Google Analytics Alternative

communiqué afsca

  • Communiqué de presse de l’AFSCA - Fipronil et produits transformés à base d’oeufs : l’Agence applique les mesures habituelles pour le retrait du marché et/ou le recall

    L’AFSCA insiste une nouvelle fois sur le fait que des mesures sont prévues et appliquées en Belgique afin de retirer du marché les produits transformés à base d’œufs non conformes qui dépassent la norme réglementaire (0,005mg/kg), même s’ils ne constituent pas de risque pour la santé publique. S’il est constaté que des produits transformés à base d’œufs constituent un danger pour la santé publique, les consommateurs en seront immédiatement informés (recall).  Ces procédures sont depuis des années appliquées et définies au niveau européen.

    Dans le cadre du suivi de la contamination d’oeufs par le fipronil, des mesures sont également prises pour les produits transformés à base d’oeufs. Les produits transformés à base d’oeufs qui dépassent la norme réglementaire sont non conformes et sont dès lors retirés du marché, même s’ils ne constituent pas un risque pour la santé publique. Tous les produits transformés à base d’œufs non conformes sont donc éliminés à tous les niveaux de la chaîne alimentaire (fabriquant, grossiste, etc. jusqu’aux points de vente au détail).

    S’il est constaté que des produits transformés à base d’œufs constituent un danger pour la santé publique (dépassement de la limite de santé publique), les consommateurs en seront immédiatement informés. Le recall est effectué dès qu’un danger pour la santé des consommateurs est constaté. En ce qui concerne le fipronil, aucun produit transformé à base d’œufs n’a présenté jusqu’à ce jour un danger pour le consommateur. 

    Ces procédures de retrait et de recall sont depuis des années appliquées de manière transparente au sein de l’Agence alimentaire(*), et définie au niveau européen.

    Les recalls sont publiés sur : http://www.afsca.be/rappelsdeproduits/

  • Attention ! Quantité trop élevée de déoxynivalénol dans plusieurs marques de Cornflakes ! Plusieurs cornflakes ont été retirés de la vente !

    corn flakes aldi.jpgA quelques jours d’intervalle, l’AFSCA vient de signaler le retrait de différentes marques de Cornflakes des rayons des magasins pour cause d’une présence trop élevée de deoxynivalenol. Les symptômes possibles d’une consommation excessive sont des troubles gastro-intestinaux tels que des vomissements.

    Communiqué de BLOC scrl, groupement d’achat pour des adhérents comme Louis Delhaize (Cora, Match), Lambrechts (Spar, Supra) et Cactus, demande à ses clients de ramener à leur point de vente les Winny Cornflakes 375 g, dont la date de péremption est le 21/12/2015 et appartenant au lot L14-05244. Bloc demande à ses clients de ne pas consommer ce produit.

    Delhaize

    Rappel des Corn Flakes (750g) de la marque 365.

    Problématique : présence trop élevée de déoxynivalénol.

    Communiqué de Delhaize. Delhaize demande à ses clients de ramener à leur point de vente les Corn Flakes (750 g) de sa marque propre 365, dont la date de péremption est le 21/12/2015 et appartenant aux lots L14-05261 et L14-05262. Delhaize demande à ses clients de ne pas consommer ce produit.

    Communiqué d'Aldi

    Rappel des Cornflakes Golden Bridge 500 g.

    Problématique : Présence trop élevée de deoxynivalenol.

    En accord avec l’AFSCA (Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire), ALDI retire immédiatement de la vente l’article Golden bridge Cornflakes 500 g.

    Lors d’un contrôle d’article Golden bridge Cornflakes 500 g, avec lot L14-05240 17:48 et DDM 21/12/2015, une présence trop élevée de deoxynivalenol, une mycotoxine, a été détectée.

    Pour les renseignements complets :

    http://www.afsca.be/rappelsdeproduits/

    Voir aussi le dossier Déoxynivalénol sur Wikipedia:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9oxynival%C3%A9nol

    Cornflakes Aldi

    corn flakes aldi.jpg

    Cornflakes distribué par Blocs

    cornflakes.png

    Cornflakes Delhaize

    cornflakes delhaize.png

  • Communiqué de Colruyt. Rappel du Plateau de charcuteries suisses Premium.

    plateau charcuteries suisses.jpgProblématique : Présence de listeria monocytogenes.

    Un communiqué de l’AFSCA. Lors d’une analyse effectuée par le producteur, la présence de listeria monocytogenes a été décelée dans le Plateau de charcuteries suisses Premium 110 g. Il s’agit des produits portant la date limite de consommation du 03/02/2015.

    Colruyt a donc décidé d’appeler les consommateurs à ramener le Plateau de charcuteries suisses Premium portant la date limite de consommation du 3 février 2015.

    Colruyt demande à ses clients de ne pas consommer ce produit et de bien vouloir le ramener en magasin, où il leur sera remboursé. Entre-temps, les communiqué afscaproduits concernés ont été retirés des rayons de tous les magasins.

    La bactérie Lysteria monocytogenes peut s’avérer dangereuse pour les jeunes enfants, les femmes enceintes (risque de fausse couche), les personnes ayant une immunité plus faible et les personnes âgées. Les symptômes possibles d’une intoxication causée par cette bactérie sont : nausées et vomissements, maux de ventre, diarrhée ou constipation, maux de tête et fièvre permanente (sensation de grippe).

    Description du produit :

    Plateau de charcuteries suisses Premium 110 g

    Colruyt Belgique et Luxembourg

    Numéro d’article : 39836

    Date limite de consommation : 03/02/2015

    Numéro de lot: 906421141

    Vendu du vendredi 31/10 au lundi 17/11/2014 inclus.

    Producteur : GMBH Grischuna

    Numéro d’identification : CH-73765493

  • Rappel de coeurs d'artichauts grillés 37 cl Carrefour sélection.

    artichauts carrefour.jpgProblématique : présence indésirable d’un composant du couvercle dans le produit.

    Bruxelles, le 31 octobre 2014 - Suite à un contrôle et afin de garantir la sécurité du consommateur, l’AFSCA demande de retirer du commerce les cœurs d’artichauts Carrefour sélection vendus au rayon épicerie de certains magasins en Belgique et les rappelle auprès des consommateurs suite à une présence indésirable d’un composant du couvercle dans le produit.

    Description du produit :

    Nom : Demi-cœurs d’artichauts grillés à l’huile d’olive avec épices

    Carrefour Sélection

    artichauts carrefour.jpgEAN : 5400101255043

    Date de péremption : 30/04/2016

    Lot : RC9MAOL3123

    L’ensemble des produits a été retiré de la vente. Certains de ces produits ont cependant été commercialisés, sur le marché belge, avant la mesure de retrait. Il est donc recommandé aux personnes qui détiendraient des produits décrits ci-dessus de ne pas les consommer et de les détruire ou de les rapporter au point de vente où ils vous seront remboursés.

    Il n’existe aucun symptôme à court terme. Le risque en cas de consommation ponctuelle est donc minime. Seule une consommation importante de ce produit sur de longues périodes peut entraîner un risque potentiel pour la santé.

    Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter le service consommateurs Carrefour Belgique en composant le numéro gratuit 0800.9.10.11, de 8h30 à 20h00 les jours ouvrables et de 9h à 17h le samedi.

    Contact presse : Vera Vermeeren

    Tél: 02 729 23 41

    Courriel: vera_vermeeren@carrefour.com

  • Communiqué de l’AFSCA. Rappel de pistaches 175 g de marque Ranobo

    pistache ranobo.jpgProblématique : quantité autorisée d'aflatoxine dépassée (31/10/2014). Produit : Pistaches 175 g

    Marque : Ranobo Belgium Date de durabilité minimale: 21/06/2015 & 12/07/2015

    La NVWA des Pays-Bas a constaté que la quantité autorisée d'aflatoxine a été dépassée dans une autre partie de ce lot aux Pays-Bas. La société Ranobo a décidé, en accord avec l’AFSCA, de retirer ce produit de la vente et de le rappeler auprès des consommateurs.

    Procédure de rappel

    Les consommateurs ayant acheté ces pistaches sont priés de les ramener dans le magasin d’achat, où ils seront remboursés.

    Que faire si j’en ai consommé ?

    Il n'existe pas de risque direct. L’aflatoxine ne présente un risque sanitaire qu'en cas de consommation élevée et répétée du produit incriminé. Les personnes souffrant d’hépatite sont particulièrement sensibles à l’aflatoxine.

    Les autres pistaches de Ranobo présentent-elles également des risques ?

    Non, il ne s’agit que des pistaches indiquées ci-dessus. Toutes les autres pistaches sont de bonne qualité.

    Qu’est-ce que l’aflatoxine ?

    L’aflatoxine est une mycotoxine (un métabolite toxique des champignons) produite par les champignons Aspergillus flavus et A. parasiticus. Les aflatoxines sont toxiques et augmentent le risque de cancer du foie.

    Où obtenir de plus amples informations ?

     

    Pour plus d’informations, les consommateurs peuvent appeler le 014 88 19 99 entre 8h00 et 17h00 ou écrire à : info@ranobo.be 

    pistache ranobo.jpg

  • Consommation de lait cru de diverses espèces animales - vache, jument, chèvre – Un rapport de l’AFSCA.

    manger santé.jpgLe Comité scientifique de l’Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (AFSCA) a évalué les risques et les bénéfices liés à la consommation de lait cru, et formule la recommandation de toujours porter le lait cru à ébullition avant sa consommation, en particulier pour les personnes à risque.

    Les risques et les bénéfices liés à la consommation de lait cru ont été étudiés en détail sur base des données scientifiques et de l’opinion d’experts. Dans ce cadre, aussi bien les aspects microbiologiques que chimiques du lait cru ont été examinés ainsi que l’effet d’un traitement thermique sur ces différents aspects. Le lait cru de vache mais aussi celui de jument, d’ânesse, de chèvre, de brebis, de bufflonne et de chamelle ont notamment été analysés.

    La consommation de lait cru, en comparaison avec le lait traité thermiquement disponible dans le commerce, est parfois associée à certains effets bénéfiques sur la santé. Il n’existe toutefois pas d’études scientifiques fiables qui démontrent ces effets. Il est par contre indéniable que la consommation de lait cru comporte un risque en raison de la présence potentielle d’agents pathogènes. Ces agents pathogènes peuvent provenir des animaux proprement dits (même d’animaux sains) ou d’une contamination à partir de  l’environnement lors de la collecte ou de la conservation du lait. Sur base des données disponibles, il semble qu’en Belgique les laits crus de chèvre, de brebis et de vache, présentent le risque d’infection le plus élevé. En effet, le lait cru de jument et d’ânesse ont moins de risque de contenir des agents pathogènes, mais les informations disponibles sont insuffisantes pour conclure avec certitude que ce risque est négligeable. Le Comité scientifique met par conséquent en garde contre la consommation de tout type de lait cru, en particulier chez les personnes à risque telles que les enfants, les personnes âgées, les personnes malades et les femmes enceintes. À l’étranger également, il est préférable d’éviter la consommation de lait cru provenant d’espèces plus exotiques (chamelle par exemple). Le Comité scientifique recommande de faire bouillir le lait cru quelques instants avant sa consommation. Les principales propriétés nutritionnelles bénéfiques du lait (p.ex. la teneur en calcium, en phosphore, en certaines vitamines et certains acides aminés, etc.) sont en grande partie conservées après un traitement thermique.

    Malgré le fait qu’ils présentent un certain nombre de similitudes avec le lait maternel, les laits de jument, d’ânesse, de chèvre ou le lait d’autres espèces animales ne constituent pas une alternative de qualité au lait maternel. Le Comité scientifique recommande de donner aux enfants de moins d’un an soit du lait maternel soit du lait de substitution vendu dans le commerce (soumis à des exigences légales et à des contrôles). Pour les personnes allergiques au lait de vache, le lait d’autres espèces animales peut toutefois offrir une alternative. Cela dépend de chaque individu et doit être abordé avec le médecin. Dans ce cas également, il est recommandé de faire bouillir le lait cru quelques instants avant de le consommer.

    Cette étude est présentée en détail dans les avis suivants du Comité scientifique :

    - avis n° 11-2013: www.afsca.be  -> Comité Scientifique -> Avis 2013

    - avis n° 15-2011: www.afsca.be  -> Comité Scientifique -> Avis 2011

    (source Belga) Illustration manger bouger.fr

  • Communiqué de l'AFSCA : avertissement concernant des boissons alcoolisées coupées au méthanol !

    vodka.jpgL’Agence alimentaire souhaite mettre en garde les consommateurs à l’égard de boissons alcoolisées frelatées en provenance de République tchèque. Il s’agit d’alcool coupé avec du méthanol, une substance toxique ! Du rhum, de la vodka et du gin...

    L’AFSCA a participé ce 17 septembre à une audioconférence avec la Commission européenne et les autres États membres à propos de la problématique de l’alcool frelaté d’origine tchèque. Les produits concernés sont du rhum, de la vodka et du gin susceptibles d’être coupés avec du méthanol et présentant dès lors un grave danger pour la santé. (Voir dossier joint)

    alcool frelatés.png

    De petites quantités de méthanol peuvent provoquer des symptômes similaires à ceux de l’ébriété, notamment nausées, vertiges, troubles de la vue et troubles de l’équilibre. Des doses importantes de méthanol peuvent entraîner la cécité, voire être mortelles.

    En République tchèque, 19 personnes sont déjà décédées d’une intoxication au méthanol et 36 personnes ont été hospitalisées.

    En Pologne et Slovaquie, qui jouxtent les régions tchèques où les cas d’intoxication se sont produits, plusieurs personnes ont également été hospitalisées pour une intoxication alcoolique qui serait liée à la consommation d’alcool frelaté d’origine tchèque.

    En République tchèque, une interdiction de vente de “toutes” les boissons alcoolisées titrant plus de 20 % d’alcool est actuellement en vigueur. Nous recommandons donc vivement aux voyageurs qui se rendent en République tchèque de ne pas consommer de boissons alcoolisées dont la teneur en alcool est supérieure à 20 % étant donné que ce type de boissons ne peut pas se trouver dans le circuit officiel.

    En Pologne, toutes les boissons alcoolisées d’origine tchèque titrant plus de 20 % d’alcool sont actuellement interdites et en Slovaquie des contrôles intensifs sont menés mais une interdiction n’est pas encore d’actualité. Nous déconseillons donc aux voyageurs qui se rendent en Pologne et en Slovaquie de consommer ces boissons alcoolisées d’origine tchèque.

    L’AFSCA continue de suivre cette affaire de près et recommande la vigilance aux consommateurs à l’égard de boissons alcoolisées en provenance de Tchéquie.

    Le dossier complet ici avec les illustrations des étiquettes concernées.

    (Source Belga 19/09/2012)