Google Analytics Alternative

crime eben emael

  • L’article complet. Eben : Thierry (48) égorgé par son rival amoureux L’agresseur a utilisé deux couteaux pour égorger la victime !

    crime eben 2.pngUn article signé Arnaud Bisschop – La Meuse de ce vendredi 19 juin 2015 -

    Jeudi, la justice liégeoise a placé Didier Boulanger sous mandat d’arrêt pour l’assassinat de Thierry Evrard. Boulanger ne supportait pas de voir son ex-compagne avec un autre homme…

    Mercredi soir, une histoire de rivalité amoureuse s’est terminée dans un bain de sang dans une brasserie du petit village d’Eben à Bassenge. Thierry Evrard, 48 ans, de Richelle, a été égorgé avec deux grands couteaux. L’auteur des faits, Didier Boulanger, d’Eben, a ensuite attendu dans sa voiture que les policiers viennent l’arrêter. Il était 23 heures passées de quelques minutes. Geneviève fermait la brasserie « Au Pelikan » et Thierry, son compagnon, l’attendait dans l’établissement. Didier Boulanger, l’ex de Geneviève est alors arrivé. Tout le monde a bu un petit verre et le ton est monté. Boulanger s’est énervé et est devenu incontrôlable. Ses amis l’ont alors sorti du café pour le ramener à sa voiture stationnée tout près. Boulanger est alors resté quelques instants dans son véhicule. Lorsque ses amis l’ont laissé, il a glissé sa main sous son siège et en a retiré deux grands couteaux. Il est sorti armé de la voiture et a fait irruption dans le café et là, il a commis l’irréparable. «Il s’est jeté sur mon fils comme

    un sauvage », explique la maman de Thierry, la victime. «Il l’a égorgé avec deux couteaux et ne lui a laissé aucune chance. C’est inhumain, c’est un comportement inadmissible. Cet homme avait déjà dit qu’il allait tuer mon fils car il était avec Geneviève mais jamais on n’avait pensé qu’il passerait à l’acte ». Thierry s’est écroulé, la gorge tranchée et le thorax perforé. Victime d’une grosse hémorragie, il s’est vidé de son sang. Les secours ont rapidement été avertis et le médecin du SMUR a prodigué les premiers soins sur place. Malheureusement, il n’y avait plus rien à faire pour l’habitant de Richelle qui décédait sur place.

    IL ATTEND LA POLICE DANS SA VOITURE

    Après son acte insensé, Boulanger, lui, est retourné dans sa voiture où il s’est assis en attendant l’arrivée des policiers de la BasseMeuse. Il a ensuite été ramené au poste de police où il a été entendu. Selon nos informations, il aurait avoué les faits sans faire de difficulté, se montrant très collaborant. Il faut dire que les circonstances étaient relativement claires.

    Privé de liberté pour la nuit, Didier Boulanger a été déféré, jeudi matin, au palais de justice de Liège où il a été présenté au magistrat instructeur Stéphane Kerkhof qui l’a placé sous mandat d’arrêt pour assassinat. Thierry était un homme bien connu dans la région de la BasseMeuse et notamment à Richelle où il vivait. « Mon fils avait plein d’amis partout», reprend la maman. «Il avait entamé une relation avec la tenancière de la brasserie depuis seulement quelques mois et ils semblaient heureux ensemble. Cette dernière tentait de remettre son établissement mais une récente opération avait capoté ». Thierry Evrard était le papa d’une grande fille de 27 ans et le grand-père d’une petite fille. Il

    avait également une sœur, Muriel, et une maman domiciliée à Oupeye.

    Le corps du défunt reposera au funérarium Hauben Nihant, rue Vallée 21 à Hermalle-sous-Argenteau.

    ARNAUD BISSCHOP

    « Avec Thierry, c’était la certitude de s’amuser » « C’est terrible, ils ont tué mon Thierry », lance la maman de la victime qui ne réalise pas encore tout à fait le drame qui vient de se dérouler. «Je voudrais que l’on garde de lui l’image d’un type formidable qui, dans sa vie, s’est beaucoup amusé, surtout lorsqu’il était plus jeune. Il avait des copains partout où il allait et il était toujours très agréable de boire un petit verre avec lui. C’était la certitude de passer un bon moment… Mon fils était très beau mais c’était aussi un peu un Don Juan et il en jouait mais attention, il était toujours très correct avec tout le monde. Sa devise était « ne fais jamais aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse » et il me la répétait souvent.» La maman poursuit : « Mon Thierry aimait les femmes et adorait la moto. Il en possédait d’ailleurs une de très grosse cylindrée. À la demande de ses proches, son casque sera déposé sur son cercueil. Son travail consistait à installer des antennes pour les télévisions, il était aussi très fort dans son domaine professionnel. C’est terrible ce qui nous arrive. Je ne réalise pas encore tout à fait ce qui nous tombe dessus. Il a tué mon Thierry… » A.B.