Google Analytics Alternative

cannabis liège

  • Drogue. Les Bataves cultivent le cannabis dans la région liégeoise…

    Aux Pays-Bas, on a des idées. La proximité de la région liégeoise permet aux Hollandais de délocaliser leurs cultures de cannabis. Ainsi, certains Bataves installent-ils désormais leurs cultures à Liège et ils font appel aux services de jardiniers liégeois ou étrangers. Les Hollandais prennent en charge tous les frais inhérents aux installations. Parfois, ils vont même jusqu’à louer les entrepôts ou les hangars. Les Liégeois et autres Herstaliens deviennent alors des sous-traitants de la drogue.

    Dans la plupart des cas, ce sont les machines comme les groupes électrogènes, les humidificateurs ou les lampes spéciales au sodium que les Hollandais financent. Ils fournissent également les plants et aussi et surtout de précieux conseils en matière de jardinage aux novices liégeois. En cas d’arrestation ou de découverte de la culture de cannabis, les Hollandais n’apparaissent à aucun étage de la pyramide de l’organisation. Il est donc compliqué, pour les enquêteurs, de remonter jusqu’à eux.

    Autre facteur important, les Hollandais prennent possession des premières récoltes opérées à Liège pour rembourser les montants investis dans les installations. (Source La Meuse mercredi 5 octobre 2016)

    Pour ce qui est de la Basse-Meuse, on se souvient de la plantation découverte à Visé il y a peu et, plus près de Bassenge, celle qui fut découverte l’année dernière à Heure-Le-Romain.