Google Analytics Alternative

christopher sortino

  • Bassenge – Publifin. Une motion pour plus de transparence

    C’est l’idée souhaitée par Christopher Sortino, conseiller PS 

    À Bassenge aussi, on parle du scandale Publifin ! Jeudi, lors du conseil communal, Christopher Sortino déposera une motion visant à instaurer une certaine transparence. 

    Jeudi prochain, le scandale Publifin sera également abordé par le conseil communal. Le groupe PS, par la voix de Christopher Sortino, déposera ainsi une motion visant à instaurer une certaine transparence dans les mandats qui sont exercés tant au sein des intercommunales que par tous les élus bassengeois. Cette motion demande ainsi que chaque conseiller communal puisse avoir « un droit de regard complet et systématique sur toutes les rémunérations et avantages divers accordés à tous les membres des organes de gestion des intercommunales dans lesquelles la commune détient une participation ».

    Elle vise aussi à permettre que chaque Bassengeois puisse avoir un « droit de regard complet sur toutes les rémunérations et avantages divers accordés aux conseillers communaux en raison de leur mandat primaire ou dérivés ».

    « Cette idée de motion est venue de l’ensemble du groupe PS », explique Christopher Sortino. « Il faut en effet savoir qu’on s’investit tous énormément pour la commune, sans pour autant percevoir de rémunération pour tout le travail accompli. On veut ainsi démontrer aux citoyens que les politiciens ne doivent pas tous être mis dans le même panier. On veut instaurer une certaine transparence pour ainsi prouver aux gens que la majorité des politiciens ne touchent pas les sommes folles qui ont été avancées par le scandale Publifin. Et si la première partie de la motion vise simplement à faire appliquer la loi, on devrait déjà avoir accès à ce genre d’information mais on l’a finalement de manière très succincte, le second point risque d’être plus « touchy ». Mais l’idée n’est vraiment pas de faire de chasse aux sorcières ou de viser quelqu’un en particulier. Non, on veut être constructif. Pouvoir dire tel élu a autant de mandats et touche autant. Pour ainsi en finir avec certains amalgames ». Cette motion passera-t-elle ? Réponse jeudi. (Source La Meuse lundi 6 février 2017 Aurélie Drion)

  • Abattages et élagages d’arbres à Bassenge : et si on donnait gratuitement le bois coupé par la commune aux plus démunis ? Cette proposition a été déposée sur la table du conseil communal par le conseiller communal Christopher Sortino au nom du groupe PS.

    élagage 1.pngEn notre verte Vallée du Geer, chacun sait que de multiples coupes et élagages d’arbres sont régulièrement opérés par les services communaux concernés. Or, force est de reconnaître que personne ne sait vraiment ce qu’il advient du bois coupé. Qui peut en bénéficier ? Dans quelles conditions ? Quelle en est la gestion ?

    Le compte rendu du conseil communal du 21 janvier dernier nous apprend que ce point a fait l’objet de discussions. Pour cause : le groupe PS (opposition) a déposé, par la voix de son conseiller communal Christopher Sortino, une proposition de règlement alternative à celle proposée par la majorité. Pour tenter d’en savoir un peu plus sur ce dossier, nous avons joint le jeune conseiller.  

    christopher sortino 2.pngMonsieur Sortino : pouvez-vous dans un premier temps nous expliquer en quoi consiste la proposition de la majorité ?

    « Ce règlement établi une redevance pour la vente et le transport du bois coupé par le service travaux. Les conditions ont été fixées comme suit :

    1. Les membres du personnel communal habitant la commune bénéficient gratuitement du bois coupé et de la livraison de celui-ci. Ceux qui n’habitent pas la commune se verront quant à eux facturer les frais de transport ;
    2. Les habitants de la commune devront débourser la somme de 100€ pour 8m³ de bois, peu importe l’essence coupée. Les frais de transport seront facturés à hauteur de 50€ de l’heure par ouvrier mobilisé et 75€ de l’heure par véhicule mobilisé + 0.35€ du kilomètre. »

    Quel est votre point de vue sur ce règlement ?

    « Le groupe PS ne peut que saluer la volonté de la majorité de vouloir légiférer dans un secteur où l’absence de règlement posait, depuis des années, il est vrai certaines questions. Cependant, le projet de texte présente, à notre sens, au moins deux lacunes :

    1. Il permet au personnel communal de bénéficier gratuitement du bois alors que les citoyens doivent le payer. La majorité justifie cette différence de traitement en affirmant que le personnel communal mérite, je cite ici le règlement,  « du fait de leur situation professionnelle, d’être légèrement favorisés par rapport aux autres personnes ». Que fait-on du Directeur Financier, du Directeur Général ou encore du chef du service travaux qui gagnent, je pense qu’on peut l’affirmer sans rougir, un salaire que beaucoup de travailleurs n’ont pas ? Leur situation professionnelle justifie-t-elle un quelconque avantage par rapport à d’autres citoyens ? Je n’en suis pas sûr. En l’état, le texte ne permet pas de prendre en considération ces différences. Nous pensons dès lors qu’il serait inopportun de permettre à chaque membre du personnel communal d’activer l’aide sans tenir compte de ses fonctions et de ses revenus. 
    2. La Majorité souhaite favoriser le personnel communal par rapport à l’ensemble de la population en lui offrant le bois gratuitement. Elle établit cependant une distinction entre le personnel habitant la commune, qui ne doit pas payer les frais de déplacement, et celui qui n’habite pas la commune, qui lui doit payer ces frais. Nous considérons que si l’objectif de la mesure est effectivement d’octroyer un avantage au personnel communal, il convient de traiter l’ensemble du personnel communal sur un pied d’égalité, indépendamment d’où ils vivent, à partir du moment où ceux-ci rentrent dans le statut que la majorité présente comme précaire et qui reste, à notre sens et comme indiqué, à définir. »

    On sait que vous avez déposé une proposition alternative : quelle est-elle ?  

    « Nous avons proposé aux membres de la majorité de donner et livrer gratuitement le bois en priorité à toute personne qui habitent notre commune et qui dispose d’un revenu calqué sur les barèmes du revenu d’intégration social, soit un salaire mensuel inférieur à :

    A. 555.81 euros pour un cohabitant

    B. 833.71 euros pour un isolé

    C. 1.111.62 euros pour un parent ayant une famille à charge avec au moins un enfant mineur célibataire, ces montants pouvant être indexés selon l'évolution du coût de la vie.

    Pour permettre à tous les habitants d’avoir une chance égale de s’inscrire en ordre utile, nous avons surtout proposé de définir, sur le site de la commune et dans le prochain bulletin communal, une date et une heure à partir de laquelle il sera possible de s’inscrire sur ladite liste. Cela permettra d’éviter que seuls les mieux informés puissent être classés en ordre utile.

    Cette proposition, plus sociale et équitable selon nous, présente plusieurs avantages :

    1. C’est une mesure qui aidera les plus démunis ;
    2. Les plus démunis sont identifiés avec un critère objectif qui peut être vérifié (son revenu) ;
    3. Elle permet à chacun d’avoir une chance égale de s’inscrire en ordre utile sur la liste de demandeurs. »

    Quelle a été la réaction de la majorité ?

    « Je pense que la proposition a été bien accueillie : un débat, constructif à mon sens, s’en est suivi. Les membres de la majorité nous ont expliqué qu’ils souhaitaient faire un geste vis-à-vis du personnel communal et que cette volonté justifiait l’adoption dudit règlement. Ils ont cependant accepté de retravailler la forme du texte pour que celui-ci gagne en précision, même si, sur le fond, rien ne changera. C’est un choix politique… un choix que nous n’aurions pas fait. Nous sommes dans l’opposition : notre capacité d’action se limite à proposer, sans pouvoir décider.

    Ce point sera prochainement remis sur la table du conseil communal : nous ne manquerons pas d’étudier la nouvelle proposition de la majorité en revenant, le cas échéant, avec de nouvelles propositions dans un esprit 100% constructif. »

    Nul doute que ce point, qui sera abordé lors du prochain Conseil communal, nous permettra de connaître la position définitive de la majorité sur ce règlement dans un secteur où, par ailleurs, l’absence de celui-ci posait, en effet, certaines questions.

    Regor

  • Bassenge. « L’école de la réussite » : une initiative qui marche ! Le concept est une première en Wallonie. Rencontre…

    école réussite.pngEcole de la C.F. d’Emael. Lundi 17 août 2015. Il est 9h. Les premiers étudiants arrivent. Les cours sont prêts. Les professeurs se sont préparés des semaines durant afin de dispenser, à chaque étudiant, des cours de rattrapage axés spécifiquement sur leurs lacunes. Au total, une vingtaine d’inscrits, du primaire à l’enseignement supérieur.

    Le Président de l’ASBL, Christopher Sortino explique :

    « Une telle initiative demande plusieurs mois de préparation. Il faut d’abord demander aux professeurs s’ils acceptent, une nouvelle fois, de dispenser des cours de rattrapage bénévolement dans une période où ceux-ci sont particulièrement occupés avec les secondes sessions qu’ils doivent assurer dans leurs écoles respectives. Ensuite, il faut trouver des locaux, faire connaitre l’initiative, s’occuper des inscriptions, rencontrer une première fois les étudiants, les briefer sur la manière avec laquelle il convient de se préparer aux mieux aux cours, organiser les horaires et, bien entendu, trouver des sponsors… car si l’initiative est totalement gratuite pour les étudiants, elle présente un coût non négligeable pour notre ASBL ». 

    christopher tableau.jpg

    Pour permettre une seconde édition 2015 de l’école de la réussite, plusieurs démarches ont très vite été menées, comme l’explique René Deckers, Vice-Président de l’ASBL :

    « Nous nous sommes réunis pour la première fois dans le courant du mois de décembre 2014 pour discuter de l’organisation de l’activité. Très vite, il est apparu que nous devions trouver des fonds pour financer le coût de la location des locaux, l’assurance, la publicité de l’initiative, les fournitures scolaires et, bien entendu, supporter les frais de défraiements de nos professeurs qui travaillent plusieurs dizaines d’heures pour préparer et donner les cours. Pour faire face à de tels coûts, nous avons organisé, fin du mois de juin, un barbecue auquel une cinquantaine de convives ont participé. Un grand élan de solidarité s’est formé autour de l’école de la réussite. En parallèle, notre équipe a passé des dizaines de coup de téléphone à divers organismes publics et a rencontré de nombreuses personnalités en vue d’obtenir une aide. Cela a fini par payer ! »

    Qui vous a aidés et, concrètement, de quelles aides avez-vous pu bénéficier ?

    isabelle simonis la Meuse.JPGChristopher Sortino :

    « La Ministre de l’égalité des chances, de la jeunesse, de l’enseignement de promotion sociale et des droits de la femme, Madame Isabelle Simonis (photo), a été particulièrement sensible à notre initiative. Elle a décidé de la soutenir. Je savais que la question de l’égalité des chances et de la solidarité était un thème qui lui tenait particulièrement à cœur et sur lequel elle travaillait beaucoup à son échelon. Lorsque nous avons reçu sa lettre nous annonçant la bonne nouvelle, après autant de mois de recherches, je dois dire que cela a littéralement boosté l’ensemble de l’équipe. Etre soutenu par une Ministre comme Madame Simonis, ça motive les troupes ! Je ne peux que la remercier, au nom de notre ASBL, pour cette aide précieuse. Je me dois également de remercier chaleureusement Monsieur Marchand, directeur de l’école de la C.F. d’Eben-Emaël, pour avoir mis des locaux à notre disposition pour pouvoir dispenser nos cours. Dispenser des cours dans de bonnes conditions, c’est également important. L’aide de Monsieur Marchand, qui n’a pas hésité une seule seconde à soutenir l’initiative, était tout simplement essentielle. Nous ne lui serons jamais assez reconnaissants… » 

    Pouvez-vous déjà tirer un premier bilan de cette édition 2015 de l’école de la Réussite ? 

    rené deckers.jpgRené Deckers Vice Président :

    « Nous sommes déjà très contents d’avoir pu aider, une nouvelle fois, une vingtaine de jeunes à surmonter les difficultés qu’ils rencontraient. C’est une action très constructive et concrète ! Nous remarquons que le nombre d’inscrits a doublé depuis l’année dernière ; ce qui démontre, d’une part, que l’initiative répond à un besoin, qu’elle commence à être connue et, d’autre part, que les bassengeois(e)s nous font confiance et reconnaissent la qualité de nos cours. Cependant, il convient de rappeler que nous sommes une petite équipe qui ne demande qu’à grandir. Si nous voulons proposer une édition 2016 de l’école de la réussite, nous aurons besoin d’aide et de bras. Rien n’est acquis : il faut se battre pour faire perdurer l’initiative. Je ne peux, dans ce cadre, qu’inviter les bassengeois à venir apporter leur pierre à l’édifice : tous les bénévoles sont les bienvenus et attendus ! C’est le principe même de notre ASBL : dans un esprit de solidarité et de partage, proposer des activités qui feront vivre notre commune, et les réaliser ensemble. Et puis, finalement, pour ceux qui veulent nous suivre dans nos activités, il suffit d’aimer notre page facebook « Bassenge on Move » ».

    logo bassenge on move original.jpgLe lien vers la page Facebook :

    https://www.facebook.com/bassengeonmove

    L’année dernière, le taux de réussite était de 100%. Gageons que pour 2015 le même résultat soit atteint pour cette vingtaine d’élèves.

    Pour rejoindre l’ASBL (gratuit) : christopher.sortino@gmail.com ou 0499/63.42.14.

    Regor

  • Exclusif ! Dans une vidéo publiée sur Youtube, le bassengeois Christopher Sortino, politologue, fait un exposé sur les inondations récurrentes à Boirs et Roclenge. Un dossier complet qui se veut constructif et avec des solutions à la clé !

    inondations exposé christopher 2.pngC’est en tant que citoyen politologue que le conseiller communal Christopher Sortino vient de s’adresser aux bassengeoises et bassengeois, ce mercredi 24 décembre 2014 aux alentours de 12h00, dans une forme d’exposé « télévisé » publié sur Youtube.  Dans ce dossier complet (examens, analyses, pistes, solutions..), nous avons épinglé, parmi les différentes solutions avancées, que le placement de clapets anti-retour, au coût modique pour une commune de 1.000 euros pièce, permettrait déjà de contrer certaines calamités en cas de fortes crues du Geer. A Braives, une petite commune proche de Hannut, ce dispositif s’est avéré efficace.

    En tout état de cause, l’exposé d’un politicien bassengeois par vidéo interposée, est une première à Bassenge !  


  • Politique Bassenge. Sur Facebook, le coup de gueule du jeune Conseiller PS Christopher Sortino… commence à faire le buzz…

    christopher sortino.jpgPour rappel, Christopher Sortino est Conseiller communal PS à Bassenge depuis 2012. Agé de 25 ans à peine, il est Licencié en Sciences Politiques (Master) et occupe la fonction de Conseiller dans un cabinet ministériel. Parmi d'autres écrits, une de ses analyses vient juste d’être publiée en ce début octobre dans le « Larcier », ouvrage qui fait référence en matière de Droit belge.

    Ce jeudi 9 octobre s’est tenu un conseil communal à Bassenge. Depuis samedi, sur son mur Facebook, le Conseiller PS y va d’un gros coup de gueule en titrant : « Bassenge : commune démocratique ? ».

    Les commentaires et les partages sont nombreux et l’effet buzz commence vraiment à se faire sentir…

    Voici le coup de gueule de Christopher Sortino !

    Bassenge Coup de gueule du conseiller PS Christopher Sortino.pdf

    faculté de droits larcier christopher sortino 3.jpgEt le lien facebook : https://www.facebook.com/christopher.sortino.5/posts/10152731720398908:0