Google Analytics Alternative

bruno camal

  • 1300 ans d’Emael : le reportage…

    1300 ans emael, fête emael, jean-claude simon,église emael,fabrique église emaelUn village sur son trente-et-un et les petits plats dans les grands…

    Ce lundi de Pentecôte, le village d’Emael fêtait l’anniversaire de ses 1300 ans en grande pompe. Des villageois venus en nombre pour assister à une longue et grande journée riche en activités et événements qui s’articulaient autour de plusieurs cérémonies religieuses rehaussées de la présence de nombreuses personnalités. Proposées sur le thème « Sur les pas de Saint Hubert » différentes expositions prenaient place et, parallèlement, des invitations étaient lancées au public afin de rendre 

    évêque et lucien.jpgvisite à différents lieux chargés d’histoire. A midi, dans un grand chapiteau dressé devant l’église sur la Place du village, un repas rassemblait de nombreuses convives sous l’emblème de la convivialité et, sous celui du divertissement, à l’école St Joseph la représentation d’un théâtre de marionnettes ravissait les petits comme les grands. Sans revenir en détail sur le programme chargé de cette journée concocté par la Fabrique d’église d’Emael qui en fut l’initiatrice et le chef d’orchestre, nous retiendrons que ce fut une remarquable journée de festivités d’anniversaire ; une journée comme une ode à Saint-Hubert, au folklore carnavalesque, aux différentes sociétés et harmonies ainsi qu’au riche passé du village d’Emael dont décidemment on n’en a pas encore fait le tour.

    Un lundi de Pentecôte qui, certes, restera gravé dans les annales.

    Photo : Monseigneur l'évêque Aloys Jousten et à sa droite Lucien Vanstipelen Curé de Bassenge

    1300 emael 11.jpg

    Le discours du Bourgmestre de Bassenge Josly Piette

    fabienne heptia, josly piette, julien bruninx

    Photo. En tête de la procession, à commencer par la gauche : Fabienne Heptia échevine, Josly Piette Bourgmestre, Julien Bruninx échevin et Bruno Camal Président du CPAS

    emael procession.jpg

    Les Anciens Chapeliers de la Vallée du Geer

    emael procession rené dekers.jpg

    Les amis unis d'Emael.

    Ci-dessous, un extrait de la dernière page de la brochure d’accueil qui était affectée aux remerciements adressés à tous les partenaires.

    remerciements emael 1300 ans.jpg

    Moments choisis en photos dans l’album photos ci-contre colonne de droite (Photos Regor et Merci à Murielle Henquet pour le partage de photos).

    Voir toutes les photos de Murielle Henquet sur le lien Facebook :

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=4120887667600&set=a.4120885667550.2174056.1445551049&type=1&theater

  • CPAS de Bassenge : le budget 2012 sera à l’équilibre…

    bruno camal, cpas bassenge, président cpas bassengeBassenge finances communales

    Le CPAS de Bassenge a retrouvé une bonne santé financière suite au licenciement de onze aide-ménagères. Toutes ces travailleuses ont pu être reclassées à l’ALE de Roclenge, dans le domaine des titres-services.

    Le compte 2011 du CPAS sera dans le vert, et le budget 2012 est à l’équilibre ”, annonce Bruno Camal, le président (photo ci-contre).

    Pourtant, en 2009, le CPAS affichait un mali proche des 140.000€, avec une dotation communale de 680.000€. Pour l’exercice prochain, la dotation communale passe à 720.000€. Cette hausse est due à la précarité qui s’installe un peu partout, et à l’augmentation du prix du mazout, de l’électricité...

    Des logements à Glons

    Cette santé financière va permettre au CPAS de renforcer son ancrage communal. Avec des subsides de la Région wallonne, des logements de transit vont être créés dans l’ancien couvent de Glons. Le dortoir sera transformé pour accueillir quatre familles. Outre deux appartements privatifs, un espace communautaire avec salon, salle à manger et cuisine communs sera aménagé. La fin des travaux est programmée pour 2014.

    La page est tournée

    Catherine, Christelle... et toutes les autres aide-ménagères sont ravies de leur nouvel emploi. Seul reproche: une diminution de salaire.

    Pour atteindre le même salaire, les travailleuses doivent prester 25 heures au lieu de 20 heures, mais des chèques-repas sont octroyés en supplément.

    Mon licenciement m’a déprimé et j’ai eu beaucoup de mal à accepter cette mise à la porte brutale ”, raconte Christelle Gubbels.

    « Aujourd’hui, la page est tournée. Mon travail aux titres-services est très agréable ».

     

    (Source La Meuse Lundi 26 décembre 2011) Bruno Camal (photo Lem La Meuse)