Google Analytics Alternative

cv

  • Emploi. En Belgique, 24 % des CV ne sont pas conformes à la réalité

    CV.pngEn Belgique, 24 % des curriculum vitae présenteraient au moins une information qui n’est pas véridique. C’est du moins ce que nous explique David Goldenberg, fondateur de la société CvTrust, une plateforme en ligne qui propose aux entreprises de vérifier l’authenticité d’un CV.

    CHASSE À L’EMPLOI

    « Ce que nous constatons, c’est que les chercheurs d’emploi mentent principalement sur trois éléments », confie l’homme. « Il y a tout d’abord le mensonge sur les expériences professionnelles. Vient ensuite l’exagération du parcours de formation. La personne s’ajoute une formation par exemple. Enfin, le niveau des langues pose également problème. Elles sont nombreuses les personnes qui disent parler couramment une langue alors qu’en réalité, elles n’ont même pas les bases. »

    Ce qui pousse les chercheurs d’emploi à rendre leur CV plus attrayant n’échappe à personne. « Le marché de l’emploi devient de plus en plus difficile », poursuit le fondateur de CvTrust. « On est obligé d’avoir le CV le plus complet pour pouvoir se trouver une place dans le monde de l’emploi. De plus, les expériences deviennent très vite désuètes. Il faut sans cesse être à la pointe de la formation et se montrer sur son plus beau jour. »

    C’est pour lutter contre ces « fraudes au CV » que David Goldenberg a mis en point une plateforme qui permet de détecter les faux. « Elle permet au monde de l’éducation de distribuer des certificats numériques à leurs diplômés », nous explique-t-il. « En clair, lorsqu’un étudiant est diplômé, il reçoit directement un mail qui lui permet d’accéder à sa certification. »

    Le recruteur peut, quant à lui, vérifier en un clic que le CV n’a pas été altéré en cours de route.

    En Belgique, certaines formations Solvay utilisent déjà cette technologie. « L’ULB, quant à elle, compte mettre en place ce projet à la rentrée 2017 », conclut notre interlocuteur. (Source La Meuse lundi 29 août 2016)

  • Emploi. En Belgique, 24 % des CV ne sont pas conformes à la réalité

    CV.pngEn Belgique, 24 % des curriculum vitae présenteraient au moins une information qui n’est pas véridique. C’est du moins ce que nous explique David Goldenberg, fondateur de la société CvTrust, une plateforme en ligne qui propose aux entreprises de vérifier l’authenticité d’un CV.

    CHASSE À L’EMPLOI

    « Ce que nous constatons, c’est que les chercheurs d’emploi mentent principalement sur trois éléments », confie l’homme. « Il y a tout d’abord le mensonge sur les expériences professionnelles. Vient ensuite l’exagération du parcours de formation. La personne s’ajoute une formation par exemple. Enfin, le niveau des langues pose également problème. Elles sont nombreuses les personnes qui disent parler couramment une langue alors qu’en réalité, elles n’ont même pas les bases. »

    Ce qui pousse les chercheurs d’emploi à rendre leur CV plus attrayant n’échappe à personne. « Le marché de l’emploi devient de plus en plus difficile », poursuit le fondateur de CvTrust. « On est obligé d’avoir le CV le plus complet pour pouvoir se trouver une place dans le monde de l’emploi. De plus, les expériences deviennent très vite désuètes. Il faut sans cesse être à la pointe de la formation et se montrer sur son plus beau jour. »

    C’est pour lutter contre ces « fraudes au CV » que David Goldenberg a mis en point une plateforme qui permet de détecter les faux. « Elle permet au monde de l’éducation de distribuer des certificats numériques à leurs diplômés », nous explique-t-il. « En clair, lorsqu’un étudiant est diplômé, il reçoit directement un mail qui lui permet d’accéder à sa certification. »

    Le recruteur peut, quant à lui, vérifier en un clic que le CV n’a pas été altéré en cours de route.

    En Belgique, certaines formations Solvay utilisent déjà cette technologie. « L’ULB, quant à elle, compte mettre en place ce projet à la rentrée 2017 », conclut notre interlocuteur. (Source La Meuse lundi 29 août 2016)