Google Analytics Alternative

budget bassenge

  • Un hold-up à 200 millions d’euros pour les communes wallonnes. Bassenge va perdre plus de deux millions d'euros !

    carte finances bassenge.pngDes retards dans l’enrôlement de l’impôt sur les personnes physiques mettent leur budget en péril
    Bourgmestres wallons en colère. Et ce n’est pas peu dire. Depuis qu’ils ont reçu un courrier du SPF Finances quant aux estimations de leurs recettes liées à l’impôt des personnes physiques (IPP). C’est une véritable douche froide qui s’est abattue, et pour cause, puisque ce sont plus de 200 millions d’euros en moins que prévus que les communes du sud du pays inscriront dans leur budget. De quoi mettre les comptes dans le rouge. Gare à celles qui n’ont pas su se constituer de solides réserves.
    Dans ce dossier, les problèmes sont multiples. Il y a tout d’abord le timing. Généralement, pour début octobre, le SPF Finances renvoie aux communes les dernières estimations de leurs recettes IPP, histoire que les autorités puissent les prendre en compte pour une dernière modification budgétaire avant l’élaboration des comptes. Avec un mois de retard, cela rend toute modification impossible au regard du respect des procédures diverses et des examens par la tutelle. Ensuite, il y a les chiffres. Ils sont mauvais, très mauvais, même. Pour faire simple : aucune commune wallonne n’est épargnée. Aucune. Toutes les estimations sont revues à la baisse. De 21% en moyenne. Chiffre qui peut même grimper, dans certains cas, à 35%. Au total, ce sont 200 millions d’euros de moins que les estimations initiales.
    Marc Bolland, bourgmestre PS de Blegny (Liège) et ex-député wallon, ne décolère pas : « En octobre-novembre de l’année dernière, on nous dit de prévoir en recettes IPP, pour notre budget 2015, un peu plus de quatre millions d’euros. Et vendredi dernier, soit à un moment où on ne sait plus faire aucune modification budgétaire, on nous signale que finalement, ce sera un peu plus de trois millions. Soit 25% de moins ! Je rappelle aussi que le budget annuel de Blegny, c’est 13 millions d’euros ! »
    Cela pose également un problème plus global. Les communes doivent assumer de plus en plus de charges, sans le financement qui va avec. Mentionnons ainsi les zones de police, les zones de secours (pompiers), les exclus du chômage qui retombent sur les CPAS, etc. Disons-le tout de go : nombreux sont les bourgmestres contactés qui ne savent trop vers quoi se tourner. Et d’évoquer des impacts potentiels pour les localités : hausse de la fiscalité communale, diminution des services au public, craintes sur l’emploi, réduction des investissements.
    Les arguments évoqués par le SPF Finances ne satisfont pas les mayeurs. « Jamais, on n’a vu cela», tonne Marc Bolland. Et si le SPF déclare qu’il est prêt à faire une avance aux communes sur 2016, les bourgmestres soulignent qu’il ne s’agit là que d’une solution à court terme. Philippe Dodrimont, député wallon MR et bourgmestre en titre d’Aywaille (Liège) ajoute : « Le problème est qu’on ne sait pas vers où on va. Va-t-il y avoir à un moment donné une régularisation dans le bon sens, en faveur des communes ? On a par exemple reçu des estimations IPP pour 2016 et là, elles sont supérieures à ce qui était attendu, même si ça ne compense pas les pertes. On se dirigera sans doute vers une formule intermédiaire qui nous pénalisera « budgétairement », si je puis dire, mais pas « financièrement ». »
    Il nous revient d’ailleurs qu’une rencontre entre le Premier ministre, Charles Michel et son ministre des Finances, le N-VA Jan Van Overtveldt s’est tenue ce mardi après-midi. Ce dernier répondra à une question parlementaire sur le sujet ce jeudi. Avec probablement déjà quelques éléments de réponse à la clé.
    Comme on peut le voir sur la carte, Bassenge va perdre 2.300.000 euros ! L'article complet à lire' dans votre journal La Meuse de ce jeudi 12/11/2015 (Source La Meuse jeudi 12 novembre 2015)

    carte finances bassenge.png