Google Analytics Alternative

caméras surveillance bassenge

  • Bassenge. Voici où seront placées les caméras de surveillance...

    caméra surveillance.jpgLe compte rendu officiel de la séance du Conseil communal du 10 septembre vient d’être mis en ligne sur le site de Bassenge. On peut y découvrir les lieux – bâtiments communaux - où les caméras de surveillance seront placées. Les voici :

    Glons. Bibliothèque, rue Saint Pierre, 8

    Bassenge. Centre Administratif, rue Royale, 4

    Roclenge. Maison communale de Roclenge, Place Louis Piron, 4 A

    Boirs. Service des Travaux, rue du Fresne, 36-38

    Le dossier a été transmis à la Commission de la vie privée.

    Le compte rendu : 

    http://www.bassenge.be/theme1/vie-politique/conseil-communal/documents/2015/compte-rendus/cc-compte-rendu-du-10_09_2015.pdf

     

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2012/08/27/bassenge-des-cameras-pour-surveiller-les-dechets.html

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2013/11/28/bassenge-souriez-vous-etes-filmes-mais-quant-a-savoir-ou-et-89506.html

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2014/09/26/decision-des-autorites-communales-bassengeoises-cette-fois-c-124995.html

     

    dessin caméra 4.jpg

  • Bassenge : souriez, vous êtes filmés ! Mais quant à savoir où et quand la commune surveille les habitants…

    caméra surveillance.jpgIl y a une semaine, nous publiions sur ce blog un article paru dans La Meuse et relatant les innovations des communes pour contrer les dépôts clandestins. Il y était question de Bassenge. Cet article est passé comme une lettre à la poste. Et pourtant…

    L’article stipule que des caméras de surveillance ont été installées à Bassenge autour de « certaines » poubelles publiques et, en substance, Philippe Knapen, échevin de l’environnement de Bassenge, déclare au cœur de l’article : « Là où elles ont été placées, la situation s’est améliorée. Mais caméras bassenge,caméras surveillance bassengeles gens déposent leurs ordures autre part… »

    Se pose dès lors la question de savoir, s’agissant de vie privée, si la commune de Bassenge ne devait pas se conformer à la législation qui impose d’informer les habitants, d’une manière ou d’une autre,  sur la localisation précise des caméras de surveillance avant d’affirmer que, grâce aux caméras bassengeoises fantômes, la situation s’est améliorée ? En tout état de cause, actuellement, aucun pictogramme n'est placé afin de prévenir de la présence de caméras de surveillance. Notre rôle étant d’informer, nous informons : Bassengeois(e)s, souriez, vous êtes filmés.

    Ci-dessous, la législation :

    01.02.02.02-loi_cameras.pdf

  • Les caméras de surveillance commencent à arriver dans les communes rurales. A Bassenge aussi…

    caméra surveillance.jpgDe plus en plus de communes rurales envisagent de placer des caméras de surveillance sur leur territoire. Après Chaudfontaine, c’est au tour d’Aywaille, Bassenge, Beyne-Heusay et Juprelle d’annoncer l’arrivée prochaine de la vidéosurveillance.

    Article complet dans la Meuse de ce lundi 24 juin 2013

  • Bassenge : des caméras pour surveiller… les déchets

    caméra surveillanceDes faits de vandalisme ? Cinquante-neuf, en 2011. Des affaires de drogue ? 39. Du tapage nocturne ? Quatre. Des meurtres ? Un. Si elle ne devait veiller que sur Bassenge, la police de la zone Basse-Meuse coulerait (presque) des jours tranquilles. Cette commune d’environ 9.000 âmes, située à la frontière avec la Hollande, à l’est de la Province de Liège, fait peu parler d’elle dans les rubriques faits divers. « Il s’agit d’une entité semi-rurale, où une forme de contrôle social existe encore. Ce qui est suspect est assez rapidement signalé… », la décrit le bourgmestre Josly Piette (CDH).

    Les inquiétudes quotidiennes ? Les vols, surtout dans les habitations, mais aussi la crainte de voir le deal de rue exploser depuis que les étrangers sont interdits d’accès dans les coffee-shops de la ville hollandaise de Maastricht toute proche, bien que la police ne constate aucune recrudescence de ce type de criminalité.

    Au quotidien, les préoccupations citoyennes se révèlent d’ailleurs beaucoup plus terre à terre : ce qui indispose, ici, ce sont… les dépôts illégaux d’immondices. « Nous avons des campagnes très étendues, explique le mayeur. Du coup, on retrouve beaucoup de dépôts clandestins le long des routes. » Et à côté des kiosques à ordures. Il paraît même que des cadavres d’animaux y auraient été trouvés…

    Bref, cette « véritable plaie » ne pouvait plus durer. Le Collège a donc mis les moyens : 15.000 euros, dans un premier temps, pour installer des caméras de surveillance aux abords des dépôts illégaux, histoire de prendre en « flag » ceux qui se délesteraient trop facilement de leur sac-poubelle dans la nature. Pollueurs, pollueuses, vous voilà prévenus…

    (Extrait Le soir 14/08/2012 )

  • Bassenge va investir 60.000 euros dans des caméras de surveillance… La situation en Basse Meuse.

    caméra surveillance bassenge, surveillance bassengeLes caméras de surveillance pullulent en Basse-Meuse mais elles divisent les bourgmestres.

    La commune de Bassenge vient de prévoir 60.000 € pour acheter de six à huit caméras. Celles-ci seront installées dans les endroits sensibles de la commune. “ Mais il est encore trop tôt pour dire où elles seront placées ”, précise Josly Piette, le bourgmestre. “ Nous sommes en train d’effectuer une étude complète sur le sujet ”.

    Herstal dispose de plusieurs caméras au hall omnisports de la Préalle et des mobiles. “ Elles sont régulièrement déplacées et utilisées pour identifier les auteurs de dépôts clandestins ”, précise le mayeur Frédéric Daerden. “ Mais nous allons entamer une réflexion afin d’éventuellement renforcer le dispositif, pourquoi pas au nouvel hôtel de ville ou dans le centre d’Herstal ”.

    Le bourgmestre reconnaît que les caméras ont un caractère dissuasif même si, une fois que les lieux où elles sont placées sont connus, les phénomènes (trafics, dégradations...) se déplacent. “ Et on ne peut pas en mettre partout. Il faut aussi penser à leur coût, à l’investissement humain et à la protection de la vie privée... ”.

    A Visé, la Ville dispose de quelques caméras aux abords de la Grand Place. Elles sont directement reliées au commissariat et permettent à la police de surveiller, à distance, les rassemblements. Visé ne ferme pas catégoriquement la porte au renforcement du dispositif, mais ce n’est pas à l’ordre du jour.

    Oupeye. Depuis plus de dix ans, la commune a investi dans de nombreuses caméras de surveillance, installées dans les bâtiments publics. “ Nous allons renforcer et mettre à jour le système et en installer ailleurs ”, explique Mauro Lenzini, bourgmestre. “ A terme, on aimerait que les caméras soient toutes contrôlées depuis un seul site alors que pour l’instant, elles sont gérées là où elles sont installées. Mais l’effet dissuasif porte ses fruits et elles ont aussi permis d’aider la police à identifier les auteurs de plusieurs faits ”.

    La commune de Dalhem n’en possède pas encore. “ Mais je n’y suis pas opposé ”, précise Jean-Claude Dewez. “ Cependant, je ne vois pas très bien ce qu’elles pourraient apporter. Elles permettront d’identifier des auteurs de petites délinquances, mais la justice est tellement rapide, qu’il faudrait 5 ans pour les juger. Mais si on en place, ce serait sur des bâtiments publics, vides en soirée et le week-end, pour être dissuasif ”.

    La commune de Bassenge va installer six à huit caméras dans les mois à venir. Dorénavant, seule Dalhem n’en possédera pas.

    Illustration news

    (source Sudpresse mardi 13 décembre 2011)