurer le paysage ?

    castors 1.jpgEn cette période de fin d’année, l’activité des castors est intense. Le long du Geer, les abattages d’arbres se succèdent. L’essence préférée de l’animal : le saule, dont il se nourrit du cambium et grâce auquel il permet au rongeur d’imperméabiliser son pelage tout comme d’attirer des congénères*. En ce mois de décembre 2013, les dégâts du castor ont été constatés à Boirs, entre la Brouck et la rue de l’île. Plusieurs arbres ont été abattus, d’autres présentent des premières incisions.

    Le castor s’est bien implanté en Vallée du Geer et chaque année, le castors 2.jpgphénomène est récurrent en plusieurs endroits. De nombreux arbres y passent et, c’est irréversible.

    Alors, le long des berges du Geer, avant que le paysage ne soit totalement défiguré, la nécessité de protéger la base des troncs des vieux saules et de replanter de jeunes plants là où les arbres ont été abattus par les castors ne s’imposerait-elle pas ? Ou risque-t-on à plus ou moins long terme de ne plus voir les berges du Geer bordées de saules que sur les anciennes cartes postales ? Une situation préoccupante.

    * L'écorce interne, ou cambium, du saule blanc est comestible. Dans les pays nordiques, elle a servi à faire du pain.

     

    castors 3.jpgTous les castors ont deux paires de glandes étranges à la base de la queue. L’une produit une huile spéciale, l’autre du castoréum, sécrétion aromatique à l’odeur forte mais nullement incommodante. Ces deux liquides permettent entre autres choses à l’animal d’imperméabiliser son pelage et d’attirer des congénères. Le castoréum sert également à l’homme, qui l’utilise dans l’élaboration de parfums.

    (photos Regor prises à Boirs le 13 décembre 2013)